AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Discretion de rigueur / Deborah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
Invité

Invité


MessageSujet: Discretion de rigueur / Deborah   Mer 9 Mai - 17:32


Ça ne faisait pas très très longtemps que Jared était en couple, je veux dire sérieusement. C'était quelque chose qu'il avait voulut rayer de sa vie et pourtant malgré tout ses efforts il était retombé amoureux. Pendant plusieurs mois il avait galéré à essayer de lutter tout comme elle et finalement ça avait finit par être trop, ils avaient craqués et c'étaient mis ensemble. Et ben je peux vous dire que depuis il avait une raison de sourire le matin quand il se réveillait. Enfin il y avait toujours les grognements et la tête enfouis dans l'oreiller ainsi qu'un certain temps avant de sortir du lit mais son réveille subissait de moins en moins les insultes désagréable du matin. Faut dire qu'il avait de quoi préoccuper ses pensées maintenant, et plus dans le sens négatif.

La journée n'était pas passé vite et il n'avait pas encore vu Deborah. Ça lui faisait vraiment bizarre de devoir lui donner des cours maintenant. Ce n'était sûrement pas pour rien que les relations entre profs et élèves étaient interdis. Enfin bref, il n'avait pas non plus put la voir à midi. Ben oui il ne pouvait pas passer son temps avec elle, ils s'étaient dit que ça devait resté secret, ils ne voulaient pas que ça soit dévoilé à tout le monde ça risquerait d'entrainer certaines choses. Oui bien sûr tout avait des conséquences mais quand on pouvait les éviter, autant le faire. Il n'avait pas non plus perdu mon côté dragueur et de toute façon c'était le meilleur moyen de ne pas attirer les doutes sur sa relation avec Deborah. Mais par contre il ne couchait pas avec d'autre, ben oui il avait beau être un beau salop il n'était pas infidèle.

Le soir venus il put enfin s'incruster dans les couloirs qui menaient aux chambres. Il n'était pas bien vieux et n'avait donc pas beaucoup de mal à se fondre au milieu des élèves. Seul inconvénient, beaucoup de personne le connaissait, alors pour une fois il allait éviter de se faire remarquer et rester discret. C'est ce qu'il fit jusqu'à ce qu'il arrive devant la porte de la chambre de Deborah, enfin en espérant qu'il ne s'était pas trompé parce qu'il aurait l'air con. Il frappa, et maintenant il n'y avait plus qu'à attendre qu'elle lui ouvre, normalement elle devait être la hein, s'il reste planté devant la porte il aurait l'air fin x).
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Discretion de rigueur / Deborah   Mer 9 Mai - 18:09

Depuis quelque temps, j’avais l’impression de vivre un rêve éveillé. Je m’étais promise d’oublier mes sentiments pour lui et lui il s’était promis de ne plus tomber amoureux et pourtant nous étions maintenant ensemble. Nous avions tout fait pour lutter contre nos sentiments mais nous avions craqué. Je ne m’en voulais pas d’avoir oublié ma promesse pour lui et j’étais heureuse. J’étais heureuse de savoir que je pouvais aller dans ses bras quand je le voulais et que je pouvais l’embrasser autant que j’en avais envie. Même si je savais que nous devions rester discrets sur notre relation.

Aujourd’hui, je n’avais pas eu de cours avec Jared. C’est vrai que ça faisait bizarre de dire qu’il était mon professeur de photographie. Notre relation n’avait pas changé durant les cours et c’était mieux ainsi. Je ne voulais pas que les autres élèves aient des doutes sur nous et que ça mette en danger son travail. Il fallait aussi avoué que c’était un moyen de le voir même si nous ne pouvions pas être proche l’un de l’autre. Malgré tout, il y avait des journées comme celle-ci où nous ne pouvions pas nous voir. Il fallait avouer que ça ne me gênait pas, il fallait quand même qu’on se garde un peu d’indépendance. J’avais donc passé mon déjeuner avec des amies alors qu’il était surement rester avec ses collègues. Ca permettait de garder notre secret et de ne semer aucun doute. Même si pour cela, il avait gardé son côté dragueur avec les filles. J’avoue que j’avais un petit peu de mal avec ça mais je savais qu’il n’allait jamais au-delà de la drague et je le laissais donc faire.

Je rentrais dans ma chambre à la fin des cours, nous avions prévu de nous voir avec Jared dans ma chambre. Je n’allais quand même pas aller à chaque fois chez lui. C’était un peu risqué qu’il vienne vu le monde qu’il y avait au campus et j’espérais qu’il n’allait pas se faire remarquer. Je rangeais un peu ma chambre quand je tombai sur un livre que j’avais emprunté à une fille du campus. Je l’avais terminé depuis quelques jours. Je m’apprêtais alors à sortir pour aller lui rendre quand j’entendis quelqu’un frapper à la porte. C’était surement Jared qui venait d’arriver. J’allais donc ouvrir la porte et le tira par la main après être sûr que ce soit lui pour que personne ne le reconnaisse. Je fermais la porte et passais mes mains autour de son coup pour l’embrasser. Ses lèvres m’avaient manquée durant la journée et je voulais en profiter au maximum. Je m’éloignais un peu de lui en souriant.


Tu ne m’en voudras pas si je te laisse quelques secondes tout seul ? Je dois aller rendre un livre à une amie.

Je l’embrassais une nouvelle fois avant de sortir et d’aller dans une chambre située à quelques pas de la mienne. Je n’avais pas pensé à ranger mon carnet de croquis quand j’avais fait un peu de ménage, et l’avais laissé sur mon bureau.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Discretion de rigueur / Deborah   Ven 11 Mai - 17:38


Il ne regrettait pas finalement d'avoir abandonné, abandonné ses promesses qui maintenant lui paraissaient stupides bien qu'elles étaient justifiées. Mais il était de nouveau heureux, et pouvoir connaitre ce bonheur une deuxième fois dans sa vie c'était vraiment une chance, une chance qu'il aurait du saisir plus tôt. Ça c'était fait même si ça avait mit du temps, ce dont il avait le plus eu peur c'était de ne pas pouvoir le rendre heureuse parce que lui il se connaissait il savait comment il était mais elle semblait épanouit, alors peut-être que finalement il ne se débrouillait pas si mal que ça.

Aujourd'hui il n'avait pas vraiment put la voir, faut dire que ce n'était pas toujours évident puisqu'elle était élève et lui prof. Ils pouvaient se voir l week-end sinon c'était les cours et quelques petits moments par ci par la. Le midi parfois mais rarement puisqu'ils devaient resté dans le secret, les pause ou parfois le soir mais ce n'était pas évident puisqu'elle était dans sa chambre d'étudiante et les professeurs n'avaient pas l'autorisation d'y accéder. Enfin autorisation ou pas ça n'allait pas empêcher Jared d'y aller, il avait toujours aimé braver les interdits alors il ne risquait pas de changer ça alors que c'était pour rejoindre Deborah.

Il s'était donc aventuré dans le couloir qui menait aux chambres, évitant de se faire remarquer pour une fois et arriva enfin devant la chambre qui devait être celle de Deborah, normalement, en tout cas il espérait ne pas s'être trompé, parce que la pour avoir l'air con il aurait l'air con. Bon okay il trouverait bien une pirouette comme il savait si bien le faire mais à son grand soulagement il n'allait pas en avoir besoin puisque ce fut bien Deb qui lui ouvrit la porte et le tira à l’intérieur pour l'embrasser. Jared passa automatiquement ses mains dans son dos et lui rendit son baisé mais il ne put le prolonger vus qu'elle se recula assez vite, pourtant il aurait bien voulut. Ah d'accord elle devait rendre un livre à une amie et après elle serait tout à lui, super ! Elle l'embrassa une nouvelle fois et commençait déjà à partir au moment ou il lui répondit:

"Oh si je t'en voudrais énormément!"

En fait je crois bien que même s'il essayait ça ne durerait pas plus d'un certain temps, il n'y arriverait probablement pas. Bon bref elle était partie et le voila qui se retrouvait seul dans sa chambre universitaire. Il regarda à droite à gauche et aperçut son carnet de croquis, oui c'était bien celui la qu'il avait vu au parc et qu'elle avait immédiatement refermé quand elle avait remarqué sa présence. Qui a dit que les hommes de fouinaient pas ? En tout cas Jared lui était un fouineur et il avait bien envie de savoir ce qui se trouvait dans ce carnet. Il s'en empara et commença à feuilleter, il passait les pages assez vite, il y voyait des enfants qui jouaient puis... Hein ? Il revint à la page précédente et... Au début il ouvrit la bouche, plus qu'étonné puis ses lèvres s’étirèrent pour afficher un grand sourire, alors la dur de se retire d'éclater de rire. C'était bien lui qu'elle avait dessiné, il arrivait à se reconnaitre, mais le truc c'était qu'elle l'avait dessiné complétement nu ! Il comprenait maintenant très bien pourquoi elle avait caché le carnet toute paniquée. Alors la c'était juste trop fort, il restait figé dessus jusqu'à ce qu'elle arrive. Et quand elle se retourna après avoir fermé la porte il lui montra le dessin.

"Dis donc je savais pas que tu fantasmais sur moi à ce point !"
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Discretion de rigueur / Deborah   Ven 11 Mai - 20:07

J’aimais bien repenser par tout ce qu’on était passé avec Jared. Je ne regrettais rien, nous aurions peut-être pu nous mettre ensemble avant mais nous rattrapions le temps perdus. J’avais toujours un peu peur que Jared est de nouveau peur que je ne sois pas heureuse. Pourtant j’étais épanouie en étant avec lui. J’étais contente de voir qu’il souriait et je ne regrettais donc pas de lui avoir ouvert les yeux.

Nous nous n’étions pas vu aujourd’hui, ce n’était pas vraiment une mauvaise chose car nous devions garder un peu d’indépendance mais il m’avait un peu manqué. J’aimais bien le voir même si je ne pouvais pas lui parler ou bien être proche de lui. Notre relation devait rester secrète et je n’avais pas envie qu’il est des soucis avec son travail. De temps en temps, nous arrivions à nous voir pendant quelques minutes. Le midi, c’était assez rare et pour le soir ce n’était pas si évident puisque je vivais en chambre universitaire. Je pouvais me libérer de temps en temps pour aller chez lui mais ça me gênait un petit peu. Pour ce soir, Jared allait essayer de venir. C’était interdit dans le règlement mais Jared aimait braver les interdits et je ne me faisais pas de soucis pour lui.

Je m’étais mise à ranger ma chambre en l’attendant. Ce n’était pas le bordel, loin de là, mais je m’impatientais et j’avais besoin de bouger. Je tombais alors sur un livre que j’avais emprunté à une fille du campus. J’avais fini de le lire et je devais aller lui rendre. Je m’apprêtais alors à partir lorsque j’entendis une personne toquer à la porte. C’était surement Jared. J’ouvrais donc la porte et le fis entrer dans la chambre. Je l’embrassais tandis qu’il passait ses mains derrière mon dos. Ses lèvres m’avaient manquée et je comptais bien en profiter un maximum. Je me reculais pour lui demander s’il ne m’en voudrait pas que je le laisse quelques secondes seul. Je lui précisais que je devais aller rendre le livre à une amie. Je l’embrassais à nouveau et commençais à partir alors qu’il me lança qu’il allait m’en vouloir énormément. Je savais que ça ne durerait pas longtemps. J’avais juste à l’embrasser pour qu’il me pardonne de l’avoir laissé quelques instants.

En partant, j’avais oublié que j’avais laissé mon carnet de croquis sur le bureau et je ne pensais pas que Jared irait regarder dedans. Je n’étais pas partit longtemps, peut-être deux minutes. Je m’étais un peu dépêchée pour ne pas le laisser seule. Je revenais donc dans la chambre et refermais la parole. Je me retournais vers lui alors qu’il me montrait le dessin que j’avais fait de lui. Il me lançait ensuite qu’il ne savait pas que je fantasmais sur lui à ce point. Mes joues devenaient rouges de honte. Ce dessin devait rester secret, ça aurait été juste un dessin de lui, je lui aurais montré. Mais là il était nu dessus et j’avais un peu honte. Je ne savais pas vraiment quoi lui répondre et je regardais toute ma chambre à la recherche d’un trou de souris. Chose que je ne trouvais pas et même en trouvant, je n’aurais pas pu aller m’y cacher. Mais je devais détourner le sujet. Je m’avançais vers lui et lui reprenais le carnet que je fermais et que je reposais sur le bureau.


