AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 SUMMER-SEA ◭ parfois je suis tellement fière de moi, que j'ai envie de me dire merci.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité

Invité


MessageSujet: SUMMER-SEA ◭ parfois je suis tellement fière de moi, que j'ai envie de me dire merci.   Mer 15 Aoû - 20:40



Summer-Sea Pocahontas Rhodes
"parfois je suis tellement fière de moi, que j'ai envie de me dire merci."

âge: 23 ans date et lieu de naissance: 11 juin 1989, Nice origines: Francaise études: mode, mannequinat orientation sexuelle: hétérosexuelle statut civil: Célibataire caractère: franche ☇ impulsive ☇ sociable ☇ curieuse☇ souriante ☇ fêtarde ☇ déterminé ☇ paresseuse ☇ attentionné ☇ charismatique ☇ possessive ☇ jalouse ☇ protectrice ☇ agréable ☇ serviable ☇ impatiente ☇ têtue ☇ réaliste groupe: écrire ici.

Alors, si tu me parlais de ton premier amour ? écrire ici. ◮ Quel genre de musique écoutes-tu ? Du funk au twist, let's talk music ! écrire ici. ◮ Ton plus grand rêve, si tu en a un, of course: écrire ici. ◮ Tu bois, tu fumes, are you bad sometimes ? écrire ici. ◮ Tu as un tatoo, une cicatrice, un piercing, signe distinctif ? écrire ici. ◮ Décris moi ton plus beau souvenir, la chose qui fait de toi ce que tu es: écrire ici.


prologue

Laissez-moi vous raconter mon histoire, ce que j’ai vécu et ce qu’on m’a raconté car bien sûr, je ne me souviens pas de tout. Il est difficile de se remémorer les moindres recoins de son enfance… Je devais avoir quatorze ans quand j'ai découvert le journal intime de ma mère qui relate tout de la rencontre entre mes parents, ma naissance, mes premiers pas et autres événements majeurs de mon enfance. Prise par son travail ou peut-être sous la pression de mon père, elle a sans doute dû arrêter de l’écrire car rien n’a été écrit dessus depuis prêt de 13 ans Donc commençons par le commencement…

Mes parents se sont rencontrés à l’université il y a 25 ans de cela. Mon père était alors dans l’équipe de basket et ma mère, simple étudiante ne pensait avoir aucune chance avec lui. Cependant, il semblerait que les choses aient été favorable (enfin à ce moment là dirons-nous) à la présente madame Davenport, ma mère puisque lors du bal de fin d’année, elle s’est fait renverser un verre de vodka sur elle par le meilleur ami de mon père. Celui-ci, totalement saoul, s’en alla sans rien faire ni dire et bien sûr, mon père en grand gentleman qu’il était se sentit coupable et essaya de rattraper l’erreur de son ami. Il proposa alors à ma mère d’emmener sa robe chez le teinturier, ce qu’elle refusa bien sûr… Et cette petite querelle entraîna la début d’une histoire d’amour et d'un enfer que personne m'aurait pu alors soupçonner.

11 juin 1989 ; Nice

« - Poussez madame, Poussez ! » Un cri de douleur retentit dans la pièce. Katherina Davenport, ma mère, avait le goût d’étrangler ces pauvres imbéciles de docteurs qui lui disaient de pousser. Elle poussait, le plus fort qu’elle pouvait, alors il ne fallait pas lui en demander plus. Gardant tout de même ses commentaires désobligeants pour elle-même et qui de toute façon n’auraient mené à rien, Katherina sentit que son calvaire s’achèverait bientôt. En son fort intérieur, elle murmurait quelques mots doux à son enfant qui allait naître. C’était plutôt du genre ‘Si tu ne sors pas tout de suite, je jure que je vais m’ouvrir le ventre’ plutôt que d’un genre maternelle et protecteur, mais elle n’en pouvait tout simplement plus de forcer. Elle ne se doutait pas de ce qui allait se passer par la suite et qu’elle ressentirait des sentiments si profonds pour une personne. La chair de sa chair. Poussant une dernière fois, elle sentit la tête du petit bébé se retrouver à l’air libre. Du coup, elle s’évanouit, dû à un trop plein d’émotions.

« - C’est une fille madame. » Souriante, elle prit ce petit être dans ses bras. Sa petite fille dormait dans ses bras, rassurée par la chaleur réconfortante de sa mère. Summer-Sea Pocahontas Davenport. Ce serait son nom, là et pour toujours. Elle sentit son cœur se remplir de bonheur et de fierté. Elle était si belle, la plus belle des petites filles. Bien entendu, son jugement était influencé par son rôle de mère, mais c’était ce qu’elle ressentait. Elle savait que les prochaines années seraient difficiles.

