AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Bonne nouvelle ! / Deborah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité

Invité


MessageSujet: Bonne nouvelle ! / Deborah   Dim 4 Nov - 11:13



Bonne nouvelle ! feat Deborah & Jared

La sonnerie retentissait et les élèves se précipitaient pour ranger leurs affaires. Et oui c'était le dernier cours de la matinée, ils avaient faim et voulaient manger au plus vite. Dans cette classe si il y en avait cinq que je connaissais plus intimement. Ce n'est pas toujours ce qu'il y a de plus simple de faire cours à certaines personnes qu'on connait plus au milieu d'un groupe mais je m'en sortait bien. Faut dire que depuis que j'étais arrivé dans cette université pour remplacer un vieux professeur j'avais rapidement eu un bon contact avec les élèves. Il faut dire que certains on quasiment mon âge donc ça aide, pour les comprendre par exemple. Il y en a qui pourraient voir ça du mauvais œil pensant que pour garder un minimum de crédibilité avec des élèves il ne fallait pas être trop proche d'eux. Mais si en dehors des cours j'étais taquin avec tout le monde voir même pendant les cours je savais me faire respecter. Il y aura toujours des rebelles bien entendus mais la plus part du temps ce n'est pas dans mon cours qui foutent le bordel puisque je suis un peu sur la même longueur d'onde qu'eux donc en rentrant dans leur délire ils rient et continuent à bosser. Et puis il faut dire que la photo ça occupe, ils auront donc plus tendance à foutre le bordel en histoire ou en maths, dans les matières générales quoi puisqu'ils restent assis les fesses sur une chaise.

Je sortis de mes pensées, la salle était vide et j'étais censé aller manger aussi mais au lieu de ça une fois dehors je pris la direction des escaliers qui menaient au toit. Je n'avais pas faim en fait. Je mis un petit bout de temps à arriver en haut où il n'y avait personne, évidemment tout le monde mangeait. J'avais besoin de me retrouver seul un peu pour réfléchir. C'était bizarre en ce moment je réfléchissait beaucoup. Ce n'étais pas dans mes habitudes de prendre du temps juste pour ça. Je m'étais assis vers le bord du toit et je fixais le vide devant moi, perdus dans mes pensées. Certains événements récent me poussaient à faire une sorte de bilan, qui ne servait probablement à rien mais qui me faisait du bien et qui donc était nécessaire. Je repensais aux gens que j'avais connus, à ce que j'avais put faire ou ne pas faire, aux délires, au soirées, aux nanas, aux mauvais soirs, à la drogue, à mon ex... Un peu a tout en fait. Et puis je repensais aussi aux gens que j'avais pus rencontrer, tout particulièrement à Deborah et je ne pus m'empêcher de sourire en repensant aux lettres qu'elle glissait dans mon casier et au savons que je lui avait passé. On avait vraiment galeré pour se mettre ensemble mais maintenant tout ses souvenirs faisait sourire voir rire pour certains. Oui ça faisait du bien de repenser à tout ça.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Bonne nouvelle ! / Deborah   Ven 23 Nov - 20:37




Jared et Deborah

« L'amour est le plus beau des sentiments. »


Je n’arrivais pas à m’empêcher de penser pendant les cours. Je pensais au passé lointains ou proches, au présent et au futur. Un futur qui était remis en question par une lettre, une lettre qui m’avait été remis par Jeff et qui avait été écrite par mon père juste avant son suicide. Combien de fois avais-je espéré recevoir un mot, une parole ou bien un signe de sa part ? Tellement de fois, que j’avais arrêté de les compter mais j’avais fini par ne plus espérer et j’avais accepté qu’il m’est abandonnée. Non, je ne lui en voulais pas, je lui avais pardonné sans même connaître les raisons de son acte. Le plus dur pour moi ne fut pas de lui pardonner mais plutôt d’apprendre la raison de la colère de mon père contre ma mère, pourquoi l’avait-elle trompé ? Pourtant j’avais deux l’image d’un couple heureux malgré leur dispute. Mais lorsque j’avais lu que mon père avait été en colère contre elle car il avait appris que je ne pouvais pas être sa fille, je m’étais sentie trahie par ma mère et je me doutais de ce que mon père avait dû ressentir ou du moins je me l’imaginais car je ne pourrais pas accepter que Jared me trompe. J’aurais voulu dire à mon père que malgré cela, il restait mon père et à vrai dire je n’avais aucune envie de connaître celui qui avait mis ma mère enceinte, je ne voulais pas le découvrir car il ne représentait rien pour moi. Mais cette lettre m’avait surtout permis de comprendre pourquoi mon père s’était donné la mort après l’accident avec ma mère, il était atteint d’un cancer qui le tuait à petit feu et qui l’aurait achevé s’il ne s’était pas suicidé avant.

Malgré tout cela, j’étais convaincue d’une chose, le fait qu’ils m’avaient aimé pendant mes sept première année et qu’ils m’aimaient encore là où ils étaient. Et moi-même, je les aimais encore. Mon père m’avait écrit cette lettre pour me faire comprendre que je n’étais pas responsable de leur mort. Il voulait que j’aie une vie heureuse et que je crois à l’amour ainsi qu’à la famille. Avait-il envisagé que ma vie serait totalement chamboulé sans lui ? Avait-il deviné que je me sentirais mal rien qu’en pensant à avoir des enfants ? C’était l’impression qu’il me donnait et cette lettre m’avait permis de comprendre qu’il fallait que j’arrête de croire que je serais une mauvaise mère si j’avais des enfants. Il m’avait fait comprendre que les enfants apportaient beaucoup de bonheur et qu’on était prêt à tout pour eux. Il m’avait fait comprendre que je l’avais rendu heureux, et j’espère qu’il était fier de moi, qu’il était fier de tout ce que j’avais surmonté. Et j’espérais surtout qu’il appréciait Jared de là où il était. Jared m’avait fait prendre conscience des bienfaits de l’amour. Avec lui, je me sentais en sécurité et je savais que je pouvais compter sur lui lorsque je n’allais pas bien.

Cette lettre avait donc changé toute mon opinion sur moi et sur la famille. J’avais compris que je ne devais plus penser au passé, j’avais compris que je devais tourner une page sur tout ça mais avant cela, je voulais en parler avec Jared, je voulais qu’il voit comment était mon père grâce à cette lettre. Un père aimant qui ne voulait pas rendre sa fille malheureuse. Un père aimant qui ne voulait pas être vu mal en point par sa fille. Mais surtout un père aimant qui pensait au bonheur de sa fille. Je voulais aussi que Jared sache que j’avais fait un pas en avant et que j’étais prête à penser à moi et à mon futur sans que mon passé vienne intervenir.

Je sortis de mes pensées en me retrouvant devant mon casier. Je n’avais rien pu suivre à mes cours de la matinée, mais ça ne me dérangeait même pas. Je déposais mon sac de cours et prit ma veste lorsque je vis Jared passé dans le couloir. J’étais étonné de voir qu’il ne se dirigeait pas vers la cafeteria mais plutôt vers le toit. Il s’agissait d’un chemin que je connaissais bien car j’aimais me rendre sur le toit pour me retrouver seule. Mais j’étais intriguée de le voir aller là-bas. Et je ne pus m’empêcher de le suivre. J’arrivai sur le toit quelques minutes après Jared. Jared était assis vers le bord, je le regardais attentivement. Il avait l’air d’être dans ses pensées et je n’osais pas le déranger. Peut-être qu’il avait envie d’être seul et pourtant j’avais envie d’aller le voir, de lui parler, de savoir à quoi il pensait. J’avançais donc vers lui et m’asseyais à côté de lui. Je posais ma tête sur son épaule.