On ne t’a pas appris que ce n’était pas bien de regarder dans les affaires des autres ?

Je n’avais pas vraiment envie qu’il reste sur cette discussion. C’était gênant pour moi, je trouvais le dessin réussit mais il n’était pas fait pour être montrer aux autres. Ce n’était un dessin que pour moi, mon dessin. Pourtant, je savais que Jared n’allait pas rester sur ma question, et il était bien partit pour me taquiner sur ce sujet. Je devais peut-être lui faire comprendre que je n’avais pas fait ça pour un fantasme mais plutôt comme un souvenir ? Je n’en savais rien, je n’en savais rien car je n’avais même pas compris pourquoi je l’avais dessiné. Je préférais dessiner des natures mortes ou des enfants mais pas des adultes. Et pourtant, ça m’avait pris sur un coup de tête.

Et pour ton info, je ne fantasmais pas sur toi et je ne fantasme pas sur toi. Puis ce n’est qu’un dessin, il n’est pas accroché au mur pour que je le voie tous les jours à ce que je sache !

Je n’étais pas fâchée contre lui et je parlais très calmement. Puis je lui rendais même son sourire mais je n’avais pas envie qu’on reste sur ce sujet longtemps.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Discretion de rigueur / Deborah   Sam 12 Mai - 16:39


Maintenant que la journée était finit il allait enfin pouvoir la rejoindre. Parce que okay c'était mieux de ne pas se voir trop souvent histoire de ne pas éveiller les doutes mais aussi histoire de se faire désiré et de ne pas être complétement dépendant de l'autre, mais c'était bien aussi de se retrouver et de profiter de ces moments. Après tout à quoi ça servirait d'être en couple si l'on ne pouvait pas se voir.

Il avait donc prévu d'aller la retrouver dans sa chambre universitaire, il savait très bien que c'était interdit, et je ne vous explique pas pourquoi, mais n'était ce pas plus marrant de faire quelque chose d'interdit que quelque chose d'autorisé ? Et puis de toute façon il n'y avait pas à tortiller, il voulait voir Deborah donc il irait la voir, point barre. C'était fou comme il avait put s'y attacher, et maintenant, même depuis quelques temps d'ailleurs il ne pouvait plus se passer d'elle. Je crois bien que si elle partait ou quelque chose comme ça il serait complétement anéantit. Il était donc passé dans le couloir sans se faire remarquer, ce qui n'était pas toujours évident puisqu'il connaissait beaucoup de personne et que beaucoup de personne le connaissait, mais bon il n'allait pas non plus se ramené avec une capuche noire sur la tête pour ne pas se faire repérer.

Après avoir frappé à la porte celle ci s'ouvrit pour laisser apparaitre la femme qui arrivait à le rendre heureux depuis quelques temps. Elle lui attrapa la main pour le faire rentrer à l’intérieur et ferma la porte avant de l'embrasser en passant ses bras autour de son cou. Le baisé était un peu trop court à son goût mais elle devait aller rendre un livre, espérant que ça ne le dérangeait pas qu'elle y aille et qu'elle revienne juste après. Bien sûr il ne put s’empêcher de lui répondre ironiquement qu'il lui en voudrait beaucoup, mais elle était déjà en train de partir. Alors qu'elle n'était plus la il en profita un peu pour fouillé.

Il avait aperçut se carnet qu'il avait déjà vu au parc. Elle l'avait fermé d'un coup sec par réflexe et je n'avais pas put voir ce qu'elle avait dessiner, ce que j'avais vraiment envie de voir, la curiosité est un vilain défaut je sais mais c'est aussi un défaut humain que la plus part d'entre nous a. Il feuilleta les page et s'arrêta à l'une d'entre elle en particulié, tout simplement parce que c'était lui qui était dessiné dessus, pourtant il n'avait pas posé elle l'avait fait de tête. En même temps il n'aurait pas posé comme ça, oui parce qu'il était totalement nu sur ce dessin. C'était trop fort, il adorait, c'était bien fait en plus.

Quand Deborah ferma la porte derrière elle et se retourna elle put voir Jared lui montrer le dessin en lui qu'il ne savait pas qu'elle fantasmait sur lui à ce point. Alors que lui affichait un grand sourire elle devint plus rouge qu'une tomate. Oui oui il avait bien trouvé le dessin qu'elle avait fait de lui tout nu et franchement ça le faisait bien rire. Ben oui il n'allait pas s'énerver pour ça, plutôt tout le contraire hein. Bien sûr elle reprit le carnet pour le fermer et le reposer et elle détourna la conversation, s'attaquant au fait que j'avais fouillé dans ses affaires et que ce n'était pas bien.

"Non non on ne m'as jamais apprit ça."

Il souriait, il faut dire que la situation s'y prêtait très bien. Elle reprit en disant qu'elle ne fantasmait pas sur lui, ni avant ni maintenant, que ce n'était qu'un dessin et qu'il n'était pas accroché au mur pour qu'elle puisse le voir tous les jours. Mais c'était bien vrai ça ? Que faisait ce dessin encore dans son carnet, vous me direz rien ne l’empêchait de regarder son carnet tous les jours, quand elle le voulait, après tout il n'était pas rangé alors qui sait ? Peut-être le regardait-elle avant de dormir ? Il rit légèrement face à ses situations qu'il était en train de s'imaginer puis il prit le dessin, une punaise et monta sur son lit pour l'afficher juste au dessus. Voila problème réglé, et tout avec un grand sourire au lèvres. Oui il s'amusait comme un gamin la, un grand gamin de vingt-trois ans.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Discretion de rigueur / Deborah   Sam 12 Mai - 17:37

Je rangeais ma chambre en attendant que Jared arrive. Ce soir il devait venir me rejoindre dans ma chambre, c’était un peu risqué puisque c’était interdit aux professeurs de rentrer dans le campus et que beaucoup d’élèves le connaissaient. Mais je savais que Jared allait savoir être discret et ne pas se faire remarquer. Je trouvais un livre que j’avais emprunté à une fille du campus, je me préparais à aller lui rendre quand j’entendis frapper à ma porte.

Je me doutais que c’était Jared qui arrivait. J’ouvrais donc la porte et le fis entrer après avoir vérifié que c’était lui. Quand la porte fut fermée, je l’embrassais alors qu’il passait ses mains derrière mon dos. Ses lèvres m’avaient manquée et je voulais en profiter le maximum. Mais avant je voulais aller rendre le livre pour me retrouver tranquillement avec lui. Je me détachais alors de lui pour le mettre au courant et pour lui demander s’il ne m’en voudrait pas. En même temps, même s’il me disait que si, je ne le croirais pas. Jared ne pouvait pas m’en vouloir longtemps pour quelque chose comme cela. Je commençais à partir quand il me répondit qu’il m’en voudrait beaucoup. Je ne répondais rien et partais.

Je ne lui avais pas dit de faire comme chez lui car je savais qu’il allait le faire. Mais je ne pensais quand même pas qu’il allait fouiller dans mes affaires. En même pas deux minutes, il avait réussi à regarder mon carnet de croquis que j’avais laissé poser sur mon bureau. Il ne m’était pas venu à l’idée, qu’il regarderait mes dessins sans mon autorisation. Surtout qu’il y avait un dessin que je ne voulais pas qu’il voit. J’étais fière de ce dessin mais il représentation Jared dans la tenue d’Adam. Je le voyais déjà en train de rire à mon nez s’il voyait mon dessin. Je ne comprenais toujours pas pourquoi je l’avais dessiné. C’était venu sur un coup de tête.

Je revenais dans la chambre après deux minutes d’absence. Je me retournais vers Jared après avoir fermé la porte derrière moi. J’eu la surprise de le voir avec mon carnet dans les mains. Il avait retourné se dernier pour que je puisse voir le dessin de lui. Je ne pouvais empêcher mes joues de devenir rouge écarlate. J’étais complétement gênée et je regardais dans ma chambre pour trouver un trou de souris. Il rajouta ensuite qu’il ne savait pas que je fantasmais sur lui. Je m’avançais vers lui pour reprendre le carnet que je fermais et que je reposais sur le bureau. Je lui demandais alors si on ne lui avait pas appris que ce n’était pas bien de regarder les affaires des autres. Je ne lui en voulais pas mais j’aurais préféré qu’il tombe sur autre chose. Il était toujours en train de me sourire pour me dire que personne ne lui avait appris ça.


Je devrais peut-être te l’apprendre alors.

Je souriais moi aussi car je ne voulais pas gâcher notre soirée et que je devais mieux prendre cette histoire. Surtout qu’il ne s’était pas fâchée contre moi et qu’il ne s’était pas vraiment moquer de moi. Puis il devrait être content que je l’ai dessiné, ça prouvais que je me préoccupais de lui. Je rajoutais ensuite que je ne fantasmais pas sur lui et que je ne fantasmais toujours pas sur lui et puis que je n’avais pas accroché le dessin au mur pour le voir tous les jours. J’aurais pensé qu’il allait me lancer un petit pique. Mais sa réaction m’étonna encore plus. Je le vis prendre le dessin du carnet et aller l’accrocher au-dessus de mon lit avec une punaise. Avec de faire cela, il avait ri légèrement et il avait plutôt l’air fier de sa bêtise. Je me mis à mon tour à rigoler. J’avais l’impression d’avoir un gamin devant moi.

J’aimerais bien garder le dessin au-dessus de mon lit mais si une personne vient dans ma chambre, et qu’elle le voit, elle va se poser des questions !

Sur mes paroles, je me dirigeais vers l’endroit où il était et enlevais le dessin que je remettais ensuite dans le carnet de croquis. Oui je l’avais dessiné mais ce n’était pas pour le montrer à tout le monde. Je préférais le garder pour moi.

Et puis pour ton information, je préfère te voir en vrai que sur un dessin.

Je souriais tout en m’approchant de lui. Je déposais ensuite un petit baiser sur ses lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Discretion de rigueur / Deborah   Dim 13 Mai - 15:07


C'est vrai que ça ne se faisait pas, à l'origine, de fouiller dans les affaires des autres mais de 1 Jared fouillait toujours partout quand il rentrait dans une pièce, c'était comme ça, de 2 il était en couple avec elle donc fouiller dans son carnet n'était pas bien grave et de 3 il ne pouvait pas non plus deviner qu'il allait tomber sur un truc comme ça. Et puis ben voila, quand elle était partit il avait trop eu envie de fouiller dans ce carnet. Il se rappelait qu'elle lui avait immédiatement refermer sous le nez quand elle avait remarqué sa présence. Ce jour la ils avaient tout les deux montré leur jalousie et c'est aussi ce jour la que Jared c'est lancé et lui a parlé de ses problèmes de drogue.

Quand elle était revenus à peine quelques minutes après et qu'elle s'était retournée vers lui il lui avait montré le dessin en l'agitant un peu et lui sortait qu'il ne savait pas qu'elle fantasmait sur lui à ce point. Bien sûr elle se mit à rougir en un rien de temps et vint reprendre le carnet, le fermer et le reposer sur la table en lui demandant si on ne lui avait jamais appris qu'il ne fallait pas fouiller. Bien entendus il lui répondit que non on ne lui avait jamais apprit ça et du coup Deborah se proposa pour lui apprendre elle même dans ce cas la. Elle semblait amusée elle aussi finalement et elle reprit la parole pour dire que de toute façon elle ne fantasmait pas sur lui et qu'à ce qu'elle sache le dessin n'était pas affiché au mur pour qu'elle le voir à longueur de temps. Mais elle n'était pas tout le temps dans sa chambre alors que son carnet elle pouvait l'emmener partout x)

Jared était d'humeur à jouer et puis elle avait raison, comment pouvait elle fantasmer correctement sur lui si le dessin n'était pas affiché ?! Ça n'allait pas du tout, il prit le dessin et une punaise afin de pouvoir l'accrocher au dessus de son lit sur lequel il était monté. Oui il riait et oui il était fier de lui. Par contre ce n'était pas du tout un comportement adulte on aurait plutôt dit un adolescent ou un gamin mais ça il s'en foutait, il s'était toujours dit qu'il voulait garder une part de gaminerie en lui et je dois dire que cette part la il l'entretenait bien. En même temps il ne se sentait pas encore trop vieux, il ne voulait pas être trop sérieux trop tôt, ça serait d'un ennuyant, et puis c'était bien plus amusant de ne pas l'être. Deb l'aimait comme ça non ? D'ailleurs elle se mit à rite elle aussi avant de dire qu'elle aimerait bien le garder la mais que si une personne rentrait et voyait le dessin elle risquait de se poser des questions. Aaah ouai, pas faux.