25 février 1999, Nice

« - Si tu ne me donnes pas ce ballon tout de suite, je te jure que tu vas avoir mal. » C’était la voix d’une petite fille, à l’apparence si fragile et calme mais qui au contraire, avait déjà un très grand caractère, moi bien entendu. Étant jeune, et même encore aujourd’hui, je n’ai jamais voulu qu’on me protège, j’en étais bien capable toute seule. Mon caractère plutôt explosif m’avait valut plusieurs bagarres ainsi que plusieurs rencontres au bureau du proviseur. Malgré tout, j’avais le sentiment d’être respectée de tous et ces derniers savaient très bien qu’il ne fallait pas me provoquer, sous peine de bagarre générale. Garçon manqué lors de mon enfance, je n’avais jamais apprécié la compagnie des filles, les trouvant trop méchantes entre elles. Oh, j’avais bien essayé, mais c’était peine perdue. Et puis, à 10 ans, je n’avais pas l’intention de parler de garçons et de maquillage. Je préférais me concentrer sur des choses plus intéressantes. Plusieurs petites filles étaient jalouses de moi, mais pourtant elles n’avaient pas à l’être. Si elles désiraient être en compagnie de garçons, elles n’avaient qu’à leur parler au lieu de les regarder de loin. Comment une jeune fille de 10 ans pourrait avoir le goût de commencer ces bêtises de relations de toute façon ?! Les autres filles pouvaient bien les garder, je m’en foutais littéralement. C’étaient mes amis, simplement.

18 octobre 1997, Nice

La journée du 18 Octobre 1997 restera probablement marquée dans ma mémoire à tout jamais. C’est ce fameux jour que ma vie changea du tout au tout, qu’on me donna l’opportunité de devenir une personne complètement différente. Bien que je ne le réalisa pas à cet âge si jeune, j’en suis bien consciente aujourd’hui. Je n’ai jamais réellement su la raison de tout ce changement dans ma vie, mais bien entendu, au fil des années, j’ai élaboré certaines hypothèses. En fait, je crois surtout que ma mère était simplement profondément malade et ne pouvait plus s’occuper de moi convenablement. C’est pourquoi elle me donna en adoption internationale. J’étais alors troublée, abandonnée par ma propre mère, seule au monde. C’est donc à ce moment précis que je dû me protéger pour ne pas souffrir et également que j’ai su que je ne pouvais compter que sur qu'une seule personne tout au long de ma vie : moi-même.

On criait mon nom, on s’exclamait, on se retenait pour ne pas pleurer. Moi de mon côté, les yeux ébahis par ces grandes personnes qui tendaient les bras vers moi et qui me serraient un peu trop fortement, je tentais de ne pas partir en courant. On venait de me trouver une nouvelle famille, une autre façon de vivre. Je devais tout recommencer à zéro, rebâtir une nouvelle vie, supposément remplie de promesses. Mes nouveaux parents se tenaient fiers et droits. Ils avaient enfin eu ce qu’ils espéraient depuis si longtemps, une fille. Je pourrai toujours dire que c’était les plus heureux parents du monde, ce qui n’est pas faux, mais ce serait répéter des histoires déjà écrites maintes et maintes fois. Alors, j’aime mieux dire qu’ils étaient simplement heureux et comblés. Je savais que mes parents n’avaient pas toujours eu la vie facile, mais franchement, j’avais toujours eu énormément d’admiration pour eux. Ils avaient eu longtemps un seul et même désire, celui d’avoir un enfant. Si seulement ils avaient su ce qui s’en venait, je crois qu’ils auraient rebroussé chemin. Non pas qu’ils n’aiment pas leurs enfants, nous sommes 3 enfants dans la famille, mais disons plutôt que nous leur avons donné du fil à retorde.