J’ai toujours aimé la vue que nous avons en étant sur le toit. Je trouve que c’est un lieu apaisant et je venais souvent ici lorsque je voulais me retrouver seule. Des fois, j’aimerais être dans ta tête pour connaître tes pensées.

Je souriais puis déposais un baiser sur sa joue. Jared arrivait à m’apaiser et j’aimais passer des moments comme celui-ci avec lui.
fiche par century sex.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Bonne nouvelle ! / Deborah   Dim 2 Déc - 0:22



Bonne nouvelle ! feat Deborah & Jared

Ça t'es jamais arrivé à toi de te poser des questions dans tous les sens ? Autant sur des choses importantes que sur des choses complètement débiles ? Des choses auquel on ne pense jamais ? Pour être tout à fais honnête ça ne m'arrive quasiment jamais. Généralement je ne me prend pas la tête avec ça mais bon la, aller savoir pourquoi, depuis quelques temps, ça m'arrivais de plus en plus. En même temps il y avait pas mal de changement dans ma vie en ce moment. J'étais passé de statut de coureur de jupons à en couple secret avec une élève, ce qui croyez le ou non fait un gros changement. De plus il y avait le fait que Deb m'aidait à calmer sur la drogue qui, sans compter les filles, était mon échappatoire avant. Ça me permettait de me vider la tête même si ça faisais parfois quelques dégâts. J'en prenais encore par moment mais moins et c'était donc plus difficile. Il y a toujours des moments ou on en aurait vraiment besoin mais ou on ne peux pas et dans ce cas la on est pas bien. Ce n'étais pas le cas en ce moment, je n'étais pas en manque.

J'avais une chose de plus qui me donnait à réfléchir. Le professeur que je remplaçait depuis maintenant un bon bout de temps venait de décéder, les obsèques avaient eu lieu la semaine dernière. Cancer des poumons, un fumeur. Bref tout ça pour dire qu'étant un bon prof de photographie le proviseur m'avait proposé d'avoir le poste définitif. Ne plus être simple remplaçant. C'était une opportunité qu'en cas normal j'aurais saisis sans réfléchir une seconde mais c'était sans compter que je sortais avec une élève. J'étais bien conscient que ça n'allait pas pouvoir rester un secret indéfiniment mais si ça ce savait je ne pourrait pas avoir ce poste. Alors qu'est ce que je devais faire ? Lui en parler certes mais quoi d'autre ? Attendre qu'elle finisse sa scolarité ? Il ne vont pas attendre ma réponse pendant trois plombes. Ma séparer d'elle jusqu'à se qu'elle finisse sa scolarité ? Le pire c'est que ça serait la solution, enfin la plus sage ma la réalité c'est que je ne pouvais pas. Évidemment je drague encore et on sait tous les deux que c'est pour une bonne raison mais je ne la trompe pas parce que pour la deuxième fois de ma vie je tenais à être sincère avec elle. La raison était toute simple, je l'aimais. Je ne lui avais juste pas encore dit. Pourquoi ? La peur, ouai j'avais peur. Peur de foirer et de ne pas le dire comme il le faudrait mais aussi peur qu'elle me parle de mariage. Le mariage c'était quelque chose que je détestais, que ce soit en tend qu'invité ou marié. J'avais les idées bien arrêtées la dessus et ça depuis avant la première fois que je ne couche avec une fille,c'est pour vous dire à quel point ça remonte loin.

Bref je m'étais isolé sur le toit pour laisser toutes ses pensées m'envahir et essayer en vins de les démêler. Je n'entendis même pas Deborah arrivé. J'affichais mon air pensif, les sourcils froncés et le regard perdu dans le vide en face de moi. Je me rendis compte de sa présence seulement quand elle s'assit à côté de moi et qu'elle posa sa tête sur mon épaule. D'ailleurs je n'avais pas besoin de tourner la mienne pour savoir que c'était elle. Elle m'expliqua qu'elle aimait bien venir ici pour se retrouver seule avec elle même et rajouta que des fois elle aimerait bien être dans ma tête pour savoir ce à quoi je pensais. Elle me fit ensuite un bisou sur la joue. Je n'avais pas bougé mais je souris quand même.

« Tu sais des fois il faudrait mieux rester en dehors ou alors emmener un GPS au risque de s'y perdre, tu verrais le bazar. »

Je tournais la tête pour lui faire un bisou sur le front et pris sa main.

« Salut toi » je souris avant de reprendre « Tu m'as suivis où tu as eu la même idée que moi ? »

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Bonne nouvelle ! / Deborah   Dim 9 Déc - 20:51




Jared et Deborah

« L'amour est le plus beau des sentiments. »


Je n’arrivais pas à me sortir la lettre de mon esprit. Je n’arrivais pas à me dire que je n’avais plus aucunes raisons de me sentir responsable de la mort de mes parents. Toute ma vie, je m’étais sentie responsable et j’avais fondé des principes qui n’avaient plus lieu d’être. J’avais toujours cru que je ne pourrais pas être une bonne mère à cause de mon passé. J’avais cru que mes enfants soufreraient de ma culpabilité et que je ne pourrais pas oublier ma propre souffrance. Bien sûr elle avait diminué mais elle avait toujours été là. Mes cauchemars avaient disparu depuis que j’en avais parlé à Jared, avec lui je me sentais en sécurité et ma peine avait diminué. Mais la lettre l’avait éliminé, j’avais enfin pu comprendre les raisons de l’acte de mon père, j’avais pu enfin comprendre que je n’étais pas la responsable de leur disparition.

Ma peine avait disparu mais ça avait remis beaucoup de chose en question. Dans cette lettre mon père avait voulu me faire comprendre que les enfants étaient précieux et que ça changeait la vie. Je ne me sentais pas prête à être mère mais ça m’avait permis de comprendre que mon passé ne ferait pas de moins une mauvaise mère. Je n’avais pas fait part de mon opinion sur ce sujet à Jared mais j’avais envie qu’il voit la lettre. C’était un moyen de tourner une page d’un livre, mon livre, mon passé et surtout un moyen d’en commencer une autre.

Le fait de connaître la vérité m’avait apaisée, je me sentais plus légère comme si on m’avait enlevé un poids. Pourtant je ne pouvais pas m’empêcher de penser à cette lettre et j’avais du mal à suivre certains cours. Et c’est ce qui arrivait ce matin, je n’avais rien suivit au cours et je me retrouvais d’un coup dans le couloir devant mon casier. Je ne m’étais même pas rendue compte que je m’étais déplacée. J’ouvrais mon casier et déposais mes affaires de cours puis récupérais mon manteau lorsque je vis Jared se diriger vers le toit. J’étais étonnée qu’il n’aille pas manger à la cafeteria et encore plus de le voir aussi pensif.