Elle reprit donc le dessin pour le remettre à sa place puis lui fit remarquer que de toute façon elle préférait le voir en vrai que sur un dessin, sur ce elle s’approcha de lui pour déposé un petit baisé sur ses lèvres.

"Oh tu me flattes la, mais d'accord !"

On pouvait s'attendre au pire oui. Il reprit place debout sur le lit et déboucla sa ceinture avant de s'attaquer aux boutons de chemises. Elle le préférait en vrai hein, alors pour qu'il soit en vrai mais comme sur son dessin il fallait qu'il se déshabille et il était bien partit pour ça la.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Discretion de rigueur / Deborah   Dim 13 Mai - 16:01

Je n’aurais pas pu imaginer que Jared allait regarder mon carnet de croquis. Je pensais qu’il avait compris au parc que ce qui était dedans était privé. Notre statut de couple ne changeait rien sur cela. Mais j’aurais dû me douter qu’il s’agissait d’un fouineur et qu’il n’allait pas se gêner pour regarder. En fait, ce qui m’embêtait le plus était qu’il était tombé sur le dessin de lui. Non ce n’était pas ça, c’est qu’il était tombé sur un dessin de lui le représentant nul. J’aurais préféré qu’il tombe sur la photo de lui en train de dormir que j’avais dans mon portable. Je n’avais pas eu le courage de la supprimer malgré non disputes et j’étais contente de l’avoir. C’était la seule que j’avais de lui pour l’instant et je comptais bien en avoir d’autres. Malgré cela, il était tombé sur ce dessin.

Je revenais dans ma chambre quelques minutes plus tard. Je me retournais vers lui, après avoir fermée la porte de ma chambre, et pu le voir avec le dessin dans la main. Il n’essayait même pas de la cacher puisqu’il l’avait retourné pour bien que je le vois. Mes joues étaient tout de suite devenues rouges écarlates alors qu’il rajoutait qu’il ne savait pas que je fantasmais sur lui à ce point. J’aurais voulu pouvoir trouver un trou pour me cacher mais je n’avais nulle part où aller. Je m’avançais donc vers lui pour reprendre le dessin et le reposer sur mon bureau. Je lui demandais ensuite si on ne lui avait jamais appris qu’il ne fallait pas fouiller dans les affaires des autres. Je n’étais pas en colère contre lui mais je voulais essayer de changer de sujet. Bien sûr il me répondit que non et je lui proposais alors de le lui apprendre. Je souriais plutôt amusé de la situation en fin de compte. Si j’avais su qu’il allait le prendre aussi bien, j’en aurais parlé plus tôt.

Je repris ensuite la parole pour lui dire que je ne fantasmais pas sur lui et que ce n’était toujours pas le cas. Je précisais que le dessin n’était pas accroché au mur et que par conséquent je ne le voyais pas tous les jours. J’aurais pensé qu’il allait me lancer un petit pique mais à la place il prit le dessin du carnet ainsi qu’une punaise et alla l’accrocher au mur. Il riait et je me mis aussi à rire. La situation était comique et j’avais l’impression d’avoir un gamin de quinze ans devant moi. En même temps, c’était un côté de lui que j’aimais, je préférais ça que d’avoir quelqu’un qui se prenait tout le temps au sérieux. Je lui fis quand même remarquer que si une personne rentrait dans la chambre et voyait le dessin, elle allait se poser des questions. Surtout que Jared était nu et que pour le dessiner dans cette tenue il aurait fallu que je le voie au moins une fois comme cela. Et même si c’était la vérité, nous devions garder le secret.

Je récupérais le dessin pour le remettre dans le carnet puis je lui fis remarquer que je préférais le voir en vrai que sur un dessin. Après ses paroles, je m’approchais de lui et déposa un petit baisé sur ses lèvres. Je voulais profiter de sa présence. Il me répondit que je le flattais puis il me dit qu’il était d’accord. Je ne comprenais pas vraiment ce qu’il voulait dire par là. Mais je n’eus pas à réfléchir bien longtemps, il avait repris place debout sur le lit et déboucla sa ceinture puis détacha les boutons de sa chemise. Je fus prise d’un fou rire. Mais je me repris assez vite.


Attention, je risque de te sauter dessus si tu continues comme ça.

En fait il n’avait même pas besoin de continuer. Je le fis tomber sur le lit et me mis sur lui pour l’embrasser à nouveau. Cette fois, je prolongeais le baiser au maximum. Je ne voulais plus me poser de question sur le dessin. Mais j’avais encore une petite chose à lui dire.

Je n’ai pas besoin que tu fasses la statue sur mon lit, j’ai une photo de toi sur mon portable pour te voir tous les jours.

Je souriais puis plongeais mes yeux dans son regard. J’étais heureuse et je sentais mon cœur s’emballait. Je me sentais bien en sa présence.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Discretion de rigueur / Deborah   Mar 15 Mai - 17:30


Oui la elle devait s'en vouloir d'avoir stupidement laisser son carnet de dessins trainer en sachant que Jared était seul dans la même pièce. Évidement qu'il fouillait, c'était plutôt marrant et puis de toute façon il l'avait toujours fait alors il n'allait pas arrêter aujourd'hui. Et puis dans un sens ça incitait les autres à ne rien lui cacher aussi. Elle ne fantasmait pas pour lui ? Enfin en même temps ça l'aurait étonné qu'elle confirme ce qu'elle avait dit, même s'il avait raison elle ne l'aurait pas avoué. Oui en effet il n'était pas accroché au mur mais pour ça Jared avait une solution toute trouvée !

Il avait pris le dessin et avait été l'afficher au dessus de son lit, comme ça elle pouvait fantasmer tranquillement. Délicate intention non ? Mais c'était vrai que si quelqu'un rentrait il risquait de se poser des questions xD Et pis quoi c'est pas rare les élèves qui fantasment sur leur profs, autant chez les filles que chez les garçons ! Alors après tout ça pourrait passer... Ou pas, Bref de toute façon elle l'avait déjà enlevé et rangé. Et puis elle disait avant de l'embrasser qu'elle préférait le voir en vrai. Sur ce il lui dit qu'il était d'accord après avoir dit qu'elle le flattait. Elle ne dut pas comprendre au début pourquoi il disait ça mais la réponse avait du venir très vite à son cerveaux quand il était monté sur le lit en commençant à se mettre dans la même tenue que sur son dessin.

Alors qu'il avait juste débouclé sa ceinture et défait les boutons de sa chemise et éclata de rire, oui elle avait comprit xD Mais ça ne dura pas très longtemps, elle se reprit et lui dit de faire attention parce qu'elle risquait de lui sauter dessus si il continuait comme ça.

« Okay dans ce cas la je vais continuWoww ! »

Ben oui elle venait de le faire tomber sur le lit, finalement il n'avait même pas eu besoin de continuer pour qu'elle lui saute dessus, elle n'avait pas put lui résister plus longtemps. Et il n'eu d'ailleurs pas eu le temps de rajouter quoi que ce soit, même s'il aurait bien sortit quelque chose, qu'elle était déjà sur ses lèvres, à l'embrasser encore et encore alors que lui baladait ses mains dans son dos. Super position, il avait vu sur son décolleté !C'est pas de la perversité, c'est l'amour des belles choses, de ce qui mérite d'être apprécié à sa juste valeur, quoi ? C'est pas français ? M'en fou ! x) Elle s'arrêta un instant de l'embrasser pour lui dire qu'il n'avait pas besoin de faire la statue sur son lit parce que de toute façon elle avait déjà une photo de lui pour le voir en vrai.

Il stoppa tandis qu'elle l'observait et tout en étant hypnotisé par ses yeux il chercha à quel moment ils avaient fait des photos ensemble, ils n'en avaient pas fait ou alors il avait des pertes de mémoire. Il réfléchis donc à quelle moment elle aurait put le prendre en photo sans qu'il ne s'en aperçoive mais appart quand il dormait il ne voyait pas, et quand il dormait elle dormait aussi donc... A moins que ? Non elle ne l'aurait pas prit en photo quand il était sous l'emprise de la drogue, ça il en était sûr, elle n'était pas comme ça, mais alors quand ?

« Quelle photo ? »

Oui il était curieux de savoir de quelle photo elle parlait, si elle en avait vraiment une. Il fit doucement glisser sa main sur sa joue pour la caresser, oui Jared pouvait être doux quand il voulait, quand il s'en donnait la peine, quand il aimait.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Discretion de rigueur / Deborah   Mar 15 Mai - 18:46

J’aurais dû penser à ranger mon carnet de croquis. Pourquoi n’avais-je pas pensé au fait que Jared pouvait être un fouineur ? Surement, car je ne connaissais pas ce défaut de lui mais à vrai dire je ne lui en voulais pas. De toute façon, à quoi ça mer servirait de lui en vouloir ? A rien, surtout qu’il avait plutôt bien prit le dessin, enfin même très bien prit. Et j’étais contente qu’il en rigole. Bien sûr, ce n’était pas un fantasme de ma part mais il voulait me montrer le contraire en allant accrocher mon dessin au-dessus de lui. Ça ne m’aurait pas gênée de le garder au-dessus du lit mais ça m’était déjà arrivé que quelques filles du campus viennent me rendre visite dans ma chambre. Et je n’avais pas vraiment envie qu’elle me pose des questions sur ce dessin.

J’allais donc le décrocher tout en lui disant que certaines personnes risquaient de me poser des questions en voyant la réponse. Beaucoup d’élèves fantasmaient sur ses élèves mais pas au point d’avoir un dessin de lui nu. Puis, elle se poserait surement les questions pour savoir comment j’avais pu le voir nu pour le dessiner. Je l’embrassais ensuite et rajoutais que de toute manière, je préférais le voir en vrai que sur un dessin. Au moins en vrai, je pouvais toucher son corps alors que là, je ne pouvais que regarder. Il prenait ça à la rigolade en me répondait que je le flattais et qu’il était d’accord. D’accord pour quoi ? Je n’en savais rien mais j’eu ma réponse assez vite. En effet, il avait repris sa place sur le lit et avait débouclé sa ceinture avant de défaire les boutons de sa chemise.

J’éclatais de rire en comprenant ce qu’il voulait faire. En fait, je n’avais qu’une envie, lui enlevé moi-même ses vêtements. Non, non, je ne suis pas accro juste amoureuse et attiré par son corps. Je me reprenais pour lui dire qu’il devrait faire attention sinon je risquerais de lui sauter dessus. Apparemment, ça ne le dérangeait pas puisqu’il voulait continuer. Mais je ne lui en laissais pas le temps le faisait tomber du lit alors qu’il avait fait un petit cri. Je me retrouvais au-dessus et prenais possession de ses lèvres. Je ne voulais pas lâcher ses lèvres et lui non-plus apparemment. Il passait ses mains derrière mon dos alors que les miennes entouraient son visage.