15 Juillet 2004, Toronto

« Sors de ma vie James ! »
« Combien de fois il va falloir que je te dise combien je suis désolé? »
« Je ne veux plus en entendre parler.Prend tes choses et va-t-en! »
« Et les enfants dans tout ça ? »
« Ils resteront avec moi. Je ne veux pas que tu t’approches d’eux. »


Ça y est. L’amour et les confiseries parties, la joie et l’amour enfuient, c’est tout ce qui restait du couple anciennement si amoureux. Comment de telles choses peuvent arriver ? Comme un couple pouvait en venir à se point, se détester et oublier que la séparation ne les concernait pas uniquement ? Mon père venait de franchir le seuil de la porte et jamais je n’aurai pu me douter que ce serait là, la dernière fois que je le verrai. Il avait fait une bêtise, jamais il ne se le pardonnerait. Coucher avec sa secrétaire venait de lui coûter ce qu’il avait de plus précieux au monde, la garde de ses trois enfants. Je n’ai d’ailleurs jamais compris ce que mon père avait eu en tête ni même pourquoi il n’a jamais retenté de nous revoir, ses enfants. C’était une bêtise, certes, mais la bêtise de mon père venait de nous coûter la présence d’un être important. Dans ma tête de petite fille, je croyais dure comme fer que ma mère pourrait lui pardonner et que tout puisse revenir comme avant. Une larme avait coulé sur mes joues, je m’en souviens comme si c’était hier. Je savais à ce moment précis, même si je me suis voilé la face durant de nombreuses années, que mon père était parti pour de bon. Il n’y avait rien à faire … Mais je savais aussi que c’était la meilleure des solutions pour ma mère qui n’aurait jamais réussit à vivre avec lui après ce qu’il avait fait. Et je savais aussi qu’elle pourrait enfin être heureuse et libérée, c’était tout ce qui m’importait.

« Je te déteste ! » Comme la colère d’une enfant est incontrôlable, ma mère ne tenta pas de me rattraper ce fameux jour, se disant probablement que cette petite crise passerait. Et comme de fait, bien que je m’ennuyais énormément de mon père à l’époque, j’oubliais peu à peu ce qui s’était passé pour me concentrer à aider ma mère. Elle qui se retrouvait maintenant seule à élever 3 enfants, ce n’était pas de tout repos, j’en étais consciente, même à cet âge. Je donnai donc toute mon énergie à élever mon jeune frère. Bien que je ne sois pas leur fille de sang, cette année remplie de surprises m’avait aidé à me rapprocher de ceux que j’appellerais toujours mes parents. Ils avaient donné leur énergie et leurs espoirs en moi et pour cela, je ne voulais pas les décevoir.

04 Août 2004, Toronto

Une année avaient passé depuis que mon père avait quitté le domicile familiale. Une année durant laquelle la petite famille se consolida plus que jamais. Nous étions tellement proches, tissés serrés comme disait ma mère. En fait, je n’avais pas à me plaindre. C’était comme ça, simplement. Nous étions heureux et nous avions quelque chose que peu de personnes peuvent se vanter d’avoir : des personnes qui sont présents pour vous. Je n’oublierai jamais ces années qui sont probablement pour moi les plus heureuses années de ma vie, sans compter ma vie actuelle bien entendu. J’étais tellement proche de ma famille que s’en était presque étouffant. Malgré tout, je savais que cette chance ne passerait pas deux fois et que j’étais mieux de la saisir avant qu’elle s’enfuit. C’est durant cette année que ma mère fit la rencontre d’une nouvelle personne dans sa vie, Dwayne. C’est justement un 4 Août qu’il rentra officiellement dans nos vies. Quelques mois après son arrivé dans notre petite famille, je fis la découverte qui me tenu en horreur pour le restant de mes jours. Dwayne, ce gentil père de famille venu nous sauver, n’était rien d’autre qu’un sale hypocrite, manipulateur et provocateur. Non, il ne violentait pas ma mère comme nous le voyons dans les films, de façon physique et évidente, mais bien de façon mentale. En effet, il s’attaquait au fragile état psychologique de ma mère en la traitant comme une moins que rien. Je dû donc grandir, malgré moi, dans un environnement familiale plutôt difficile puisque je devais subir les râlements de ce cher Dwayne …