Je le suivis sur le toit, j’arrivais quelques minutes après lui et je ne pus m’empêcher de le regarder. Je pus m’apercevoir qu’il avait son air pensif et je n’osais pas vraiment le déranger. Je connaissais bien le toit car c’était ici que je venais lorsque je voulais me retrouver seule et je me doutais bien que Jared était venu ici pour se retrouver seul. Mais je voulais qu’il sache que j’étais là pour lui lorsqu’il avait envie de parler comme lui il a été là pour moi.

Je m’approchais alors vers lui et m’asseyais à côté de lui tout en posant ma tête sur son épaule. Je lui fais savoir que j’aurais aimé être dans sa tête pour connaître ses pensées. Je souriais ensuite puis déposais un baiser sur sa joue. Jared estimait qu’il valait mieux rester en dehors de sa tête ou bien d’avoir un GPS pour pouvoir s’orienter. Il déposa ensuite un bisou sur mon front et me prit ma main avant de me demander si je l’avais suivi ou si j’avais eu la même idée que lui.

J’avoue que je t’ai un peu suivi. Je t’ai vu passé dans le couloir et tu avais l’air dans tes pensées. Je voulais juste que tu saches que je suis là si tu veux parler. Tu as toujours été là pour moi et j’aimerais aussi l’être pour toi.

Je me redressais ensuite pour pouvoir le regarder. Je sortais ensuite la lettre de mon père de ma poche.

Je voulais aussi que tu lises ceci. Grâce à cette lettre, j’ai enfin compris l’acte de mon père et j’ai enfin pu tourner la page de mon passé. Tu es au courant de mon passé et je voulais que tu saches la fin de tout ça.

Je déposais la lettre dans sa main. Je ne pouvais pas la lire à voix haute et je préférais qu’il la lise lui-même. Je me couchais ensuite sur le sol et posais ma tête sur ses jambes en attendant qu’il lise la lettre. J’avais besoin qu’il me donne son opinion dessus.


Spoiler:
 

fiche par century sex.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Bonne nouvelle ! / Deborah   Sam 22 Déc - 5:55



Bonne nouvelle ! feat Deborah & Jared

Je ne prenais jamais vraiment de temps pour réfléchir mais peut-être que je devrais le faire plus souvent. La je n'avais pas vraiment le choix étant donné les circonstances. J'avais quand même uns décision assez importante à prendre et j'allais sûrement devoir en parler à Deborah histoire de connaître sa façon de penser à elle, de voir les choses. Comment elle ferait si elle était à ma place ? Je crois bien que j'étais fatigué aussi, pourtant il n'était que midi et je ne m'étais pas particulièrement dépensé ce matin puisque j'étais en cours, enfin plutôt que je donnais cours. Et tout c'était très bien passé. Depuis que j'étais avec Deborah je me sentais mieux, déjà elle m'aidait pour la drogue et puis elle m'avait aussi prouvé que je pouvais la rendre heureuse même si ce n'étais pas toujours évident puisqu'on devait se cacher. Et puis elle se confit, de plus en plus, c'est quelque chose que j'apprécie et si j'y apprécie c'est sûrement qu'elle aussi apprécierait que je parle un peu plus de mes problèmes seulement je ne vois pas comment je pourrais m'étaler la dessus. En fait quand on regarde c'est plus un truc de femme que de tout détailler. Bref de toute façon la c'était non discutable il fallait que je lui parle.

D'ailleurs quelques minutes plus tard elle se retrouvait à côté de moi. Elle posa sa tête sur mon épaule. Elle aurait voulut pouvoir savoir ce que je pense, elle voulait être dans ma tête mais comme je lui expliquais vu le bazar qu'il y avait dedans elle risquait d'avoir besoin d'un GPS. Ensuite j'embrassais son front et prenais sa main dans la mienne. Alors m'avait-elle suivit ou avait-elle eu la même idée que moi ? Ah elle m'avait bien suivit, c'est ce que je pensais, sinon elle serait en train de manger comme les autres élèves. Ce qui est bien chez Deb c'est qu'elle est toujours prête à rendre service. Elle était à l'écoute et si je voulais lui parler je savais en effet qu'il n'y avait aucun problème pour ça.

« Le proviseur m'a proposer de prendre le poste définitif en photo »

Elle sortit une lettre de sa poche et j'haussais un sourcil me demandant ce que ça pouvait être jusqu'à ce qu'elle m'explique elle même. C'était une lettre de son père apparemment, qui lui justifiait son acte et elle avait réussit à tourner le page. Elle me mit la lettre dans les mains et s'allongea tête sur mes cuisses le temps que je lise. Quelques minutes plus tard je baissais la tête vers elle et lui caressait les cheveux.

« Tu vois ce n'est pas de ta faute, ne te bloque pas à cause de ça.. Si ça t'as aidé je suis content pour toi, sincèrement. En fait tu l'as eu comment cette lettre ? »

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Bonne nouvelle ! / Deborah   Mer 26 Déc - 16:33




Jared et Deborah

« L'amour est le plus beau des sentiments. »


Lorsque j’avais vu Jared dans le couloir, je n’avais pas pu m’empêcher de le suivre. J’avais tout de suite remarqué qu’il était dans ses pensées, et je voulais qu’il sache que j’étais là pour lui. J’avais pris l’habitude de me confier, mais pour sa part, il avait du mal à le faire. Je ne lui en voulais pas pour ça, je comprenais le fait que ce n’était pas facile pour lui. Sur le toit, j’attendis quelques minutes avant d’aller m’assoir à côté de lui. Je posais ma tête sur son épaule. Avant, je venais souvent ici, pour me retrouver seule et penser, penser à mon passé mais je n’en avais plus besoin. Je savais que je pouvais compter sur Jared.

J’aurais bien aimé pouvoir rentrer dans sa tête pour connaître ses pensées, mais il trouvait qu’il était préférable de rester dehors si je ne voulais pas me perdre dedans. Il embrassait ensuite mon front et me prit ma main avant de me demander si j’avais eu la même idée que lui ou si je l’avais suivit. Je ne me voyais pas lui mentir. Je lui expliquais alors que je l’avais vu passé dans le couloir alors je l’avais suivi. Je voulais surtout qu’il sache que j’étais là pour lui comme il était là pour moi.

Le proviseur lui avait proposé de prendre définitivement le poste de professeur en photographie. J’étais heureuse pour lui, mais je comprenais ce que ça pouvait engendrer. Le fait de sortir avec une élève était moins risquée en étant remplaçant et il allait devoir faire un choix. Je ne voulais pas lui interdire qu’il fasse ce qu’il aime. Je fermais les yeux, je savais que si je devais le perdre, j’aurais mal. Je ne suis même pas sûr que je m’en sorte. Mais je voulais son bonheur avant tout.

C’est une bonne chose pour toi ce poste. Je ne veux pas que tu le refuses à cause de moi. Si on doit arrêter de se voir, je l’accepterais.

Je serais un peu plus sa main dans la mienne, j’avais peur, peur de la suite des évènements. Peut-être que ce serait mieux ainsi. Je n’en savais rien, mais j’espérais de tout mon cœur que ce ne soit pas la fin et qu’une solution existait.

Je sortis ensuite une lettre de ma poche que je tendais à Jared, il s’agissait d’une lettre de mon père. Je voulais qu’il sache comme il était et surtout qu’il sache que j’avais enfin eu des réponses à mes questions, et que je pouvais à présent penser à mon futur. Je m’allongeais en posant ma tête sur ses cuisses en attendant qu’il lise la lettre. Je souris alors qu’il caressait mes cheveux. Il était content pour moi. Il me demanda ensuite comment j’avais eu cette lettre.