Pourtant je m’arrêtais, éloignant un peu mon visage du sien. Je plongeais mon regard dans le sien et lui disais que je n’avais pas besoin qu’il fasse la statue sur mon lit car j’avais une photo de lui dans mon portable. J’avais l’impression qu’il n’avait pas entendu ce que je venais de dire tellement il avait l’air hypnotisé par mes yeux. J’aurais pu rester des heures à le regarder. Je me remémorais tous les moments passés avec lui et celui du cinéma où je l’avais trouvé endormi. J’avais eu envie de le prendre en photo pour garder un petit souvenir. J’aurais peut-être dû lui dire plus tôt puisqu’il me demanda de quelle photo je parlais. Je rigolais un peu. C’est vrai qu’il était en train de dormir et qu’il ne m’avait donc pas vu en train de le photographier, j’étais plutôt fière de moi sur le coup.


Juste une photo au cinéma. Tu te souviens quand je t’ai retrouvé en train de dormir ? Ben, je n’ai pas pu m’empêcher de te prendre en photo. Il faut bien que j’avoue, que tu ressemblais à un gros bébé à ce moment-là. Je pourrais même dire à un gros bébé sexy.

Je rigolais encore un peu avant de reprendre possession de ses lèvres puis de faire balader mes mains sur son torse. Je descendais ensuite mes mains pour détacher son pantalon. J’avais envie de lui. Je commençais à faire descendre son pantalon lorsque j’entendis quelqu’un frapper à la porte. Je m’arrêtais dans mon élan et fis un geste à Jared pour lui dire de se taire. Je le prenais ensuite par le bras et l’emmena dans la salle de bain que je fermais ensuite à clé. Puis j’allais ouvrir la porte.

La chute de Jared sur le lit avait fait pas mal de bruit et une des filles venaient vérifier que je n’avais rien de grave. Je lui expliquais alors que j’étais tombée sur le lit en essayant de tuer une araignée avec une chaussure. L’excuse était bidon mais ça avait marché et elle était repartit. Je refermais la porte et poussa un soupir. J’avais bien cru que notre secret était dévoilé.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Discretion de rigueur / Deborah   Ven 18 Mai - 11:05


Oui il était monté sur le lit pour accrocher le dessin. Il y en avait beaucoup de mecs de son âge qui faisaient ça ? Peut-être que oui après tout, ou peut-être pas. Enfin s'il fallait choisir entre ça ou être le coincé de service mode balais dans le cul, polis, obéissant et faux cul ben il n'allait pas hésiter longtemps. Bon bien sûr après avoir rit elle avait reprit le dessin sous prétexte que si quelqu'un rentrait et le voyait il ou elle allait se poser des questions, ce n'était pas faux. Et puis comme elle lui dit après l'avoir embrasser elle préférait voir l'original elle. Sur ce il répondit qu'elle le flattait et qu'il était d'accord, d'accord pour ? Ben pour s'exposer comme sur son dessin, oui il étai monté sur le lit et avait commencé à se déshabillé, enfin pour l'instant il n'avait que défait sa boucle de ceinture et ses boutons de chemise.

Elle l'avertit que s'il continuait elle allait lui sauter dessus, ce qu'elle fit d'ailleurs sans attendre alors qu'il était en train de répondre que dans ce cas la il allait continuer. En moins de deux elle se retrouva au dessus de lui en train de l'embrasser, ça avait bien évolué depuis qu'ils s'étaient mit ensemble, plus de retenue bidon et ce genre de chose, et puis plus de sourires et de délires... Et de sexe aussi c'est vrai mais ça c'est normal dans un couple me direz vous. Elle avait les mains autour de son visage alors que celles de Jared passaient dans son dos et avaient quelques risque de descendre un peu plus bas dans peu de temps mais elle mit fin au baisé à son grand regret.

Elle lui dit qu'il n'avait pas besoin de faire la statue sur son lit puisqu'elle avait une photo de lui pour le voir en vrai, sur son portable. Jared avait plongé ses yeux dans les siens et ne bougeait plus mais il avait très bien entendus et ça 'avait surprit. En fait il était en train de réfléchir quand est ce qu'elle aurait put le prendre en photo mais il ne trouva pas et finit donc par lui demander de quelle photo elle parlait. Elle rit un peu et lui expliqua qu'elle l'avait pris en photo quand il dormait au cinéma, aaah non pas possible, il n'y avait pas pensé à celle la, elle était déjà complétement folle de lui à ce moment la ? Un gros bébé ? Un gros bébé sexy même ?

"Sexy oui gros non ! Je veux voir la photo !"

Il sourit alors qu'elle rigolait avant de lui rendre son baisé et frissonner légèrement quand elle passa ses doigts sur son torse. Les mains de Jared quand à elle passèrent doucement le long de son dos pour aller sous son pantalon alors qu'elle lui enlevait le sien. Mais pas le temps d'aller plus loin qu'ils entendirent quelqu'un frappé à la porte. Deborah lui fit signe de se taire bien qu'il l'avait fait automatiquement en l'emmena dans la salle de bain. Il soupira en entendant le verrou de la porte, c'était pas nécessaire qu'elle ferme à clé. La personne qui était venus n'allait pas venir non plus. Il remonta son pantalon, reboucla sa ceinture, heureusement qu'il n'avait pas enlevé sa chemise sinon elle serait resté là-bas et ils aurait été grillé. Il s'appuya contre le mur, il n'y avait plus qu'à attendre maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Discretion de rigueur / Deborah   Sam 19 Mai - 19:19

Lorsqu’il était monté sur le lit pour accrocher le dessin, j’avais eu l’impression d’avoir un gamin de quinze ans devant moi. Ça me faisait rire, j’aimais ce côté de lui car il pouvait s’amuser de tout. Je rigolais puis allait reprendre le dessin que je reposais sur le bureau. Je lui expliquais que je ne pouvais pas laisser le dessin sinon des personnes se poseraient des questions. Malgré que ça ne m’ait pas déplu, je ne voulais pas que notre secret soit déjà connu par les filles du campus. Je l’embrassais par la suite et rajouta que je préférais le voir en vrai que sur un dessin. Surtout que je pouvais toucher « l’original » alors que ce n’était pas le cas avec le dessin. Et puis maintenant que nous étions en couple, je le voyais assez souvent pour ne pas avoir besoin d’un dessin de lui. Il me répondit qu’il était flatté de mes propos et qu’il était d’accord.

Je ne voyais pas pourquoi il était d’accord. Mais lorsque je le vis reprendre place sur le lit et commencé à défaire se ceinture et les boutons de sa chemise, je compris. Il voulait surement faire la statue sur mon lit comme sur le dessin. Mais je n’avais pas envie d’une statue, je préférais qu’il agisse au lieu de rester immobile. Pour plaisanter, je lui lançais que s’il continuait, j’allais lui sauter dessus. En fait je n’attendais pas la fin de sa réponse, disant que dans ce cas il allait continuer, et lui sautais dessus. Je me retrouvais au-dessus de lui et l’embrassais. Ses mains passaient sur mon dos alors que les miennes entouraient son visage. J’avais envie de profiter de ses baisés et de ses câlins, j’agissais naturellement avec lui et il avait su me mettre à l’aise dès le début. Pourtant je mettais fin à notre baiser pour éloigner un petit peu mon visage.

Je le regardais et lui disais que je n’avais pas besoin qu’il fasse la statue car j’avais une photo de lui sur mon portable. Mon regard était plongé dans le sien et j’avais l’impression qu’il ne m’avait pas écouté. Je ne savais pas à quoi il pensait, du moins si c’est ce qu’il faisait. Il finit par me demander de quelle photo je parlais. Je me rappelais alors qu’il ne m’avait pas vu le prendre et que je ne lui en avais pas parlé par la suite. Je lui expliquais que je l’avais pris lorsqu’il dormait au cinéma et que je n’avais pas pu m’empêcher de le prendre car il ressemblait à un gros bébé qu’il fallait avoué sexy. Je ne disais pas ça méchamment, j’aimais le regarder dormir car il était mignon en dormant. J’aimais voir son visage apaisé. Sa réponse me faisait sourire, il voulait bien que je dise sexy mais pas gros et il voulait voir la photo.


Si tu n’étais pas un gros bébé, tu serais tout petit et tu ne serais pas en-dessous de moi en ce moment. Et pour la photo, je te l’as montrerais plus tard, je n’ai pas envie de me lever pour l’instant.

Je rigolais puis reprenais possession de ses lèvres alors que mes doigts glissaient sur son torse. Jared faisait glisser ses mains sous mon pantalon alors que je commençais à lui enlever le sien. Nous étions partit pour aller plus moins mais nous fîmes couper par des quelqu’un qui tapait à la porte. Je lui fis un signe de se taire et l’emmena dans la salle de bain. Je fermais ensuite la porte à clé pour être sûr que la personne ne l’ouvrirait pas si elle rentrait dans la chambre. Apparemment la chute de Jared avait fait du bruit et une de mes voisines venaient vérifier que je n’avais rien. Je trouvais vite fait une excuse que je lui sortis en espérant qu’elle s’en aille. Elle n’avait pas eu de mal à me croire et repartit quelque secondes plus tard. Je soupirais après avoir refermé la porte derrière moi. Nous devions faire attention à ce que nous faisions. Il fallait avouer que c’était plus facile chez lui.

J’avais envie d’embêter un peu Jared en le laissant galérer dans la salle de bain. Je souriais et partit m’assoir sur mon lit avant de finir coucher sur celui-ci. Je savais que je risquais de subir ses foudres mais ça m’était égal. Bien sûr, ce n’était pas assez suffisant pour moi de l’embêter. J’avais envie de lui faire croire que j’allais le laisser dans la salle de bain pour la nuit. J’étais sadique avec lui.


Désolé mon JaredChou mais on fait trop de bruit et je préfère te laisser dans la salle de bain pour être sûr que personne ne découvre pour nous deux.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Discretion de rigueur / Deborah   Mer 23 Mai - 15:42


C'était lui ou la réalité était vraiment comme dans les film, en gros quelqu'un débarque au mauvais moment comme par hasard. Et encore ils avaient eu de la chance qu'il ou elle n'ai pas ouvert directement la porte et ai d'abord frappé. Bon elle l'avais fait tombé sur le lit en lui sautant dessus alors qu'il se déshabillait donc oui ça avait fait du bruit, mais quelqu'un n'allait pas débarqué à chaque fois qu'ils faisaient un peu de bruit sinon ils n'étaient pas sortit de l'auberge. L'inconvénient de ses chambres pour étudiant, et il avait déjà pas mal de chance qu'elle ne soit pas en collocation. Ça l'avait un peu agacé, devoir se retrouvé en un rien de temps dans la salle de bain à cause d'un petit curieux.

Bon en attendant j'avais le temps de penser, son histoire de photo m'intriguait. Ben oui elle lui avait dit qu'elle l'avait prit en photo alors qu'il dormait devant le film, il se demandait bien quelle tête il pouvait avoir le dessus mai il se rappelait très bien, ils s'étaient disputé et quelques jours plus tard elle avait fait un malaise pendant son cours. Au oui il s'en rappelait très bien de tout ça, il avait du l'emmener à l'hôpital et ça devait bien être la qu'il avait remarqué qu'il s'était attaché à elle et c'était aussi leur premier baisé, enfin elle l'avait déjà embrassé une fois mais il n'y avait pas répondu. Enfin bref je m'y perd la, mais ça faisait remonté des souvenirs à la surface et en entrainait d'autre, et puis il n'avait que ça à faire la. Y'avait plus qu'à se dire que peut-être elle ferait ce qu'elle avait dit et qu'elle lui montrerait plus tard même s'il avait un petit doute, au pire il lui rappellerait.

Il avait remonté son pantalon sans pour autant reboutonner sa chemise mais c'était plus simple pour marcher et ça faisait largement moins con. Puis il était aller devant le miroir, au début pour se regarder, roooh oui un miroir on vas généralement devant pour se regarder dedans n'allez pas chercher quelque chose de narcissique la dedans, et puis ben il avait finit par faire quelques petites grimace. Quoi c'est amusant non ? Et puis personne ne le regardait alors qu'est ce qu'il en avait à foutre ? Il sortit de son délire quand il entendis Deborah lui parler pour lui dire.... Pour lui dire quoi ??? Hey oh ce n'était pas un animal que l'on enfermait dans sa cage, pas de séquestration nan mais oh, ça ne le traumatiserait pas non plus mais ça le ferait bien chier, remarque il y avait des toilettes (je sors).

