AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Un visage, un passé commun [Mikael]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Everleigh A. Wilson

∞ Live young, wild & free

⊱ statut matrimonial : En couple avec Gabriel
⊱ où es-tu ? : Niagara Falls
⊱ humeur : En quête
⊱ célébrité : Claire Holt
⊱ messages : 1018
⊱ inscrit le : 23/08/2011

MessageSujet: Un visage, un passé commun [Mikael]   Lun 6 Aoû - 20:24


Un visage, un passé commun.


Une nouvelle journée s'était levée. Une nouvelle journée de recherches. J'avais écrit un nouvel article durant la nuit ce qui m'avait valu une jolie nuit blanche. Cela m'arrivait assez souvent. Soit, c'était à cause d'un travail pour mon idiot de patron au journal, soit c'était parce que je passais mon temps à chercher à retrouver des bribes de souvenirs. Je regardais alors des photos, je lisais mes journaux intimes, je regardais les dessins que j'avais gardé ou que savais-je encore qui se trouvait dans mes nombreux cartons durant toute la nuit. Ca arrivait assez souvent parce que je voulais retrouver qui j'étais le plus rapidement possible pour pouvoir avancer, passer à autre chose. Il devait être environ huit heures du matin lorsque je me décidai à bouger de ma table de cuisine pour aller prendre ma douche et tenter de me réveiller tant que possible.

Je m'habillai d'un pantacourt et d'un débardeur ainsi que d'une paire de tongs. J'étais en mode décontractée. J'attrapai mon sac et mes clés de voiture. Je refermai derrière moi et montai dans mon véhicule pour aller en direction du journal où je déposai rapidement mon article avant de partir au parc. J'avais besoin de prendre un peu l'air, de m'éloigner de mon appartement ou des lieux que je fréquentais habituellement pour me vider un minimum l'esprit. C'était tout de même à devenir dingue et là, j'avais besoin de me divertir. La marche était un très bon moyen. J'avançai sans regarder devant moi. J'observai les fleurs et les différents arbres. Le parc était vraiment magnifique. L'avais-je déjà remarqué lorsque je venais ici avant mon accident? Cela m'intéressait il? Aucune idée. Je souris doucement lorsque je percutai un homme.

-Oh, excusez moi! Je ne faisais pas attention à où je mettais les pieds. Je suis désolée.

Je relevai alors mon regard sur l'homme, auquel je n'avais pas encore jetté de coup d'oeil quelconque. Je fronçai les sourcils et demandai:

-Ecoutez... vous allez sûrement me prendre pour une folle mais... Est-ce-qu'on se connaîtrait, par hasard...?

Je le regardai attentivement. Il me semblait l'avoir déjà vu à quelque part, mais je n'arrivais pas à dire où. Et peut-être que c'était quelqu'un qui lui ressemblait après tout. Ou alors, je l'avais déjà croisé dans la rue, ce qui me donnait l'impression de l'avoir déjà vu.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

TITRE EN COURS +
« CITATION A VENIR » - auteur unbreakable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Un visage, un passé commun [Mikael]   Mar 7 Aoû - 0:28





Prendre une photo c’est comme capturer un moment, c’est prendre une chose à l’apparence banale et la rendre magnifique, c’est aimer un paysage qu’on n’a pas l’habitude de voir. Prendre une photo pour moi c’est voir à travers les yeux d’un enfant, voir comme si tout était nouveau, voir un paysage pour la première fois. Je sais que ça peut paraitre con ou inutile mais j’aime prendre des photos, j’aime voir ce que mon appareil voit, ce que moi je ne vois pas. J’étais le genre de mec qui marchait beaucoup au premier sentiment, lorsque j’aime une chose, la première fois que je la vois ça veut dire que je vais l’aimer pour la vie. C’est une sorte de chose auquel j’ai pris gout, quand je vois une photo sur un catalogue de vêtement que j’aimerais je l’achète, quand je vois une sorte de bonbon que je trouve alléchante, je l’achète pour la manger. Étrangement je ne suis jamais déçu, j’ai un superbe instinct, un instinct de fer. Voilà pourquoi tous les samedis après-midi je finissais au parc quand je n’avais rien de mieux à faire, chose très rare, pour prendre des photos extraordinaire et montrer l’exemple dans mon cours de photographie.