A l’époque de leur décès, mon père était ami avec un monsieur, je ne me rappelle pas vraiment de lui. Mais il avait un fils qui était stagiaire dans la police et il avait été là lors de l’enquête. Il s’est surtout occupé de moi, je me suis très vite attaché à lui. C’est un peu comme mon frère, il venait me voir dans mes familles d’accueils, c’était le seul ami que j’avais. Mais à l’âge de 16ans, j’ai confondu attachement et sentiment. Donc il a coupé les liens, je n’avais plus aucunes nouvelles de lui. Je l’ai revu après la prise d’otage, il s’occupait de l’affaire et c’est lui qui a pris mon témoignage. Il avait gardé la lettre pour me la remettre lorsque j’aurais été en mesure de comprendre les raisons de mon père. Je l’ai récupéré depuis quelques jours.




fiche par century sex.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Bonne nouvelle ! / Deborah   Ven 4 Jan - 1:46



Bonne nouvelle ! feat Deborah & Jared

Quelques mois plus tôt je couchais encore avec la moitié des étudiantes de cette université sans me soucier de savoir si ça arriverait à l'oreille du directeur. En fait c'était surtout parce que j'étais certain que les étudiantes avec qui je couchait ne dirait rien au risque de me perdre et puis aussi parce que j'étais simple remplaçant et que le professeur était censé revenir donc même si j'avais été grillé je serais simplement partit un peu plus tôt. Quoi que ça les aurait bien foutus dans la merde de devoir trouver un autre replaçant le temps que le professeur revienne. Mais la tout changeait. Et d'une j'étais avec Deborah donc si ça venait à se savoir il n'y avait plus que moi qui risquait ma place il y avait aussi Deb qui risquait d'être renvoyée par ma faute et ça je m'en voudrais terriblement, je le savais. Même si je pouvais lui donner des cours de photos en privé maintenant je ne pouvais pas remplacer ses autres cours. Et puis de deux le professeur que je remplaçais venait de rendre l'âme et le directeur me proposait le poste définitif, officiel. Si je ne l'acceptait pas, logiquement c'est que je partais mais si je l'acceptait ça risquait d'être bien plus risquer pour Deb et moi. C'était une situation que je détestait.

Alors oui j'étais monté sur le toit pour réfléchir un peu. Je savais que pendant la pause de midi il n'y avait personne ici, tous les élèves était des morfales, comme tout les profs d'ailleurs et comme moi bien sûr je n’échappais pas à la règle. D'ailleurs vous pouvez être sûr qu'après ça j'irais me nourrir, que voulez vous c'est vitale et puis j'ai passé bien assez d'années à me nourrir que quand j'arrivais à voler de la bouffe avec Dawn. C'est ça de fuguer sans rien avoir prévus, après c'est sur le tas et c'est la merde. Je pensais me retrouver seule mais je m'étais trompé, Deborah était la, quoi que je ne m'étais pas réellement trompé puisqu'elle m'avait suivit et puis heureusement que c'était elle d'ailleurs parce que j'avais beau apprécier beaucoup de personne ici il y en a peu avec qui j'aurais eu envie de parler. Si Ellia ma meilleure amie ou Dawn à la rigueur mais je crois que la même Logan, que j'adore énormément, m'aurait questionné sur des sujets que je n'aurais pas voulut aborder. C'est ça façon de faire, je ne lui reproche rien, je l'adore comme ça et il y a des moments je suis bien content qu'il soit la mais en ce moment c'était d'une présence féminine dont j'avais besoin. Deb était ma petite amie, que demander de mieux ? En plus elle tombait à pique puisque je devais lui parler de se problème de poste, et me connaissant si elle n'était pas monté j'aurais sans cesse repoussé et repoussé le moment où je lui en aurais parlé.

Cependant ce fut elle qui m'adressa la parole en premier, elle aimerait bien savoir ce qui se trame dans ma tête mais comme je lui disais il valait mieux y entrer équipé d'une GPS si on ne voulait pas s'y perdre car il était bien vrai que c'était un beau bazar la dedans. Elle voulait être la pour moi voila pourquoi je n'ai pas attendus plus longtemps pour lui parler de se qui me hantait. J'avais un peut peur de sa réaction je l'avoue mais au moins c'était dit. J'aurais pourtant dût m'attendre à une réponse comme ça de sa part. Deborah c'est la sagesse incarné, tout le contraire de moi en fait, elle pense au bonheur des autres avant le sien, c'était une fille tout ce qu'il y a de plus pur. Pourtant je sentais bien que ça lui faisait mal et en sentant sa main serrer un peu plus la mienne ça ne put que confirmer mes doutes. Elle ne voulait pas me perdre je le savais très bien et pour une fois n'y voyez aucune prétention. Je n'avais pas envie de la perdre non plus, on avait eu tellement de mal à se mettre ensemble, je ne voulais pas tout gâcher maintenant.

"Si je dois faire un choix Deb il portera sur toi. Mais j'ai aussi besoin de travailler pour gagner de l'argent et nous nourrir... Au pire des cas je trouverai un autre boulot..."

Je caressais sa main de mon pouce jusqu'à ce qu'elle me sorte une lettre qui apparemment était de son père. Son père ? J'étais curieux de voir ça. Elle me la tendit et je la pris pour la lire. Elle me laissa le temps qu'il me fallait en posant sa tête sur me cuisse en attendant. Je lui caressais doucement les cheveux, c'était un geste affectif que j'adorais dans les deux sens que ça soit lui caresser les cheveux ou qu'elle me caresse les cheveux. J'étais heureux que cette lettre ai put l'aider, la débloquer et je dois avouer que j'étais aussi curieux de savoir comment elle l'avait eu et pourquoi maintenant et pas avant ? J'aurais put être jaloux de ce flic dont elle me parlais mais après tout moi aussi j'avais été amoureux et c'était du passé bien qu'elle n'avait même pas été réellement amoureuse. Et puis d'un côté je le comprenais ce gas pour avoir moi aussi voulut fuir pendant un moment tout ce qui était sentiment y comprit les filles qui commençaient à ressentir autre chose que de l'attirance physique ou de l'amitié chez moi. Et puis c'était ce qui était arrivé avec Deborah sauf que cette fois ci je n'avais pas put résister. J'avais craqué. Et puis apparemment c'était plus un frère qu'autre chose, il s'était occupé d'elle et rien que pour ça je me promettais de le rencontrer un jour. Elle l'avait donc retrouvé après la tragédie de l'université et c'était lui qui lui avait donné la lettre jugeant qu'elle était maintenant assez mature pour la comprendre.

"Tu me le présenteras un de ses quatre, que je le remercie. Tu lui as parlé de nous ou pas ?"

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Bonne nouvelle ! / Deborah   Ven 4 Jan - 21:17




Jared et Deborah

« L'amour est le plus beau des sentiments. »


Je voulais que Jared sache que j’étais là pour lui. C’était pour cela que je l’avais suivi sur le toit en voyant qu’il avait l’air dans ses pensées. Ce n’était pas souvent son cas. C’était dans ses situations où j’aimerais être dans sa tête, j’aimerais pouvoir savoir à quoi il pensait et surtout j’aimerais l’aider à y voir plus clair. Mais en même temps, je n’étais pas sûr que je sois la bonne personne pour ça. Pour sa part, il pensait qu’il valait mieux s’équiper d’un GPS pour ne pas se perdre dans ses pensées.