"A toi de voir si tu penses que je ferais plus de bruit à l’intérieur ou à l’extérieur de la salle d'eau !"

Bon il se doutait bien qu'elle n'allait pas le laisser seule enfermé dans cette pièce toute la nuit, et puis elle aurait du mal à dormir. Il connaissait Deborah, elle pouvait très bien faire des blague comme ça pour l'enquiquiner, le taquiner, juste pour rire quoi, rien de bien méchant, mais ça ne durait pas sinon elle culpabilisait. De son côté ça ne lavait jamais gêné lui sauf avec très peu de personne dont Deborah faisait partie. Il ne se voyait pas faire une farce à long thermes à Logan non plus ou à Dawn. Enfin bref pour l'instant ce dont il devait se préoccuper c'était de cette porte que Deb ne voulait pour l'instant pas ouvrir parce qu'il était hors de question qu'il reste ici.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Discretion de rigueur / Deborah   Sam 26 Mai - 15:48

Des fois, je maudissais mes voisines. Au moindre bruit, une d’entre elle devait venir vérifier que tout allait bien. En faisant tomber Jared sur le lit, ça avait fait un peu de bruit mais aucun mal n’avait été commis. Bien au contraire, j’étais en train de lui enlever son pantalon lorsqu’on entendit frapper à la porte. J’avais presque envie de faire un meurtre, je fis un geste à Jared pour qu’il ne parle pas alors que je l’amenais dans la salle de bain que je fermais à clé. Je devais remercier le campus, d’avoir mis des salles de bain dans les chambres. Puis j’allais ouvrir à la porte et expliquais que j’avais juste voulut tuer une araignée qui était au-dessus de mon lit et que j’étais tombée sur celui-ci. Je fermais ensuite la porte et m’asseyais sur mon lit.

Je me mis à sourire, j’avais envie d’embêter Jared et pour ça quoi de mieux que de le laisser un petit peu enfermer ? Je me couchais sur le lit et lui lançait que je préférais le laisser dans la salle de bain pour éviter de faire du bruit. Je fermais les yeux alors qu’il me répondait que c’était à moi de voir si je pensais qu’il ferait plus de bruit à l’intérieur qu’à l’extérieur. Je souriais mais ne répondit rien. Je savais qu’il n’allait pas apprécier longtemps que je le laisse dans la salle de bain. Je laissais mon esprit vagabonder et mes pensées envahir ma tête. Je me rappelais tous les moments passés avec Jared et surtout celle de la photo, c’était là où j’avais fait ma promesse, promesse qui avait été oublié par la suite. Je ne regrettais rien car maintenant j’étais heureuse.

Ça devait déjà faire dix minutes que Jared était enfermé, ses bras me manquaient. J’aurais voulu pouvoir m’y blottir. Et puis il n’était pas venu ici pour rester dans la salle de bain, je me levais alors du lit et alla ouvrir la salle de bain. J’allais l’embrasser.


Je te laisse venir avec moi dans le lit car je n’ai pas envie de dormir toute seule.

Ce n’était qu’une excuse, à vrai dire j’avais juste envie d’être prêt de lui et puis je n’avais pas envie de le laisser enfermer toute la nuit dans la salle de bain. Nous retournions ensuite dans ma chambre alors que je m’asseyais sur mon lit, mettant mon dos contre le mur. Je le regardais tout en souriant.

J’aurais dû me douter, qu’une des filles allaient venir en entendant le bruit. A chaque fois que je fais tomber un objet, elles viennent vérifier que tout va bien, comme si j’étais fragile.

Il fallait que je leur fasse comprendre que leur attitude était dérangeante. Je lui tendais ensuite ma main pour qu’il vienne à côté de moi. Ça me donnait le tournis de le voir debout.

Tu n’es pas obligé de rester debout, je plaisantais quand je disais que tu faisais trop de bruit.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Discretion de rigueur / Deborah   Dim 27 Mai - 15:55


Ouai ouai ouai des fois on à vraiment envie d’étrangler ceux qui viennent déranger un tel moment surtout quand on se retrouve enfermé dans la salle de bain mais bon on se retient. Bon Jared ne pouvait pas sortir la alors il écoutait Deborah dire qu'elle avait juste voulus tuer une araignée et qu'elle était tombé sur son lit, c'était une excuse banale et c'était sûrement pour ça qu'elle avait si bien marché et que la demoiselle était partie si vite. Il s'était perdus dans ses pensées, des pensées sur Deborah et sur tous les moments qu'ils avaient passé ensemble depuis le tout début. Quand il l'avait vu pleurer dans un coin de la cour par exemple et qu'il était venue vers elle pour la consoler, c'était un de ses point faible il n'aimait pas voir les femmes pleurer. Et puis à peine quelques jours plus tard il avait commencé à recevoir ses lettres d'amour qui l'avait bien agacé il faut le dire.

Il s'était aussi regarder un instant dans le miroir, ben quoi il était enfermé dans une salle de bain alors autant en profiter non ? Et puis si elle le laissait trop longtemps dans cette salle de bain il prendrait un douche. Oui parce qu'elle venait de lui dire qu'elle allait le laisser ici pendant la nuit parce qu'ils faisaient trop de bruit ensemble. Bon il se doutait bien que c'était une blague mais combien de temps elle allait le laisser pour la blague ça il ne savait pas. Jared lui répondit à travers la porte que c'était à elle de voir s'il faisait plus de bruit à l’intérieur ou à l’extérieur de la salle de bain. Faut dire qu'il pouvait être très bruyant quand il le voulait mais il savait lui même que même si ça le faisait chier d'attendre ici ça n'était que des menaces puisque s'il faisait du bruit et que leur secret était découvert ben ils étaient aussi bien l'un que l'autre dans la merde.

Il ne reçut pas de réponse, était-elle sortit ? Peut-être parce que quelques minutes plus tard Jared n'entendait toujours rien. Il leva les yeux au ciel et apprêtait à se déshabiller pour pouvoir se doucher quand elle ouvrit enfin la porte et lui sauta dessus pour l'embrasser. Il n’eut même pas le temps de lui faire une réflexion sur le temps qu'elle avait mit à lui ouvrir ou sur le fait qu'elle l'ai enfermé qu'il était déjà captif de ses lèvres. Pas envie de dormir toute seule ? La bonne blague, à ce qu'il sache elle dormait toute seule quand il était pas la, enfin j’espère, alors la ça ne devait pas la gênée, elle avait juste eu des remords et elle l'aimait trop pour le séquestrer toute la nuit.

"Fallait dormir avec moi dans la salle de bain"

Lui répondit-il en souriant, finalement il ne lui avait pas fait de remarque, elle l'avait embrasser alors c'était trop tard, oui ça aussi c'était une excuse. Il préférait profiter de ce moment avec elle que de lui faire des reproche même si la prochaine fois, si ça se reproduit, il veillera à ce qu'elle ne ferme pas à clé. ils revenaient dans la chambre et Deborah s'assit sur son lit, dot contre le mur puis sourit en le regardant. Elle lui expliqua qu'elle aurait du se douer qu'une des filles allaient se pointer quand elle avait fait du bruit parce que c'était ce qu'elles faisaient tout le temps pour vérifier que tout allait bien, comme si elle était fragile. Cette fois ci ce fut Jared qui sourit.

"Mais tu es fragile, ça fait partit de ton charme."

C'est vrai, quoi de plus charmant qu'une jeune femme fragile ? Tu as forcément envie de la protéger. C'était le cas de Jared avec Deb en tout cas. Oh ? Elle plaisantait quand elle disait qu'il faisait trop de bruit ? Il pouvait venir à côté d'elle ? Heureusement qu'elle lui avait dit xD Sinon il serait certainement resté debout toute le nuit hein, ou pas x). Jared s'avança vers le lit puis se mit dessus pour se pencher sur elle et coller son front au sien.

"Tu ne serais pas mieux couchée ?"

Sur ce il mit une main derrière sa tête pour pas qu'elle ne se fasse mal, puisqu'elle était contre le mur, et la tire pour qu'elle se retrouve couchée sous lui. Il passa doucement sa main sur sa joue puis y déposa ses lèvres à plusieurs reprise avant de les descendre sur sa machoir. En espérant que personne d'autre ne se pointe.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Discretion de rigueur / Deborah   Dim 27 Mai - 17:27

Des fois, je me disais que ce n’était pas agréable de loger dans les chambres universitaires et en même temps, c’était le logement le plus économique pour moi. J’avais aussi eu la chance de pouvoir avoir une chambre simple. Je crois que l’administration avait dû avoir peur de me mettre en chambre mixte avec mon passé. Mais mes voisines étaient un peu trop collantes. Et pour une fois où j’aurais voulu qu’elle ne vienne pas. Et en même temps, il fallait remercier qu’elle ne soit pas arrivé quelques minutes plus tard. J’emmenais donc Jared dans la salle de bain que je fermais à clé. Je n’avais pas envie que la fille le trouve si elle se mettait en tête de vérifier ma chambre, oui oui ça lui était déjà arrivé ! Je trouvais ensuite une excuse que je lui sortais pour qu’elle parte. J’avais croisé les doigts pour qu’elle ne me demande pas plus de précision et j’avais eu de la chanson qu’elle s’en aille tout de suite après. Elle m’avait quand même dit de faire attention à moi. Mais je n’étais quand même pas une petite fille de 5 ans qu’on devait surveiller !

J’allais ensuite m’assoir sur le lit, le sourire aux lèvres. Une idée avait germé dans ma tête, celle de taquiner Jared. Je lui lançais donc que je préférais le laisser enfermer dans la salle de bain pour ne pas faire de bruit. Je savais que je n’allais pas pouvoir le laisser longtemps. Je savais que ça allait l’embêter et il me le confirmait en me disant que c’était à moins de voir s’il en ferait plus en étant enfermer ou pas. En même temps, il n’allait pas en faire par peur d’être découvert. Je laissais mon dos tomber sur mon matelas pour me retrouver couchée puis je fermais les yeux.

Je n’allais pas dormir, mais je laissais mes pensées vagabondées. Jared ne faisait aucun bruit et j’aurais presque pu penser qu’il n’était pas là. Mais je n’avais pas envie de le laisser enfermer toute la nuit. J’attendais quand même une petite dizaine de minutes avant de me lever et d’aller lui ouvrir. Je l’embrassais directement, il fallait bien que je me fasse pardonner. Je redoutais un peu qu’il me fasse une réflexion de l’avoir laisser enfermer dans la salle de bain. Puis je lui disais que je le laissais revenir dans la chambre car je n’avais pas envie de dormir toute seule. J’avais l’habitude de dormir seule, mais là j’avais envie d’être dans ses bras. Malgré que ce soit aussi une excuse pour ne pas lui dire que j’aurais culpabilisé de le laisser enfermer. Il me répondit qu’il aurait fallu que je dorme avec lui dans la salle de bain. Je savais qu’il plaisantait et je lui rendis son sourire.


Le lit est plus agréable et il y a assez de place pour deux.

J’étais soulagée de ne pas avoir de réflexion, en même temps il voulait surement lui aussi profiter d’un moment entre nous. Nous retournions dans la chambre tandis que je m’asseyais sur le lit, le dos contre le mur. Je souriais en le regardant, j’aimais pouvoir le regarder. Puis je lui expliquais que les filles venaient toujours vérifier que je n’avais rien de grave lorsqu’elles entendaient un bruit suspect provenir de ma chambre, avec elle j’avais l’impression d’être quelqu’un de fragile. Jared sourit à son tour pour me dire que j’étais fragile et que ça faisait partit de mon charme. Je n’aimais pas vraiment qu’on me dise que j’étais fragile car j’avais passé beaucoup d’étapes difficiles dans ma vie mais je ne pouvais pas en vouloir à Jared. Il fallait avouer que j’avais eu des moments de faiblesse en sa présence.