Me lever le matin n’était jamais une chose facile, au contraire, j’avais toujours de la difficulté même si s’était devenu comme une sorte d’habitude. Je mis un pied à terre pour commencer, puis l’autre et hop debout. Je me dirigeais dans ma salle de bain tout en enlevant mon caleçon et en ouvrant l’eau pour me doucher. Ce n’était pas parce que j’allais dans un endroit où je n’allais pas rencontré de personne que je connaissais que je devais sentir mauvais. Une fois ma douche finit je sortis, j’enfila un jeans rouge foncé et un chandail blanc puis je quittais ma chambre pour descendre en bas, me faire une tasse de café puis quitter mon appartement. J’allais sûrement arrêter manger un hot dog dans un stand qui était sur le bord de la rue si j’avais faim, pas besoin de m’inquiéter. Mon appareil autour de mon cou je me dirigeais vers le parc.

Une fois rendu au parc, je commença à prendre différent cliché que je trouvais tous plus bon les uns que les autres. Je me positionnais pour prendre une autre photo quand une jeune fille blonde que je reconnus tout de suite me rentra dedans. Je recula en ne pouvant pas la quitter des yeux, je la connaissais même si elle m’avait oublié. Je me souvenais des baisers échangé avec elle, je me souvenais des confidences… De tout! ‘’ Everleigh ‘’ Dis-je en sortant mon portefeuille pour lui montrer une photo de nous deux souriant, heureux… J’ignorais pourquoi je l’avais encore mais je l’avais gardé, une sorte de souvenir du bon vieux temps.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Everleigh A. Wilson

∞ Live young, wild & free

⊱ statut matrimonial : En couple avec Gabriel
⊱ où es-tu ? : Niagara Falls
⊱ humeur : En quête
⊱ célébrité : Claire Holt
⊱ messages : 1018
⊱ inscrit le : 23/08/2011

MessageSujet: Re: Un visage, un passé commun [Mikael]   Mar 7 Aoû - 19:27

Certaines personnes veulent oublier leur passé pour oublier des erreurs commises. On voudrait pouvoir effacer nos mauvaises rencontres, nos mauvaises actions, nos mauvais choix. Tout le monde a un jour voulu avoir une nouvelle chance, la possibilité de recommencer sa vie à zéro. Mais ce que ces personnes oublient c'est que l'on n'efface pas que les mauvaises choses. Si l'on veut reprendre à zéro, il faut également oublier les bonnes actions, les personnes merveilleuses qu'il nous a été donné de rencontrer. Si c'est sensé être un nouveau départ, on ne peut pas choisir de garder une partie de notre passé pour en effacer une autre. Sinon, ce ne serait plus tout reprendre à zéro mais ça deviendrait de l'hypocrisie. Croyez moi, il vaut mieux assumer ses erreurs et ses actes, quels qu'ils soient. Oublier son passé n'a rien de drôle et c'est une amnésique, qui pourrait reprendre sa vie au départ, qui vous le dit. Une fois que ça vous arrive, vous regrettez d'avoir un jour voulu oublier votre passé.

Après avoir percuté le jeune homme, je crus l'avoir déjà vu à quelque part. Mais je commençais sans doute à m'embrouiller les idées à force. Cependant, je lui avais instinctivement demandé si l'on se connaissait. Mon prénom sortit alors de sa bouche. Ainsi, nous nous connaissions? Il sortit rapidement de son porte-feuille une photo de nous deux, souriants. On semblait heureux tout les deux sur cette photo. Ca semblait tellement irréel pour moi qui ne savait pas que le moment capturé par cette photo avait eu lieu. Je reconnu cependant ce cliché. Je l'avais dans une des boites qui regroupaient des parcelles de moi et mon passé. Sur chaque carton était inscrit une sorte de titre mais je n'arrivais pas à me souvenir de celui du carton avec les photos et divers objets devant sûrement avoir plus ou moins un lien avec cet homme. Je repris la parole:

-Je... Je suis désolée... Mais vous êtes...?

J'étais tout de même assez gênée. Et si cela allait le vexer? Je veux dire, peut-être que nous étions vraiment très très proches! C'était vexant pour une personne qu'on lui dise qu'on l'avait oublié, qu'on ne voyait pas du tout qui elle était. C'était idiot mais je préférai donc m'expliquer tout de suite pour lui dire le pourquoi je ne savais pas qui il était. Je m'installai sur un banc juste à côté de nous avant de me "justifier".