Je ne lui cachais pas non plus que je l’avais suivi pour qu’il sache que j’étais là s’il voulait parler. Je ne pensais pas qu’il allait me dire ce qui le tracassait et pourtant si. Le proviseur lui proposait de prendre le poste de professeur définitivement. C’était une bonne chose pour lui mais je comprenais aussi que ça pouvait remettre en cause notre relation. Mais je voulais avant tout son bonheur. Je savais qu’il aimait ce qu’il faisait et il était fait pour ça. Mais en même temps, j’avais peur de le perdre et je ne pus m’empêcher de serrer un peu plus sa main. S’il devait faire un choix, il se porterait sur moi ? Mais était-ce le mieux ? Je n’avais pas le droit de l’empêcher de faire ce qu’il aimait et je n’en avais pas envie. Trouver un autre boulot ? Mais s’il n’arrivait pas à trouver quelque chose qui lui plait, il risque de regretter après. Non, il devait accepter le poste.

Ton choix se porte sur moi pour l’instant, mais plus tard tu risques de regretter. Tu es fait pour enseigner la photographie et non pour trouver autre chose qui risque de ne pas te plaire. Depuis que tu remplaces le professeur, les cours sont beaucoup plus intéressants. Et je ne dis pas ça pour te faire plaisir, c’est seulement la vérité.

Je ne voulais pas qu’il refuse le poste à cause de moi. Il se mit à me caresser la main avec son pouce. Je comprenais que c’était une situation difficile pour lui et je voulais juste lui donner mon point de vue. A vrai dire, moi-même je ne sais pas ce que j’aurais fait en étant dans sa situation. Je savais que je ne pourrais pas supporter de le perdre et surement que je le choisirais lui et non un métier qu’il me plait. Mais son bonheur comptait beaucoup pour moi.

Je sortais ensuite la lettre de mon père et je lui passais pour qu’il la lise. Je posais ma tête sur ses cuisses alors qu’il se mit à caresser mes cheveux. Ce geste m’apaisé, il me permettait de penser à d’autre chose. Il était heureux pour moi et il voulait savoir comment j’avais eu cette lettre. Ça ne me dérangeait pas de lui parler de Jeff, c’était même le contraire. Jeff avait été là pour moi après le décès de mes parents et il m’avait aidé à surmonter mes problèmes, même si je n’avais jamais réussis à parler de mon viol. Bien sûr, je l’avais perdu de vue car j’avais confondu amour et affection mais je savais que Jared ne serait pas jaloux car Jeff n’était pour moi qu’un grand-frère. Je souris lorsque Jared me demanda si je voudrais bien lui présenter un jour, pour qu’il le remercie. Il me demanda ensuite si j’avais parlé de notre relation.

Je suis sûr que tu t’entendras bien avec lui. Par contre, il ne sait rien pour mon passé, alors j’aimerais juste que ça reste comme ça. Je ne lui ai pas parlé de nous. On s’était mis d’accord pour n’en parler qu’à une personne chacun et j’ai respecté cette décision même si c’est difficile de ne rien lui dire.



fiche par century sex.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Bonne nouvelle ! / Deborah   Dim 6 Jan - 12:23



Bonne nouvelle ! feat Deborah & Jared

Non mieux ne valait-il pas rentrer dans ma tête surtout quand on savait ce qui se passait, même mes neurones se battaient entre eux. En fait je crois que même un GPS ne s’y retrouverait pas. Information très utile en effet puisqu’il est évidement que tout le monde va très prochainement rentrer dans ma tête équipé d’un GPS pour savoir à quoi je pense. Elle disait ça mais moi aussi j’aimerais bien être dans sa tête des fois. C’est sûr que ça serait bien plus pratique si tout le monde pouvait rentrer dans la tête de tout le monde pour savoir ce qu’il pensait… Quoi que non en y réfléchissant ça serait un vrai bordel. On ne pourrait plus mentir, plus rien caché et tout le monde y compris le directeur serait au courant pour ma relation avec Deb, pour la drogue aussi et pour tout un tas de truc, ah non en fait ça serait l’enfer. Je crois que même si j’étais seul à pouvoir connaitre les pensées de tout monde ça me gonflerait très rapidement.

Ça ne me dérangeais pas qu’elle m’a suivi, je ne lui en voulais pas au contraire ça voulait dire qu’elle pensait à moi et que comme elle le disait elle était là pour moi. C’était rare que j’ouvre le bec directement pour dire ce qui n’allait pas, mais je connaissais Deb elle voudrait savoir et ne lâcherait pas le morceau alors autant lui dire maintenant surtout que je jugeais que c’était important et que je devais lui en parler alors pourquoi attendre alors qu’elle m’offre l’opportunité de lui en parler maintenant ? Ce qui n’allait pas c’était que le professeur que je remplaçais ayant décédé on m’avait proposé le post définitif et c’était quelque chose à saisir sauf que ça serait encore plus risquer avec Deb. Un prof n’avait pas le droit de coucher avec un élève point. Quand c’était avec des primaires je veux bien mais la quand même, je trouvais ça exagéré voir stupide, Deborah avait mon âge ! On avait simplement emprunté des routes différentes qui faisaient que j’avais dû me trouver un boulot plus tôt. Bon c’est vrai il y avait ce problème de chouchoutage qui comptait aussi, c’était normal qu’on soit plus indulgent avec une personne avec qui on vie et c’est sûrement aussi pour ça que les élèves en couple avec un prof étaient sanctionné aussi. Parce qu’il ne faut pas croire mais il y en avait toujours des petits futés qui arrivaient à séduire leur prof pour avoir de meilleure moyenne. C’était injuste pour les autre ça j’étais d’accord mais tout ne peut pas être juste dans la vie et tout ne le sera jamais.

Je connaissais bien Deborah maintenant et je savais qu’elle allait me dire ça, accepter le poste, ne pas arrêter mon boulot, c’était le genre de fille qui pensait aux autres avant elle, le genre de fille bien, et je savais qu’elle voulait mon bonheur avant tout mais j’étais là pour penser à elle à sa place et aussi à moi parce que j’avais toujours pensé à moi-même si ça ne veut pas dire que je pense à moi seul. Je n’avais pas envie de la quitter, je savais qu’elle n’avait pas envie que je la quitte, elle serrait d’ailleurs pas main plus fortement depuis qu’elle m’avait répondu.

-Je ne regretterais jamais de t’avoir choisi, je souris à la remarque suivante, j’étais un bon prof, c’était rassurant, enfin je pense que sinon j’aurais été viré depuis longtemps, c’était une école renommée quand même, ou en tout cas il ne m’aurait pas proposé le poste. Je peux toujours continuer à faire de la photo en dehors du campus.