Je ne rajoutais donc rien, je tendais ensuite ma main vers lui en lui disant qu’il n’était pas obligé de rester debout et que je plaisantais en disant qu’il faisait trop de bruit. Et puis, c’était de ma faute s’il avait fait du bruit en tombant. Il s’avança donc vers moi et se pencha sur moi pour coller son front contre le mien. Il me demanda ensuite si je ne serais pas mieux couchée. Je n’avais même pas le temps de lui répondre qu’il posa sa main derrière ma tête puis de me tirer pour me retrouver couchée sur le lit. Je passais mes mains sur sa nuque alors qu’il posait une main sur ma joue puis d’y déposer ses lèvres. Il était toujours aussi doux dans ses gestes et j’appréciais cela. Je prenais ensuite possession de ses lèvres avec les miennes. C’était un baiser passionné. Je descendais mes mains sur son torse et le parcourait du bout des doigts.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Discretion de rigueur / Deborah   Lun 28 Mai - 9:22


Elle l'avait quand même laissé au moins bien dix bonnes minutes enfermé dans cette salle de bain. Et elle n'avait fait aucun bruit, si bien qu'il avait crus qu'elle tait partie faire je ne sais quoi. Alors il avait attendus au cas où elle revienne et comme elle mettait trop longtemps il allait commencer à se déshabiller pour entrer dans la douche. Ben oui il n'avait attendus que dix minutes c'est vrai mais quand on est en train de rien faire, qu'on attend c'est tout et bien le temps parait passer bien plus lentement, voila pourquoi il n'avait pas attendus plus longtemps. Il allait donc se débarrasser de sa chemise déjà ouverte quand Deborah se décida enfin à déverrouiller cette porte. Il se retourna et n’eut pas le temps de faire une réflexion, à vrai dire elle ne lui avait pas laissé le temps puis qu'elle lui avait sauter dessus et c'était approprié ses lèvres. Autant dire que ça lui avait coupé toute envie de sortit quelque chose de pas forcément très agréable. Le fait de profiter du temps qu'il pouvait passer avec elle l'avait emporté.

Elle lui sortit une excuse bidon qui le fit sourire. Elle n'avait pas envie de dormir toute seule cette nuit alors elle voulait bien de lui, c'était un peu gros à gober et il connaissait très bien la vrai raison mis c'était amusant. Il lui répondit alors que si elle ne voulait pas dormir seule elle n'aurait eu qu'à venir dormir avec lui dans la salle de bain mais bien sûr le lit était plus confortable de loin et dessus au moins il y avait assez de place pour deux. Elle avait sourit aussi, l'un comme l'autre il savait bien qu'ils étaient dan la plaisanterie.

"Bon c'est vrai qu'elle est petite cette salle de bain mais en se serrant un peu..."

Elle l'entraina dans la chambre avec elle avant de s'assoir sur son lit, dos contre mur et de la regarder. Elle lui expliqua ensuite que les filles d'à côté venaient toujours vérifier que tout allait bien au moindre bruits suspect. Qu'est ce que ça devait être chiant, il n'aimerait pas être dans une chambre universitaire. Mais oui il l'a voyait comme une fille fragile e délicate, douce, sensible et tout ce qui allait avec et comme il lui avait dit ça faisait partie de son charme et ça, ben il appréciait.

Elle lui tendis ensuite la mains. Heureusement qu'il n'était pas obligé de rester debout, de toute façon même si ça avait été le cas il ne l'aurait pas fais, et elle plaisantait quand elle avait dit qu'il faisait trop de bruit. Et voila enfermer dans la salle de bain pendant tout ce temps sans aucune bonne raison, c'était malin tien. Il se pencha donc sur elle et colla son front au sien avant de lui demander si elle ne serait pas mieux couchée. C'était une question qui n'attendait pas de réponse parce que quoi qu'elle puisse dire elle allait s'y retrouver couché. Donc sans même lui laisser le temps de répondre il mit une main derrière sa tête et de l'autre l'aida à se mettre entièrement sur le matelas de son lit. Cette fois ci ils n'avaient pas fait trop de bruit et personne n'avait intérêt à venir frapper à cette satané porte. Le pire serait si ça arrivait alors qu'ils étaient en train de faire l'amour, la je crois bien que Jared piquerait une crise, et probablement que Deborah aussi parce que interrompre un tel moment c'était... Je ne sais pas quoi mais ça l'était vraiment.

Il sentit les mains de la jeune fille passer dans sa nuque alors qu'une des sienne était sur sa joue avant de laisser place à quelques doux baisés qui descendirent doucement sur sa machoir avant que Deborah ne vienne les chercher avec les siennes. Il l'embrassa passionnément et prolongea quelque peu le baisé alors que les mains de Deb descendaient caresser son torse du bout des doigts ce qui lui procura un frisson dans tout le corps. Il mit fin au baisé, le regarda un instant puis sourit doucement avant de l'embrasser tendrement à nouveau. Une de ses mains à lui descendit le long de son corps afin de se glisser sous le joli haut de la jeune femme et remonter doucement vers l'attache de son soutient-gorge qui ne resta pas attaché encore bien longtemps.

"Y'a rien à faire, je crois bien que je suis fou de toi..."

Lui dit-il avant d’effleurer ses lèvres avec les siennes.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Discretion de rigueur / Deborah   Lun 28 Mai - 15:10

Lorsque la fille était repartit, j’avais décidé de le laisser un peu patienter dans la salle de bain. Je voulais juste l’embêter un peu et je prenais comme justification qu’il avait fait trop de bruit. Apparemment il ne le prenait pas si mal que ça, puisqu’il me répondit que c’était à moi de voir s’il ferait plus de bruit à l’intérieur qu’à l’extérieur de la salle de bain. Je savais que ce n’était qu’une menace en l’air, car il ne le ferait pas pour ne pas être démasqué par les filles du campus. Je me couchais sur le matelas et fermais les yeux.

Je n’avais pas prévu de dormir, mais ça me permettait de me détendre. Et le silence de Jared me permettait de laisser les pensées m’envahir. Je pensais à tout et à rien. Je restais comme ça une petite dizaine de minutes. Puis je me décidais à aller lui ouvrir. Je me jetais sur lui pour l’embrasser, ses lèvres m’avaient un peu manquée. Et puis, c’était ma façon de me faire pardonner car je savais que Jared était capable de me faire une petite réflexion. Je lui disais ensuite que je le laissais revenir dans la chambre car je ne voulais pas dormir toute seule. C’était une excuse mais en même temps, il y avait une part de vérité, je voulais profiter de sa présence pour dormir dans ses bras. Je me sentais protégée en étant dans ses bras et j’aimais cette sensation. Il me répondit que je pouvais toujours dormir avec lui dans la salle de bain. Je voyais par son sourire que ce n’était que de la plaisanterie. Mais le lit était bien plus confortable que le sol carrelé. Je lui souriais alors qu’il rajoutait que malgré la taille de la salle de bain, ça pouvait se faire en se serrant.


On peut aussi se serrer dans le lit.

Je l’entraînais ensuite dans la chambre. Il restait debout alors que j’allais m’assoir sur le lit appuyant mon dos contre le mur. Je le regardais, j’aimais le regarder sans avoir à me justifier sur mon regard. Puis je lui expliquais que les filles venaient toujours voir si j’allais bien quand elles entendaient un bruit suspect. A vrai dire avec elle, j’avais l’impression d’être fragile alors que je ne me considérais pas comme tel. Jared me voyait aussi comme une fille fragile mais je ne pouvais pas le contre dire, car j’avais eu plusieurs moments de faiblesses avec lui. Et puis de cette façon, il se sentait, un peu, obligé de me protéger.

Je lui tendais ensuite ma main pour qu’il ne reste pas sur mon lit. C’est vrai que je lui avais dit qu’il faisait trop de bruit, mais ce n’était pas vrai. Il avança donc vers moi et colla son front au mien alors qu’il me demandait si je ne serai pas mieux couchée. J’avais compris que ce n’était pas une question qui attendait une réponse car il avait placé une main derrière ma tête et m’avait tiré un peu pour que je glisse et me retrouve couchée sous lui. Je ne pensais plus aux filles du campus, je préférais profiter du moment présent.

Je passais mes mains sur la nuque de Jared. Pour sa part, il avait placé la sienne sur ma joue mais elle fut bien vite remplacer par ses lèvres. Il déposait de petits baisers qui descendaient au niveau de ma mâchoire. C’était agréable mais j’allais tout de même chercher ses lèvres avec les miennes. C’était un baiser passionné qui était prolongé par Jared. Je faisais descendre mes mains sur son torse pour le caresser du bout des doigts. J’avais pu sentir son frisson. Et je continuais les caresses alors qu’il se reculait pour me regarder avant de sourire. Il redéposa un baiser plus tendre sur mes lèvres tandis que ses mains glissaient sous mon haut pour aller dégrafer mon soutien-gorge (Auteur : qu’elle logique, on enlève le haut avant le soutien-gorge ? *sors*.). Mes mains allèrent lui enlever sa chemise qui était déjà déboutonné. Jared recula son visage de quelques millimètres pour me dire qu’il n’y avait rien à faire et qu’il croyait bien être fou de moi. J’étais un peu étonnée qu’il me dise ça car ça sonnait comme une déclaration, et je le pris comme tel. J’étais heureuse qu’il me dise ça et j’avais un sourire aux lèvres lorsqu’il les effleura avec les siennes. Je posais une main sur sa joue et plongea mon regard dans le sien.


Et moi je ne crois pas que je suis folle de toi, mais j’en suis sûr.

C’était la première fois que Jared parlait aussi clairement de ses sentiments, sans avoir le faire par obligation car il avait dit des choses en étant bourré. Non, cette fois, il l’avait dit avec le cœur et ça me faisait plaisir. Je reprenais possession de ses lèvres avant de faire glisser mes baisers vers le creux de son cou.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Discretion de rigueur / Deborah   Mer 30 Mai - 4:41


Il passait un agréable moment avant que sa voisine de chambre n'intervienne et qu'il ne se retrouve enfermé dans la salle de bain. Surtout que ça avait donné l'occasion à Deborah de lui faire une farce qui consistait à le laisser enfermer dans la salle de bain. Heureusement ça n'avait duré qu'une dizaines de minutes bien qu'elles étaient passées lentement et silencieusement surtout. Si bien qu'il avait crus qu'elle était partit, c'était probablement pour ça qu'il n'avait pas fait de bruit, parce que ça n'aurait servit à rien, appart peut-être alerter une nouvelle fois les filles qui se trouvaient à côté, et la non merci !

Quand elle ouvrit enfin la porte elle lui sauta dessus pour s'emparer de ses lèvres et par la même occasion le faire taire puisque sinon il aurait sortit une remarque sur ce qu'elle venait de faire pas forcément agréable. Mais bon, la il n'en avait plus envie. C'était le remède miracle il faut croire. Son excuse pour lui avoir ouvert fit sourire Jared. Il était évident que ce n'était pas vrai et il lui répondit d'ailleurs qu'elle n'avait qu'à venir dormir avec lui dans la salle de bain, ben oui comme ça elle n'allait pas dormir toute seule. Bon oui il y avait moins de place mais rien ne les empêchaient de ses serrer. Oui oui et dans le lit non plus c'est vrai.

« Bon bon d'accord t'as gagné, mais c'est bien parce que tu te sent seul hein ! »

Bobard ça aussi, mais elle le savait. C'était assez courant se genre de petite phrase entre eux, et tend mieux je dirais. Il l'a suivit ensuite dans sa chambre et la regarda s'assoir sur son lit contre le mur alors que lui restait debout. Qu'est ce qu'il faisait à rester la comme ça debout ? Bonne question. Il l'a regardait je crois, et l'écoutait aussi dire que les filles venaient voir si tout allait bien au moindre bruit. Elle ne semblait pas se voir comme une fille fragile mais c'était un peu comme ça qu'il l'a voyait et comme il lui avait dit, ça faisait partit de son charme. Ce n'est pas forcément un défaut d'être fragile, c'est aussi quelque chose de beau une femme fragile et ça donne envie de la protéger.