-Je suis amnésique donc je ne me souviens pas des personnes que j'ai connus, je suis navrée...

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

TITRE EN COURS +
« CITATION A VENIR » - auteur unbreakable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Un visage, un passé commun [Mikael]   Jeu 9 Aoû - 0:09

Je fais partie des personnes qui adorent mettre différent moment de leur vie en arrêt, les garder en souvenir qu’il soit bon ou mauvais. Je sais qu’on doit prendre un mauvais souvenir comme une impasse de notre vie qu’on veut oublier au plus vite mais je ne suis pas comme ça, moi j’adore mettre ses expériences là pour mettre mon futur avantageux. J’apprends de mes erreurs et j’en fais des caractéristiques importantes. J’ignorais pourquoi mais Everleight ne faisait pas partit de mes erreurs bien qu’elle avait oublié notre relation et que sa m’avait mis en colère. Une partie de moi se sent tellement peu important, on n’oublie pas les personnes qui sont importantes pour nous, même quand on est amnésique.

J’avais voulu travailler pour la retrouver, retrouver la relation que j’avais avec elle avant mais j’avais fini par abandonner un certain temps. J’ignorais pourquoi mais j’en avais marre que tout le monde à qui je tenais finissais par me quitter pour m’oublier par la suite, je n’aimais pas ça, je voulais me faire des amis et les garder par la suite. J’écoutai sa question en haussant les sourcils ‘’ Je suis Mikael… Ton ex, on est très proche. ‘’ Dis-je en passant une main pour me gratter dans le dos. Honnêtement je ne comprenais pas, pourquoi avait-elle oublié ce que j’étais, nous étions proches autrefois. ‘’ Ton amnésie est dû à quoi? ‘’
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Everleigh A. Wilson

∞ Live young, wild & free

⊱ statut matrimonial : En couple avec Gabriel
⊱ où es-tu ? : Niagara Falls
⊱ humeur : En quête
⊱ célébrité : Claire Holt
⊱ messages : 1018
⊱ inscrit le : 23/08/2011

MessageSujet: Re: Un visage, un passé commun [Mikael]   Lun 13 Aoû - 22:27

J'imaginais assez facilement que ça devait être dur pour les personnes oubliées, comme Mikael, à cause de mon amnésie. Mais aucun d'entre eux ne pouvait imaginer à quel point c'était dur pour moi de savoir que je connaissais tellement de gens et que du jour au lendemain, tout ce petit monde était devenu de totals étrangers à mes yeux. Ca ne m'amusait pas et ça ne me faisait pas non plus plaisir. Ca n'était facile pour aucun des deux côtés, ni pour les "oubliés", ni pour celle qui a oublié. Alors forcément, je fus sur le c*l comme on dit, quand j'appris que j'avais été si proche avec lui. Il me dit exactement ces mots: "Je suis Mikael… Ton ex, on est très proche." Un ex? J'étais au courant pour Thomas mais je n'avais jamais entendu parlé d'un Mikael. Super hein? C'était encore pire pour moi de savoir que mes proches, à savoir tout particulièrement les gens sensés être mes parents, me cachaient la vérité ou une bonne partie de ma vie passée. Je détestais être prise de court comme là et je sentais que j'allais régler mes comptes avec mes parents dés que je le pourrais.

-Mon ex... Super... Je dois vraiment avoir l'air d'une cruche. Je suis désolée, vraiment. Mes parents m'ont parlé d'une seule relation que j'ai eue, j'étais loin de me douter qu'il en manquait une à l'appel.

Je disais qu'il en manquait une à l'appel mais si ça se trouvait, il en manquait plus d'une. Peut-être même que j'étais une garce, allez savoir. Une fille qui couchait avec tout les mecs potables. Ou peut-être même qui couchait avec tout les mecs tout court, potables ou non. Je soupirai quand une nouvelle question vint se joindre à notre conversation: "Ton amnésie est dû à quoi?" Je le regardai et l'invitai à venir s'asseoir à côté de moi sur le banc, d'un geste de la main qui tapotait le place libre juste à mes côtés. Puis je me mis à lui répondre:

-J'ai été renversée par une voiture et je suis tombée dans le coma. J'ai dormis pendant sept mois je crois et je me suis réveillée sans aucun souvenirs. Comme si je n'avais jamais existée avant, que je venais de naître. La seule différence avec un bébé c'est que je savais encore écrire, lire, calculer, exercer mon travail de journaliste etc...