Je lui caressais la main, non je ne pourrais décidément pas la quitter, je m’étais bien trop attaché. Changer de sujet ne me faisait pas de mal, c’était une bonne idée même. Deb avait pour ça sortit la lettre de son père qu’elle me laissa lire. Ça avait quand même dû lui faire un choc d’apprendre ça comme ça mais elle avait évolué dans sa façon de penser, ça lui avait permis de croire en certaines choses et ça l’aidait vraiment, j’étais content qu’elle devienne encore un peu plus forte grâce à cette lettre. Elle me parla de Jeff, c’était lui qui lui avait remis la lettre, c’était comme un grand frère pour elle alors oui il fallait que je le rencontre. C’est important de connaitre les personnes proches de sa copine, d’ailleurs moi il faudra que je lui présente Ellia et Dawn. Dawn était étudiante ça ne devrait pas trop poser de problème, en plus elle était en photo aussi par contre pour Ellia c’était moins évident parce qu’on non seulement elle n’était pas à l’université mais en plus elle était flic donc assez peu libre. J’avais toujours peur de la voir rentrer fracasser un de ses quatre.

-Oui ça devrait bien se passer, ne t’en fais pas ça je n’en parle absolument à personne, ça reste tout la dedans. Je tapotais mon torse pour indiquer l’endroit où ça restait et repris. Difficile ? Tu ressens le besoin de lui en parler ?


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Bonne nouvelle ! / Deborah   Dim 6 Jan - 21:01




Jared et Deborah

« L'amour est le plus beau des sentiments. »


En le suivant, je voulais seulement lui faire comprendre que j’étais là pour lui. Je voulais qu’il sache qu’il pouvait me parler lorsqu’il en avait besoin. Il avait toujours été là pour moi et je voulais qu’il sache que c’était là même chose pour moi. Il n’avait pas l’habitude de se confier, et pour cela j’aurais aimé pouvoir être dans sa tête pour connaître ses pensées. Mais apparemment, pour cela, j’aurais besoin d’un GPS si je ne voulais pas m’y perdre. Je ne m’attendais pas à ce qu’il me dise directement ce qui n’allait pas.

Le proviseur lui avait proposé le poste définitif, ce ne serait plus qu’un remplaçant et ça voulait dire que notre relation était encore plus risquée qu’avant. Je comprenais le fait qu’il ne savait pas quoi faire. Et à sa place, moi-même je serais perdue. Mais je ne voulais pas qu’il refuse le poste juste pour être avec moi. Peut-être que je pensais trop à son bonheur et pas assez au miens, mais je savais que je ne pouvais être heureuse que s’il était heureux. Je ne voulais qu’il comprenne qu’il ne devait pas refuser le poste, même si pour cela, nous devrions arrêter notre relation. Je savais aussi que ce ne serait pas facile pour moi mais il était fait pour être professeur de photographie, ça se voyait qu’il aimait ça.

Je serais un peu plus sa main comme si c’était la dernière fois que je ferais ce geste, ou bien comme si c’était pour me rassurer, me rassurer qu’il était encore là. Il préférait porter son choix sur moi s’il devait en faire un. Mais je ne voulais pas qu’il le regrette. Je savais bien qu’il avait besoin de travailler et je ne le lui reprochais pas. Je voulais juste qu’il comprenne qu’il était fait pour être professeur et que pour cela il ne pouvait pas refuser le poste. Il pensait qu’il ne regretterait jamais de me choisir mais je n’en étais pas aussi sûr que lui et il pensait qu’il pourrait toujours faire de la photo en dehors du campus.

Ne refuse pas tout de suite le poste, réfléchis-y. Tu n’auras plus cette opportunité et je sais que si je n’étais pas là, tu accepterais ce poste. Peut-être qu’on arrivera encore à être ensemble malgré ton poste.

Je voulais trouver une solution pour ne pas le perdre et pour qu’il ne refuse pas son poste. Non je n’en avais pas envie. Il caressa ma main avec son pouce alors que je décidais de changer de sujet en sortant la lettre de mon père. J’avais besoin qu’il sache que j’avais enfin tourné la page. Il était heureux pour moi et voulait savoir comment j’avais eu la lettre. Je lui parlais alors de Jeff et de mon attachement pour lui, c’était un peu un grand-frère pour moi. Il voulait le rencontrer ? Je voulais aussi le présenter, par contre je le prévenais que Jeff n’était pas au courant de mon passé et que je voulais que ça reste comme cela. Etait-il au courant pour nous deux ? Non, j’avais respecté notre décision sur le fait qu’on ne devait en parler qu’à une personne chacun et je n’avais donc rien dit à Jeff. C’est vrai que c’était difficile car j’aurais aimé qu’il sache que j’étais heureuse et que j’avais trouvé l’amour. Que j’aimais Jared et que c’était quelqu’un de bien. Je souris en voyant Jared tapoter son torse en me disant qu’il ne parlerait de mon passé à personne. Il me demanda ensuite si je ressentais le besoin de parler de nous deux à Jeff.

J’aimerais seulement qu’il sache que je suis heureuse et surtout que j’ai enfin trouvé celui qui me donnait ce bonheur. Il a toujours voulu que je sois heureuse mais je ne l’ai jamais été avant et j’aimerais tellement partager mon bonheur avec lui. Mais je comprends aussi que nous ne pouvons pas en parler pour l’instant.



fiche par century sex.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Bonne nouvelle ! / Deborah   Lun 14 Jan - 4:29



Bonne nouvelle ! feat Deborah & Jared

En sentant Deb serrer ma main un peu plus j’eu un petit pincement au cœur. J’avais l’impression qu’elle était capable de me dire que c’était finit entre nous juste pour que j’accepte le poste. Enfin j’avais surtout peur parce que capable j’étais persuadé qu’elle l’était. Je savais qu’elle m’aimait et que c’était pour ça qu’elle était prête à tout pour que je sois heureux dans ce que je faisais. Même à sacrifier son bonheur avec moi, elle serait heureuse de me voir heureux certes mais ce genre de bonheur était-il comparable à celui qu’on vivait tous les deux ? Je ne crois pas me tromper en disant qu’il en était bien loin. Elle pensait que je le regretterais si je restais avec elle mais que je n’acceptais pas le poste, pensait-elle que je lui en voudrais ? Elle n’y était pourtant pour rien et comme je lui dis je ne regretterais jamais de la choisir. Même si elle n’en avait pas l’air convaincu moi je l’étais. Quand on aime quelqu’un cette personne passe prioritaire, je ne pouvais pas me résoudre à la quitter parce que maintenant que je connaissais la vie avec elle je ne pourrais plus m’en passer, elle était sûrement mon addiction la plus forte. La question n’était pas de savoir si j’allais rester avec elle ou non mais de savoir si je refusais le poste ou si je l’acceptais mais que je nous mettais tous les deux plus en danger que nous ne l’étions par rapport à notre relation qui est en fait « interdite ».

Elle ne voulait pas que je refuse le poste elle préférait que j’y réfléchisse et ça ne m’étonnais pas, je ne faisais que ça de réfléchir depuis tout à l’heure. Tout allait à 100 à l’heure dans ma tête, mes pensées cohérentes comme incohérentes empruntaient toute sorte de chemins divisibles, pire qu’un labyrinthe. Je n’aurais peut-être plus cette opportunité c’est vrai et c’était aussi vrai que si elle n’était pas là j’accepterais le post ça parait évident mais elle était la et grâce à elle j’étais heureux, heureux et amoureux de nouveau. L’amour partagé c’était tellement agréable, comment s’en séparer ? Ce n’était pas possible, pas envisageable. Je ne quitterais jamais Deborah, je savais que si ça se finissait un jour entre nous ça serait parce que c’est elle qui m’aurait quitté mais moi j’en étais incapable. Ca dernière phrase était celle que je voulais entendre.