Elle lui tendis la main en précisant qu'en fait il ne faisait pas trop de bruit ce n'était pas vrai. Jared n'en attendit pas plus pour s'avancer à elle jusqu'à se retrouver au dessus et coller son front au sien avant de lui demander si elle ne serait pas mieux couchée. Bien sûr il n'attendait pas réponse d'ailleurs elle 'eu pas le temps d'en donner qu'elle était déjà allongée. Il passa doucement sa mains sur sa jouer avant de laisser place à des baisés tandis que Deborah glissait les siennes dans la nuque du jeune homme. Il descendit sur sa mâchoire un petit instant avant qu'elle n'attrape ses lèvres pour échangé un baisé plein de passion qu'il prolongea. Quand il sentit les doigts de Deb parcourir son torse il eu un frisson dans tout le corps. Il redressa légèrement sa tête pour la regarder avant de l'embrasser cette fois ci plus tendrement tandis que ses mains étaient passé sous son haut pour lui dégrafer le soutient-gorge. Pas courant je sais, mais faisable.

Elle enleva sa chemise qu'il avait déboutonné quelques instant avant en faisant le con et qu'il n'avait pas prit la peine de reboutonner avant qu'il ne l'a regarde encore une fois restant quand même très proche d'elle. Tout ce qu'il trouva à lui dire c'est qu'il croyait bien qu'il n'y avait rien à faire, qu'il était fou d'elle. Alors qu'il approcha ses lèvres si prêt des siennes qu'il les effleurait elle sourit. C'est vrai que ça sonnait un peu comme ne déclaration comme ça., et elle y répondit d'ailleurs. Elle lui dit qu'elle ne croyait pas qu'elle était folle de lui mais qu'elle en était sûr, cette fois ci ce fut lui qui sourit, gardant son regard dans le sien.

« T'as réussit à me persuadé. T'as raison ce n'est pas une croyance mais un fait, une vérité. »

Et ben faut croire qu'il était de bonne humeur ce soir malgré le petit passage dans la salle de bain qui l'avait légèrement mit en rogne. Il répondit à son baisé se laissant envahir par le bien que ça lui procurait. Il dut la faire arrêter ses baisés dans son cou l'espace d'un cours instant pour lui enlever son haut, embarquant son soutient-gorge avec. C'est la qu'on voit l'avantage des chemises, en plus d'être plus élégant c'était plus pratique, pas besoin d'arrêter les baisés pour l'enlever.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Discretion de rigueur / Deborah   Sam 2 Juin - 14:06

J’étais partit lui ouvrir la porte après l’avoir fait attendre dix minutes dans la salle de bain. J’avais eu envie de le taquiner un peu. Je lui sautais dessus et l’embrassais tout de suite. A vrai dire, je n’avais pas vraiment envie qu’il me fasse une petite réflexion sur ma plaisanterie. Et j’étais assez contente de moi puisque ça avait marché. Ensuite je prenais comme excuse que je le laissais revenir dans la chambre car je ne voulais pas dormir toute seule. Pourtant, j’avais l’habitude de dormir seule mais j’avais envie d’être dans ses bras. Il me proposa alors de dormir avec lui dans la salle de bain mais c’était moins confortable et il y avait quand même plus de place dans le lit. Il me faisait remarquer qu’on pouvait toujours se serrer dans la salle de bain mais c’était là même chose dans le lit. Il capitula alors pour me suivre dans la chambre me disant que c’était juste parce que je me sentais seule.

Je suis sûr que tu te sentais aussi seul que moi. Et puis tu ne peux pas m’en vouloir d’avoir envie de dormir avec toi.

[i]Tout cela n’était que de la plaisanterie entre nous. Mais j’étais sérieuse sur le fait que j’avais envie de dormir avec lui. Même si c’était risqué pour son départ le lendemain matin. Je l’entraînais ensuite dans la chambre où j’allais m’assoir sur le lit dos au mur. Je le regardais avant de lui expliquer que les filles du campus venaient à chaque fois me voir quand elles entendaient un bruit provenir de ma chambre. Je n’aimais pas me considérer comme une fille fragile car j’avais réussi à surmonter beaucoup d’épreuves toute seule. Pourtant Jared me voyait aussi comme ça mais il trouvait que ça faisait partit de mon charme. Je ne pouvais pas le contredire car il avait souvent été près de moi lorsque je ne m’étais pas sentie bien. Et puis avec lui, c’était une excuse pour qu’il me protège.

Je lui tendis ensuite ma main en lui précisant qu’il ne faisait pas trop de bruit et qu’il pouvait venir sur le lit. Il s’avança alors vers moi puis se pencha sur moi tout en collant son front sur le mien. Il me demanda alors si je ne serais pas mieux couchée. A vrai dire, je n’avais pas eu le temps de répondre qu’il avait posé une main derrière ma tête et qu’il m’avait tiré un petit peu pour que je me retrouve couchée. Il plaça une main sur ma joue, mais qui fut vite remplacé par ses lèvres. Il descendait ses baisers sur ma mâchoire avant que je m’empare de ses lèvres. Il prolongeait le baiser alors que je laissais le bout de mes doigts parcourir son torse. J’avais pu sentir son frisson avant qu’il ne se redresse pour me regarder. Il m’embrassa de nouveau, un baiser remplit de tendresse, et ses mains allèrent dégrafer mon soutien-gorge.

Je lui enlevais sa chemise qui était déboutonné puis il me regarda encore pour me dire qu’il n’avait rien à y faire et qu’il croyait qu’il était fou de moi. Il approcha ses lèvres des miennes, il les avait juste effleurés alors que je souriais. Sa phrase sonnait comme une petite déclaration dans mes oreilles. Je lui répondis que pour ma part, je ne croyais pas que j’étais fou d’elle mais que j’en étais sûr. Il me rendit mon sourire tout en me regardant et en me disant que je venais de le persuadé et que j’avais raison car ce n’était pas une croyance mais une vérité. Je reprenais possession de ses lèvres puis descendait mes baisers dans son cou. Il me faisait arrêter mes baisers pour enlever mon haut embarquant en même temps mon soutien-gorge. Mes joues rougissaient, j’étais toujours un peu gênée du fait qu’il puisse me voir. Je l’embrassais à nouveau laissant mes mains déboutonner son jean.
[/i


HRP : désolé ce n'est pas terrible :(
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Discretion de rigueur / Deborah   Lun 4 Juin - 16:06


Non il ne pouvait certainement pas lui reprocher de vouloir passer la nuit dans ses bras parce que lui même avait envie de la passer dans ses bras. En fait il n'aurait jamais put passer la nuit dans la salle de bain en sachant qu'il y avait un lit bien plus confortable qui les attendait juste à côté, s'il lui avait dit ça c'était juste histoire de taquiner comme il aimait le faire. Il savait qu'il avait des cours à donner le lendemain dès la première heure donc il avait plutôt intérêt à ne pas se louper mais si c'était le cas il aurait Deborah pour lui secouer les puces puisqu'elle aussi devait se lever pour aller en cours. Par contre il faudrait faire attention en sortant d'ici puisqu'il y aurait sûrement plus d'élèves que la quand il était arrivé. Oui parce que le soir il y en avait qui sortaient et donc rentraient plus tard mais le matin ils étaient tous la puisqu'ils devaient aller en cours.

Elle l'entraina dans sa chambre avant d'aller s'assoir sur son lit contre le mur en lui expliquant que les filles d'à côté venaient pour un oui pour un on, ou plutôt au moindre bruit qu'elles pouvaient entendre. Quelle vie privée bravo ! Elles la voyaient comme quelqu'un de fragile, ça Jared pouvait comprendre qu'elle ne voulait pas être considérée comme quelqu'un comme ça mais pour ça part c'était loin d'être une honte et il préférait toujours une femme fragile, qu'il aimait protéger plutôt qu'une femme virile. La douceur d'une femme et sa fragilité c'était important non ? C'était un peu ce qui faisait la féminité, en tout cas du point de vue de Jared.

Elle lui tendit ensuite la mains en lui disant que ce n'était pas vrai qu'il faisait trop de bruit et il vint se mettre au dessus d'elle et appuyer son front contre le sien avant de lui demander si elle ne serait pas mieux allongée. Question rhétorique bien sûr vus qu'elle n'eut pas le temps de répondre qu'elle y était déjà. Il lui caressa la joue avant d'embrasser celle ci puis de descendre sur sa mâchoire et d'être prisonnier des lèvres de Deborah. Il frisson lui parcourut tout le corps quand elle caressa son torse du bout de doigts puis il releva la tête un instant pour la regarder. Elle était belle, il avait vraiment de la chance. Ouai il en avait de la chance. Il l'embrassa cette fois ci plus tendrement tandis que ses mains qui étaient passée sous son haut dégrafèrent son soutient-gorge.

Elle le débarrassa de sa chemise quand à lui il l'a fixait encore avant de lui dire qu'il n'y avait rien à faire qu'il croyait bien être fou d'elle. Ce n'était pas nouveau en fait mais ça devait être la première fois qu'il lui disait. Il approcha ses lèvres des siennes pour les effleurer et elle sourit avant de lui répondre que pour ça part elle ne le croyait pas elle en était sûr. Ce fut à son tour de sourire, en effet elle avait réussit à le persuadé. Ce n'était pas une croyance mais une vérité, autrement d'y il n'y avait pas à le croire ou non c'était un fait. Elle l'embrassa à nouveau puis descendit ses baisés dans son coup bien qu'elle dut arrête puisqu'il lui retira son haut embraquant son soutient-gorge avec. Elle rougit et lui il sourit à la vue de ses joues empourprées. Était-elle encore intimidée à l'idée de lui dévoiler son corps ? Il faudrait pourtant bien qu'elle s'y habitue un jour où l'autre.

Elle s'empara à nouveau de ses lèvres tout en s'attaquant au bouton de son pantalon. Pantalon sous lequel c'était déjà formé une bosse, et oui il y a des choses qu'on ne contrôle pas. Bon en attendant elle aussi avait toujours son pantalon alors il déboutonna le sien et le fit glisser le long de ses jambes avant de le laisser tomber par terre puis partit à l'exploration de sa poitrine avec ses lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Discretion de rigueur / Deborah   Dim 10 Juin - 17:42

Dormir dans la salle de bain ? Non, ça ne m’aurait pas plu même si c’était avec Jared. C’est vrai que je voulais pouvoir dormir dans ses bras mais ce n’était pas pour ça que j’aurais accepté de dormir dans la salle de bain. Je savais que c’était risqué que Jared restait dormir ici, le problème n’était pas la nuit mais le lendemain matin. Tous les étudiants étaient présents et ça risquait d’être difficile pour lui de se fondre dans la foule sans se faire voir. Mais mon envie de passer un moment avec lui passait au-dessus des risques qu’il en courait. Je l’entraînais ensuite hors de la salle de bain pour se retrouver dans la chambre.

J’allais m’assoir sur le lit, dos contre le mur, et commençais à lui expliquer que mes voisines venaient à chaque fois me voir lorsqu’elles pouvaient entendre un petit bruit provenir de ma chambre, j’avais l’impression d’être une fille fragile alors que je ne me considérais pas comme telle. Si ça avait été le cas, je ne serais probablement pas ici à cette heure-ci. J’avais surmonté toutes mes épreuves seules et je mettais démontrer que j’avais une envie de vivre. Jared me voyait aussi comme une fille fragile, et avec lui je ne pouvais pas le contredire. A vrai dire, il était le seul à avoir vu mes larmes, le seul à avoir vu mes faiblesses. Alors non, je ne pouvais pas lui dire qu’il avait tort.

Je lui tendais ensuite ma main tout en lui disant qu’il pouvait venir sur le lit, je l’avais taquiné en lui disant qu’il faisait trop de bruit mais c’était loin d’être le cas. Il s’avança alors vers moi puis il posa son front sur le mien. Il me demanda si je ne serais pas mieux allongée, à vrai dire ce n’était même pas une question de sa part puisque je n’eus même pas le temps de lui répondre qu’il m’avait fait glisser pour que je me retrouve couchée sous lui. Il posa sa main sur ma joue pour la caresser un petit peu avant de la remplacer par ses lèvres. Il faisait descendre ses baisers jusqu’à ma mâchoire avant que je presse possession de ses lèvres. Je parcourais son torse avec le bout des doigts, sa chemise étant déjà déboutonner. J’avais pu sentir tous ses frissons qui me persuadaient de continuer. Il avait relevé sa tête avant de m’embrasser à nouveau, c’était un baiser plus tendre qui exprimait toute sa douceur. Ses mains, qui étaient sous mon t-shirt, allèrent dégrafer mon soutien-gorge.