15 Janvier 2007, Toronto

J’avais grandit depuis le temps. J’étais devenue une jeune femme en pleine capacité de ses moyens. Petit à petit, les amis d'enfance finirent par m'attirer. Ils étaient devenus des hommes, avec tout ce qu'il y a de maturité et d'étrangeté. Comme toute femme à l'aube de sa vie d'adulte, je voulais s'approcher de ces hommes, mais pour obtenir quelque chose de plus exaltant qu'un simple match de football. Toutes mes tentatives tombèrent à l'eau. Continuant à chercher un homme susceptible de voir en moi un objet de désir, je continua ma vie simple et banale. De plus, je voyais l’image que le miroir projetait et j’en étais plutôt fière. Sans arrogance, j’avais pris l’habitude de me faire siffler lorsque je marchais dans les rues. À l’école, je savais pertinemment ce que les autres pensaient de moi. J’usais alors de ce que le Bon Dieu m’avait donné pour me faire des amis ainsi que pour avoir des conquêtes. Je n’étais pas une Sainte, j’en suis consciente mais je tentais de comprendre à ma façon la vie. Je savais qui j’étais, contrairement à la majorité des autres filles de mon âge, ce qui devait probablement plaire aux garçons. Ce qui m'aida alors à attirer l'attention des autres enfants du quartier. Malgré le temps qui s'écoulait, je demeurait LA personne à inviter aux anniversaires, aux fêtes des enfants devenus adolescents. Jamais oubliée, toujours demandée. Le plus souvent, j’ignorai les invitations aux pyjama-party des filles, préférant s'amuser avec les garçons sur un terrain de sport ou devant un flipper. Alors que certains se demandaient encore si elles devaient mettre des culottes éléphants ou des brésiliennes, moi j’avais fait mon choix depuis longtemps. Je savais ce que je voulais et je ne me cachais pas. La majorité des filles éprouvaient une haine inconditionnelle envers moi. Ce n’était pas tant le fait que je savais qui j’étais qui les perturbait, mais probablement le fait aussi que sans le vouloir profondément, je les éclipsais sur plusieurs points. Je n’aimais pas me retrouver en perpétuel conflit avec ces dernières mais comme la jalousie est un défaut très difficile à contrôler, je ne pouvais pas y faire grand-chose. C’est à cet époque que je compris que parfois on vous attribue des fautes sans même que vous ailliez levé le petit doigt …

Dans mon environnement familial, c’était devenu insupportable. La situation était si étouffante que je ressentais continuellement le besoin de m’évader. Inconsciemment, j’appris que l’amour et les relations de couple ne seraient probablement jamais faits pour moi. J’avais alors développé une sorte de peur des relations stables ce qui me faisait faire d’énormes bêtises. Un jour, lors de mes 17 ans, je décidai de moi-même que s’en était trop. Il fallait que je fasse quelque chose pour sortir ma mère de ce mauvais pas. Décidé à en finir une bonne fois pour toute, je pris le téléphone et composa pour la seule fois de ma vie, le numéro de la police. Quelques minutes plus tard, elle débarqua chez moi et emmena Dwayne dans un monde où nous n’existions plus. Nous étions enfin libérés…

11 juillet 2008, Toronto

Je venais tout juste d’avoir 18 ans et ceux étant déjà passé par-là savent très bien que cela n’arrive qu’une fois dans une vie et que ça se fête. Je devenais alors une jeune femme forte et fière, encore plus qu’au Lycée. Les fêtes et la débauche étaient devenues des quotidiens pour moi. En vieillissant, j’étais devenu encore plus belle que jamais, je le savais. Comment je le savais ? Aux regards que les hommes portaient sur moi. Alors que les jeunes voyaient une beauté fatale inaccessible et que les vieux se retenaient pour ne pas me sauter dessus, ceux de mon âge avaient envie et désir sur leur visage. C’est aussi lors de cette fameuse fête du nouvel an que je rencontrai l’homme qui m’a brisé le cœur. Nous avons vécut un an de pur folie et de désir ardent, mais aussi un an de jalousie et de non confiance l’un envers l’autre. Lorsque nous n’étions alors que de simples amis, il s’était toujours montré comme charmant, quoi qu’un peu protecteur, mais simplement bien dans sa peau. Puis, lorsque nous avons commencé à être un couple officiel, il est alors devenu jaloux et idiot. La jalousie lui faisait faire des choses ridicules que je ne comprenais pas. Bien que je n’ai jamais réussit à lui avouer mon affection pour lui, il continuait de croire que je le trompais. Il faut dire que Dwayne, l’ancien copain de ma mère, m’avait donné le parfait exemple de ce qu’était une relation de couple et je m’étais alors promis de ne jamais mettre mes sentiments en premier plan. Voilà pourquoi toute cette histoire s’est terminée de la façon dont elle devait se terminer. Malgré tout, je ne regrette aucunement notre séparation puisque qu’avec les années, j’ai muri et j’ai changé. En fait, je lui suis plutôt reconnaissante de m’avoir laissé tomber puisque sans cela, je n’aurai jamais réalisé combien l’amour était un sentiment profondément différent de ce que je m’imaginais à la base.

pseudo: Ocean Lounge. âge: 18 ansavatar: Amber Heard présence: sept jour sur sept où as-tu découvert le forum? en me promenant sur différents forums crédits: tumblr autres: non