« Redis moi cette phrase sans le peut-être. »

Et ça serait parfait. Je voulais l’entendre dire ça ça m’enlèverais ce doute qui me pèse depuis tout à l’heure. Je caressais toujours sa main de mon pouce quand elle me parla de son père, et plus précisément de la lettre qu’il lui avait laissée. Elle me la tendit pour que je puisse la lire et installa sa tête sur mes jambes de temps que finisse. Je me mettais à la place de Deborah, ça avait dû lui faire un choc d’apprendre tout ça mais d’après elle ça l’avait aussi aidé. J’étais content que cette lettre lui ai permis de faire une croix sur cette souffrance qui la tourmentait depuis tant de temps. Deb avait eu une vie difficile et j’essayais du mieux que je pouvais de lui en offrir une meilleure. Je n’étais pas l’homme idéal pour ça mais j’y mettais vraiment du mien même si j’avais toujours ce petit problème de manque de romantisme dû aux longues années passées avant la rencontre de Deborah et après la séparation avec mon ex où j’avais refusé le moindre romantisme de peur qu’on s’attache à moi plus que je ne le souhaitais. Je n’étais pas contre le fait de m’y remettre mais on ne changeait pas le mode de vie qu’à un homme depuis des années en quelques mois. En tout cas cette lettre m’aidais dans mon combat pour que Deb tourne la page sur les horreurs de son passé.

C’était un certain Jeff qui lui avait donné cette lettre. Un flic qu’elle connaissait depuis longtemps et dont elle avait crus tomber amoureuse il y a de cela quelques années déjà alors que c’était de l’affection et non de l’amour. Elle le considérait comme son grand frère il me paraissait donc logique de le rencontrer. Il faut bien connaitre les personnes qui sont proches de sa petite amie. Elle m’affirma qu’elle ferait les présentations mais elle ne voulait pas qu’il soit au courant pour son viol, ça devait être la seule chose que ce flic ne connaissait pas mais je lui assurais que tout resterais le dedans et désignant mon torse en le tapotant ce qui la fit sourire d’ailleurs. Ca faisait du bien, elle était tellement belle quand elle souriait. Si on se rappelle bien la première fois que je lui avais adressé la parole c’était parce qu’elle pleurait et je n’avais pas aimé la voir pleurer alors je l’avais consolé et maintenant j’arrivais à la faire sourire. C’était sûrement un des plus beaux cadeaux qu’elle pouvait me faire.

Je lui avais demandé si elle avait envie de parler d’eux deux à Jeff parce que j’avais eu l’impression qu’elle en avait en effet envie et puis en sachant qu’elle le considérait comme son grand frère je tenais à lui demander. Généralement le grand frère c’est la personne à qui on parle de tout, le confident. Et en effet elle aimerait bien qu’il sache qu’elle était heureuse parce qu’il avait toujours voulut qu’elle soit heureuse et qu’elle trouve celui qui lui donnerait ce bonheur. Mais elle finit en disant qu’elle comprenait qu’on ne puisse pas en parler pour l’instant.

« Je ne t’en voudrais pas si tu lui dis tend qu’il ne me fait pas arrêter »


Je ris, il ne pouvait pas en réalité, Deb n’était pas mineur elle avait mon âge mais il pouvait en faire part à l’université ce qui serait tout de suite moins cool. Si Deb lui faisait confiance ça n’était sûrement pas aveuglément alors je lui faisais confiance aussi et puis d’après ce qu’elle venait de me dire je doute qu’il veuille détruire son bonheur et par la même occasion perdre ce lien si proche qu’il avait avec Deborah.



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Bonne nouvelle ! / Deborah   Mar 15 Jan - 19:08




Jared et Deborah

« L'amour est le plus beau des sentiments. »


J’avais serré sa main un peu plus comme pour me rassurer. Me rassurer sur le fait qu’il était toujours là et qu’il n’allait pas partir. Je ne pouvais pas cacher que j’avais peur de le perdre mais en même temps je voulais qu’il soit heureux. Si je devais me séparer de lui pour qu’il puisse faire ce qu’il aimait, je le ferais même si j’en souffrirais. Mais je savais aussi que si j’étais à sa place, je le choisirais lui au lieu du poste. Je comprenais son état d’esprit, le fait qu’il était perdu et qu’il ne savait pas faire. Entre le poste et moi, il choisirait moi pourtant j’avais peur qu’il regrette son choix plus tard et je ne voulais surtout pas qu’il refuse le poste à cause de moi.

La meilleure solution était qu’il prenne un peu de temps pour y réfléchir encore et qu’il ne refuse pas tout de suite le poste. Je me doutais bien qu’il y réfléchissait depuis la proposition mais peut-être que notre conversation allait l’aider à y voir plus clair. Je savais pertinemment que si nous n’étions pas en couple, il accepterait le poste sans hésiter, il aurait peut-être même déjà donné sa réponse au proviseur. Peut-être qu’on pourrait aussi continuer ensemble malgré son poste. Nous sommes bien conscients des risques mais c’était peut-être la solution la plus simple. Jared voulait que je lui redise ma dernière phrase sans le peut-être. Je lui fis un petit sourire.

On peut arriver à être ensemble même si tu acceptes le poste. On y est bien arrivé jusqu’à présent, alors pourquoi ça changerait ? Les risques sont plus importants mais je veux bien prendre le risque.

Il me caressait encore ma main lorsque je me mis à lui parler de mon père. Je voulais qu’il sache la vérité, la vérité sur l’acte de mon père. Il était au courant de tout et je voulais aussi qu’il sache que j’avais enfin pu tourner la page de mon passé. J’étais enfin prête à vivre le présent sans penser au passé et peut-être même à penser au futur. J’installais ma tête sur ses jambes pendant qu’il lisait la lettre. Je profitais de ses caresses sur mes cheveux, j’aimais ses moments passés avec lui. Des moments de tranquillité ou rien d’autre que nous comptait.

Je lui parlais ensuite de Jeff, je ne lui cachais pas que j’avais confondu affection et sentiment avec lui mais que finalement il ne représentait qu’un grand-frère pour moi. Il avait été là pour moi lorsque j’avais perdu mes parents et j’espérais qu’il allait bien s’entendre avec Jared. Il s’agissait des deux personnes les plus chers pour moi. Jared voulait le rencontrer et je lui affirmais que je le ferais, je lui demandais cependant de ne pas parler de mon passé, surtout de mon viol et de la drogue que j’avais pris. Il me rassura en me disant que tout resterais secret tout en tapant son torse. Je lui souriais. Jared voulait savoir si j’avais envie de parler de nous deux à Jeff. Bien sûr que c’était le cas, j’aurais aimé pouvoir lui dire que j’étais enfin heureuse et que c’était Jared qui me rendait heureuse. Mais je savais aussi qu’on ne pouvait pas en parler et je respectais cela. Il ne m’en voudrait pas si je lui en parlais du moment qu’il ne se faisait pas arrêter. Je riais avec lui.

Il ne fera pas ça, il aura trop peur de me blesser pour cela.