Pour ma part, je le débarrassais de sa chemise. Il me regardait encore avant de me dire qu’il n’y avait rien à faire et qu’il croyait bien qu’il était fou de moi. Il effleura mes lèvres alors qu’un sourire se dessinait sur celles-ci. C’était la première fois qu’il me faisait une déclaration, enfin une première fois sans le faire sous l’alcool. Je lui répondis alors que pour ma part, je n’y croyais pas mais que j’en étais sûre. J’aurais pu lui dire que je l’aimais mais je ne voulais pas profiter les choses et je préférais y aller en douceur comme lui. Puis je ne voulais pas que Jared se sente obligé de le dire. Jared sourit à son tour pour me dire que je venais de le persuadé et que ce n’était pas une croyance mais un fait. Je l’embrassais de nouveau avant de descendre mes baisers dans son cou. Il m’arrêta pour me retirer mon haut alors que je rougissais. Je n’étais toujours pas habitué qu’il puisse regarder mon corps. Je savais que ça arriverait souvent mais je ne pouvais pas empêcher mon côté réservée de faire surface dans ces moments-là.

Je reprenais alors possession de ses lèvres pour cacher mes joues rosies puis je m’attaquais à son bouton de pantalon que je faisais glisser lentement. Il en fit de même avec le mien puis descendit ses baisers sur ma poitrine. Le contact, de ses lèvres sur ma poitrine, me fit frissonner. Je posais une main sur ses cheveux et je passais mes doigts dans ceux-ci. Je sentais mon corps se réchauffer et l’envie me le parcourait. J’avais envie de lui comme à ma première fois avec lui. J’avais envie qu’il continue ses baisers et en même temps j’avais déjà envie de le sentir en moi.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Discretion de rigueur / Deborah   Mer 13 Juin - 9:42


Oui Jared la voyait comme une fille fragile et son côté réservé même encore envers lui parfois faisait partie de cette fragilité tellement belle. Il devait l'avoir vu dans toute les situations, en pleures, en colère, jalouse, heureuse, triste, désespérée, inquiète oui il avait du tout voir mais elle aussi de son côté elle avait tout vu de lui. Lui aussi était jaloux, et elle était une des rare personne à l'avoir vu triste aussi. En colère ça elle l'avait vu assez souvent par contre mais elle l'avait aussi vu bourré et drogué, deux situations difficiles à assumé par la suite surtout quand on sait ce qu'on a dit ou fait qu'on aurait jamais fait en tend normal.

Mais en réfléchissant fragile ne veut pas dire faible. Deborah n'était pas une femme faible, pas après tout ce qu'elle avait surmontée, au contraire, Jared était, croyez le ou non, admiratif de la force à laquelle elle avait fait preuve après tout ce qu'elle avait vécus. Elle était devenue une femme admirable et avait toujours ses qualités naturelles, ses joues qui s'empourpraient quand on lui faisait un compliment, son sourire et son rire, ça faisait beaucoup malgré tout.

Jared l'avait rejoins dans sa chambre et en ce moment même il s'apprêtait à faire l'amour avec elle, dans peu de temps. Il était par dessus elle et lui avait enfin fait ce qu'on pouvait appeler une déclaration en disant qu'il croyait bien qu'il était fou d'elle. Elle répondit qu'elle en était sûr ce que confirma Jared, oui lui aussi en était sûr. Ça faisait maintenant quelques temps qu'il était sûr qu'il l'aimait, il le savait bien, il s'en était rendus compte et avait finit par l'accepter, il avait arrêter d'y repousser. Mais il ne se sentait peut-être pas encore prêt pour lui dire. Il ne l'avait qu'à une seule femme mais c'était du passé, le présent ne lui donnait envie de le dire qu'à une seule femme et c'était Deborah mais c'est fou comme ses trois petits mots son difficiles à sortir.

Plusieurs fois avant de tomber amoureux il n'avait pas comprit comment les gens pouvait beuguer la dessus, c'est simple, suffisait de les dire et ça sortait. Mais quand il y a les sentiments derrière et le sincérité qui doit paraitre dans ses trois mots et bien on ne pense plus la même chose. Et même si il ne lui disait pas ce soir il savait qu'il lui dirait, ça viendra quand ça viendra mais il lui dira.

Elle avait descendu ses baisés dans son cou mais il dut l'arrêter pour pouvoir retirer son haut suite à quoi, elle rougit ce qui le fit sourire mais elle reprit bien vite possession de ses lèvres et se chargea de faire glisser son pantalon le long de ses jambes après l'avoir déboutonné. Jared l'imita et lui retira le sien pour qu'ils soient tout les deux habillés d'un seul sous-vêtement. Ses lèvres partir à l'exploration de la poitrine de la jeune fille alors qu'elle passait ses doigts dans ses cheveux. Il put même la sentir frissonner ce qui l'encouragea à continuer que ça soit avec ses lèvres ou sa langue, la mordillant très légèrement par moments.

Les mains de Jared se firent plus baladeuse et glissèrent sur ses hanches puis le long de ses cuisses avant de remonter à nouveau sur son bassin et de descendre doucement le dernier obstacle à leur plaisir, du moins sur le corps de Deborah puisque sur le sien restait encore son caleçon. Il descendit ses baisés à la naissance de sa poitrine puis doucement sur son ventre avant de finir sa course sur l'intimité de la jeune femme pour y faire ce qu'il avait à faire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Discretion de rigueur / Deborah   Sam 23 Juin - 13:54

Jared me voyait comme une fille fragile et je ne pouvais pas le contredire. Il avait pu voir toutes mes faiblesses. Mais malgré cela, je ne me considérais pas comme une fille fragile. Non, je n’étais pas une brute mais j’avais eu assez de mental pour surmonter des épreuves les plus éprouvantes les unes que les autres. Mais à vrai dire, chacun avait vu les faiblesses de l’autre. Des faiblesses qui n’étaient pas toujours évident à assumer ou bien à montrer aux autres. J’avais l’impression que malgré cela, ça nous avait rapprochés. Il avait été là pour moi quand ça n’allait pas et inversement. Je ne pouvais donc pas lui reprocher de me trouver fragile.

Jared m’avait rejoint sur le lit, m’allongeant sur celui-ci et se posant au-dessus-de moi. J’aimais ces moments avec lui car il montrait toujours de la douceur, quelque chose que peu de personne devait connaître avec lui. Il choisissait se moment pour me faire comme une déclaration, pour moi c’était le cas, il croyait bien qu’il était fou de moi. Je ne pouvais pas faire autrement que de sourire. Je lui répondis que pour ma part j’étais sûr d’être folle de lui. Apparemment, je venais de le faire changer d’avis puisqu’il rajouta que lui aussi il en était sûr. Je réalisais que même si je l’aurais voulu, je n’aurais pas pu tenir ma promesse, je l’aimais trop pour ça. Je n’avais pas peur de dire que j’étais amoureuse de lui et je me sentais prête à lui dire que je l’aimais. Pourtant, je sentais que ce n’était pas le moment et je savais que pour sa part, il lui faudrait encore un peu de temps. J’avais toujours compris le fait que certaines personnes avaient du mal à dire ses trois petits mots à la personne qu’ils aimaient. Il y avait toujours la peur que les sentiments ne ressortent pas autant que leur intensité, et il y avait aussi la peur que l’autre ne ressente pas la sincérité qu’on aimerait y mettre. Et pour cela, je ne voulais pas le forcer à me le dire s’il ne se sentait pas prêt.

Je descendais mes baisés dans son cou mais je dus arrêter car il voulut retirer mon t-shirt. Il enlevait en même temps mon soutien-gorge ce qui me fit rougir. J’étais toujours un peu mal à l’aise qu’il puisse me voir nu, même si je savais que je devrais m’y habituer, je n’arrivais pas à laisser ma timidité de côté. Je reprenais possession de ses lèvres pour qu’il ne voie pas plus longtemps mes joues puis j’allais déboutonner son pantalon pour le faire glisser ensuite. Jared fit la même chose avec le mien puis il partit à l’exploration de ma poitrine avec ses lèvres. Je passais mes doigts dans ses cheveux alors que mon corps frissonnait sous se baisers. Je me sentais bien, mon corps se réchauffait au fur et à mesure.

Jared baladait ses mains sur mes hanches puis mes cuisses avant de les remonter au niveau de mon bassin pour m’enlever mon dernier sous-vêtement. Il descendait ensuite ses baisers jusqu’à qu’ils se retrouvent au niveau de mon intimité. J’ouvris grand les yeux par la surprise. Je ne m’attendais pas à ça et pourtant j’y prenais plaisir et je ne pouvais empêcher mon corps se cambrer. Je me mordais légèrement la lèvre inférieure alors que la chaleur augmentait en moi. Ma respiration s’accélérait et devenait saccadée par moment.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Discretion de rigueur / Deborah   Dim 24 Juin - 12:09


L'un comme l'autre ils avaient vu les forces et les faiblesses de l'autre. Ce qui les avait rapproché en fin de compte et ça il n'allait pas s'en plaindre. Il ne s'était jamais ouvert autant à une personne, il ne croyait pas vraiment au « se confier ça fait du bien, ça enlève un poids » Il n'avait jamais considéré son passé comme un poids à porter sur les épaules. C'était son passé, c'était le sien et il n'en avait pas honte il ne voyait juste pas l'intérêt d'enquiquiner tout le monde avec ses histoires. En parler à Deborah ne l'avait pas soulagé ou quelque chose comme ça mais ça lui avait permit de la garder prêt de lui voir même de se rendre compte qu'elle tenait réellement à lui. Des souvenirs, des souvenirs, oui ça revenait tout le temps mais cela étaient beaux.

Il était venus se mettre au dessus d'elle sur son lit et avait commencer les caresses et les baisés, inutile de préciser ce que il avait en tête, qu'elle avait elle aussi en tête d'ailleurs. Et oui il n'y a pas que les mecs qui pensent à faire se genre de trucs, loin de la. Ils passèrent même par une déclaration, ils ne s'étaient pas dis je t'aime mais ça voulait dire la même chose. Simplement que ces trois mots la n'étaient pas prêt à sortir, ce qui n'empêchait pas Jared de les penser et d'y croire parce que oui il y croyait. Après avoir retirer son haut, son soutien-gorge et son pantalon il descendit ses lèvres sur sa poitrine en fermant les yeux tendis qu'il pouvait sentir les doigts de Deborah s'enfouir dans ses cheveux légèrement en bataille. Il la sentit aussi frissonner sous ses lèvres et ses mains ce qui le fit sourire.

Jared fit glisser ses mains sur ses hanches puis sur ses cuisse avant de venir délicatement retirer son dernier sous-vêtement, plus aucun obstacle. Ses lèvres descendirent sur le bas de sa poitrine puis sur son ventre, le bas de son ventre et enfin son intimité. Il se doutait bien qu'elle ne s'y attendait pas et était heureux de provoquer un effet de surprise chez elle. Cependant elle y prit du plaisir et ne posa aucune opposition à ce qu'il continue. Il passa ses mains sous ses cuisses alors qu'elle se cambrait. Tendis qu'il continuait il l'entendait respirer plus rapidement et parfois plus difficilement, jusqu'à ce qu'il remonte enfin attraper ses lèvres avant de les descendre à nouveau dans son cou et de se lier à elle par la même occasion. Une fois de plus il n'y avait pas été brutalement et il ne voulait pas qu'elle cris à s'en étouffer ce qui ramènerait tout le monde dans la chambre.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Discretion de rigueur / Deborah   

Revenir en haut Aller en bas
 

Discretion de rigueur / Deborah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Niagara University™ :: Time to, delete you :: Les Archives :: 2011-2012 :: Archives rps
-
Votez !
Un vote toutes les deux heures ♥
www.obsession27
www.shitamachihito
www.nom du top