Dernière édition par Summer-Sea P. Rhodes le Mer 15 Aoû - 21:24, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Everleigh A. Wilson

∞ Live young, wild & free

⊱ statut matrimonial : En couple avec Gabriel
⊱ où es-tu ? : Niagara Falls
⊱ humeur : En quête
⊱ célébrité : Claire Holt
⊱ messages : 1018
⊱ inscrit le : 23/08/2011

MessageSujet: Re: SUMMER-SEA ◭ parfois je suis tellement fière de moi, que j'ai envie de me dire merci.   Mer 15 Aoû - 20:43

Bienvenue parmi nous ♥
J'adore le titre de ton sujet *-* Bonne chance pour ta fiche et si tu as une question, n'hésite pas ^^ (Everleigh est le DC d'Ellia, une des admins ^^)

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

TITRE EN COURS +
« CITATION A VENIR » - auteur unbreakable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité

Invité


MessageSujet: Re: SUMMER-SEA ◭ parfois je suis tellement fière de moi, que j'ai envie de me dire merci.   Mer 15 Aoû - 21:00

Merci I love you
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité


MessageSujet: Re: SUMMER-SEA ◭ parfois je suis tellement fière de moi, que j'ai envie de me dire merci.   Jeu 16 Aoû - 0:58

Bienvenue!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité


MessageSujet: Re: SUMMER-SEA ◭ parfois je suis tellement fière de moi, que j'ai envie de me dire merci.   Jeu 16 Aoû - 7:06

Bienvenuuuuue !
très bon choix de vava ^^ happy


Dernière édition par Jared Silvester le Jeu 16 Aoû - 12:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité


MessageSujet: Re: SUMMER-SEA ◭ parfois je suis tellement fière de moi, que j'ai envie de me dire merci.   Jeu 16 Aoû - 10:40

Bienvenue parmi nous :)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lola B. Wilde

Lola la banane

⊱ statut matrimonial : Célibataire
⊱ où es-tu ? : Au pays des bisounours
⊱ humeur : Joyeuse
⊱ célébrité : Bonnie Wright
⊱ messages : 1466
⊱ inscrit le : 15/10/2011

MessageSujet: Re: SUMMER-SEA ◭ parfois je suis tellement fière de moi, que j'ai envie de me dire merci.   Jeu 16 Aoû - 11:44

Welcome here. :)

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .


L'amour donne des ailes
Aimer, c'est espérer tout gagner en risquant de tout perdre, et c'est aussi parfois accepter de prendre le risque d'être moins aimé que l'on n'aime..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité

Invité


MessageSujet: Re: SUMMER-SEA ◭ parfois je suis tellement fière de moi, que j'ai envie de me dire merci.   Jeu 16 Aoû - 18:21

Bienvenue sur le forum ! (:
Si tu as la moindre questions n'hésite pas ! coeur
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité


MessageSujet: Re: SUMMER-SEA ◭ parfois je suis tellement fière de moi, que j'ai envie de me dire merci.   Jeu 16 Aoû - 18:41

Bienvenue sur Niagara
Gosh Nice j'aime tellement !!!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité


MessageSujet: Re: SUMMER-SEA ◭ parfois je suis tellement fière de moi, que j'ai envie de me dire merci.   Ven 17 Aoû - 0:09

Bienvenue!!!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Everleigh A. Wilson

∞ Live young, wild & free

⊱ statut matrimonial : En couple avec Gabriel
⊱ où es-tu ? : Niagara Falls
⊱ humeur : En quête
⊱ célébrité : Claire Holt
⊱ messages : 1018
⊱ inscrit le : 23/08/2011

MessageSujet: Re: SUMMER-SEA ◭ parfois je suis tellement fière de moi, que j'ai envie de me dire merci.   Ven 17 Aoû - 13:32

Ta fiche est-elle terminée? ^^

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

TITRE EN COURS +
« CITATION A VENIR » - auteur unbreakable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: SUMMER-SEA ◭ parfois je suis tellement fière de moi, que j'ai envie de me dire merci.   

Revenir en haut Aller en bas
 

SUMMER-SEA ◭ parfois je suis tellement fière de moi, que j'ai envie de me dire merci.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Niagara University™ :: Time to, delete you :: Les Archives :: 2011-2012 :: Archives présentations
-
Votez !
Un vote toutes les deux heures ♥
www.obsession27
www.shitamachihito
www.nom du top