Je me taisais ensuite pour le regarder, j’aimais le regarder, mémoriser ses traits et pouvoir le revoir dans mes pensées. Je ne pouvais pas cacher que je le trouvais beau, j’avais de la chance de l’avoir même s’il ne s’en rendait pas compte. Grâce à lui, je me ressentais vivre, vivre dans le sens où je reprenais goût à la vie, vivre dans le sens où j’avais réapprit à faire confiance même si je restais méfiante. Je me redressais pour pouvoir l’embrasser. Puis j’approchais ma bouche de son oreille pour lui chuchoter mes prochaines paroles.

Je n’ai jamais dit ça à personne, à vrai dire tu es le premier à me faire ressortir ce sentiment mais j’ai envie de toi.

Je me décalais ensuite pour voir sa réaction. Je n’avais pas pu empêcher mes joues de rougir mais j’assumais mes paroles car c’était la vérité.



fiche par century sex.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Bonne nouvelle ! / Deborah   Sam 2 Fév - 0:47



Bonne nouvelle ! feat Deborah & Jared

Je crois bien que de toute façon je ne pouvais pas me séparer d’elle, elle m’apportait l’affection qui m’avait manqué lors de mes relations avec mes coups d’un soir ou avec mes plans cul puisqu’évidemment il n’y avait pas de sentiments. Ben oui on n’appelait pas ça un plan cul pour rien, et bien avec Deborah c’était un plan sentiment voilà, même s’il y avait aussi du sexe bien sûr mais ça restait quelque chose de complètement différent. Quoi, comment vous expliquer ça sans passer pour un amoureux transit, comment l’expliquer avec des mots d’ailleurs. Ce n’était pas la première fois que j’étais amoureux et la première fois n’avait pas été qu’une illusion j’étais vraiment amoureux mais il y avait eu la drogue, ce qui faisait du mal à ma copine de l’époque et on avait rompu pour ça, enfin surtout elle. Et j’étais aussi amoureux avec Deborah, mais ça ne se manifestait juste pas de la même manière, tout était plus intense. Si je vous disais qu’en sa présence j’ai parfois l’impression d’être faible vous me croiriez ? Moi le prétentieux le plus connus de l’université bien que j’étais un prof avouait se sentir faible en présence d’une fille ? La bonne blague, et ben si pourtant… Pourquoi ? Parce qu’elle pouvait me demander énormément de chose, que je serais prêt à beaucoup pour ne pas avoir à la perdre. Ça serait presque une maladie, et si s’en est une je ne veux pas connaitre le remède.

En réalité je n’hésitais pas entre rester avec elle ou prendre le poste, j’hésitais entre refuser le poste pour mieux être avec elle ou prendre le poste en continuant d’être avec elle mais en prenant des risques. Deborah voulant me rassurer m’avait dit que peut-être on réussirait à être ensemble même si j’acceptais le poste et moi je voulais qu’elle le redise sans le peut-être du début de la phrase. C’était marrant parce que la première fois que je lui avais vraiment parlé c’était pour la consoler, je n’avais jamais aimé voir une fille pleurer. Et puis maintenant les rôles s’inversaient c’était elle qui me rassurait, et surtout me soutenait. Et elle était prête à prendre des risques, autant dire qu’à ce point-là je n’avais plus aucun doute sur les sentiments de Deborah à mon égard. Je souris, pour une fois je mettais mon ego de côté deux secondes pour passer un moment tranquille avec ma copine.

« Tu es une perle Deb. »

Une perle rare même, c’était la première fille de son genre qui s’attachait à moi et je n’aurais jamais imaginé finir avec une jeune femme si… pure en fin de compte, moi le pervers de première en couple secret avec une jeune fille bosseuse, généreuse, adorable, charmante, sympathique… Je crois que si je me mettais à faire une liste des qualités de Deborah ça me prendrais des heures, j’en trouve de nouveaux à chaque fois et j’end découvre encore aujourd’hui. Je vais vous avouer quelque chose qui en fait ne sera pas une révélation, je ne suis pas romantique mais je sais à quel point les femmes raffole de ça, pas étonnant en même temps, j’ai toujours eu un peu peur qu’un jour elle me le reproche parce qu’elle était quelqu’un qui avait besoin de douceur et de toutes ses petites attentions qu’on appelle justement « romantiques ». Je n’ai jamais aimé les dîners aux chandelles je n’y peux rien, je trouve déjà ça bien trop cliché alors même si j’étais romantique je pense que je ne ferais pas ça, un peu d’originalité enfin. Quoi que, qu’est-ce que je pouvais en savoir moi ce que j’aurais eu dans la tête si j’avais été romantique ? J’avais déjà du mal à savoir ce que j’avais dans la tête en ce moment ce n’était pas pour me préoccuper de ce que j’aurais pu avoir dans ma tête.

S’en suivit une discussion sur une lettre, une lettre qui venait de son père. Son père qui avait tué la mère de Deb et qui s’était suicidé après. Ça elle ne me l’avait jamais dit, non en fait elle me l’avait écrit, elle-même dans une lettre il y a pas mal de temps. Pendant la période où elle n’arrêtait pas de mettre des lettres d’amour dans le style adolescent dans mon casier. Faut croire que les lettres pour avouer des trucs important c’était de famille. Mais j’étais content qu’elle est eu cette lettre, ça lui permettait de tirer un traits sur toutes les questions qu’elle se posait et ainsi sur la souffrance que celles-ci lui causaient. C’était un certain Jeff qui lui avait fait remis, un flic apparemment, elle avait confondus amitié et sentiments amoureux avec lui quand elle était jeune mais maintenant elle le considérait plus comme un grand frère. Je ne savais pas vraiment comment c’était d’avoir un grand ou un petit frère étant enfant unique. Enfin je n’avais pas revus mes parents depuis que j’avais fugué mais peut-être avait il fait une autre enfant, si c’était le cas je plaignais ce dernier.

Elle ressentait le besoin de parler à son ami de notre relation, en fait elle avait envie qu’il sache qu’elle était heureuse parce que c’était ce qu’il avait toujours voulut pour elle. Je pouvais bien lui laisser lui dire, après tout il ne fréquentait pas l’université et tend qu’il n’allait pas révéler ça à tout le monde ça devrait aller, et puis Deb serait contente. Voyez que je suis faible finalement. Elle m’assura qu’il ne dévoilera rien du tout ayant trop peur de la blesser, là-dessus je voulais bien la croire.

« Je te donne la permission alors » lui répondais-je en riant légèrement.

Je sentis son regard me fixer et je tournai la tête pour pouvoir la regarder aussi jusqu’à ce qu’elle approche ses lèvres des miennes pour m’embrasser tendrement avant de monter vers mon oreille et de murmurer que j’étais le premier à lui faire ressentir un certain sentiment, elle avait envie de moi. Je souris.

« Comment je peux résister à un tel appel moi ? »

Elle avait rougis en à peine quelques secondes et je trouvais ça vraiment charmant et attendrissant. Je pris son visage entre ses mains pour l’embrasser de nouveau.




Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Bonne nouvelle ! / Deborah   

Revenir en haut Aller en bas
 

Bonne nouvelle ! / Deborah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Niagara University™ :: Time to, delete you :: Les Archives :: 2011-2012 :: Archives rps
-
Votez !
Un vote toutes les deux heures ♥
www.obsession27
www.shitamachihito
www.nom du top