Et si je lui demandais? Et si je lui posais des questions sur nous, sur moi? C'était peut-être un bon moyen de booster un peu ma mémoire. Tout le monde me ménageait mais ce n'était pas de ça dont j'avais besoin. J'avais besoin de retrouver mes souvenirs et peu importait les moyens que j'employais.

-Dis moi ce qu'il s'est passé entre nous. Comment nous sommes-nous rencontrés? On s'aimait? Pourquoi on s'est séparé? Tout ça quoi...

Puis je réalisai que je le dérangeais peut-être. Il avait sûrement autre chose à faire que répondre à mes questions. Alors en lui adressant un sourire, je lui dis:

-Si tu as d'autrees projets pour ta journée, je comprendrais! Tu n'es pas obligé de me répondre, que ce maintenant ou jamais d'ailleurs.

Spoiler:
 

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

TITRE EN COURS +
« CITATION A VENIR » - auteur unbreakable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Un visage, un passé commun [Mikael]   Jeu 16 Aoû - 1:24

J’ignorais si j’avais envie d’être frustré, content ou sans expression… J’avais aimé cette femme une partie de ma vie, nous avions partagé une partie de notre vie, je l’avais embrassé, nous avions déjà couché ensemble. Je sais qu’elle sentiment j’ai, je suis frustré, comment on peut oublier une personne, oublier une personne qu’on aimait avant et qu’on oublie maintenant? Je connais la maladie, je sais que ceux qui la possèdent ne font pas exprès d’oublier ceux qu’ils fréquentaient seulement c’est blessant pour ceux qui les ont aimé et qui ne sont plus rien, comme moi. Je sais que je suis égoïste et méchant mais je ne suis pas capable de voir son beau visage me regarder comme si il ne s’avait plus qui j’étais. Je sais que j’avais perdu un contact avec elle, que je ne lui parlais pas beaucoup c’est dernier temps, que je n’avais pas été mis au courant de son accident mais j’aurais aimé qu’elle se souvienne, qu’on est en quelque sorte une rencontre heureuse, qu’on se saute dans les bras, peut-être même qu’on se donne un petit bisous sur la joue et qu’on aille s’asseoir dans un café et qu’on parle de notre vie, maintenant ça ne servait plus à rien de faire ça, elle ne se souvenait plus de sa vie. Je l’écouta me dire que ses parents lui avaient parlé d’une relation, chose qui ne m’étonna pas du tout. ‘’ Tes parents ne m’ont jamais aimé, nous avons en quelque sorte sortit ensemble contre leur gré, nous étions jeune et on se cachait pour s’embrasser ou se voir, sa rendait les choses beaucoup plus excitante. ‘’

J’avais eu envie de lui expliquer pour ne pas qu’elle dise l’histoire à ses parents, j’ignorais si il connaissait la nature de notre relation ancienne et je n’étais pas sûr qu’il souhaitait me revoir dans le décor. Je lui avais demandé son amnésie était dû à quoi? J’étais curieux parce que je n’en avais pas entendu parler, j’avais envie de savoir ce qu’elle avait eu pour avoir ce genre de maladie, je m’intéressais à elle. Avant nous étions proche et je voulais que sa revienne même si ça allait prendre plus longtemps, je voulais la reconquérir. Elle alla directement vers le banc du parc, elle tapa le banc pour que je vienne m’asseoir à côté d’elle ce que je fis l’instant d’après. ‘’ Tu n’as rien oublié mis a pars tes relations? ‘’ Dis-je encore plus curieux.

Je sais que je ne devrais pas lui faire revivre ce genre de situation, cet accident mais s’était plus fort que moi je devais savoir. Elle me demanda la nature de notre relation, pourquoi nous n’étions plus ensemble, pleins de question sur nous. Ça ne me dérangeais pas d’y répondre, j’étais à l’aise avec c’est questions. ‘’ Non non je veux bien y répondre ‘’ Dis-je en passant une main sur mon chandail pour le replacer. ‘’ Nous étions des confidents, ont passaient le plus clair de notre temps ensemble alors on s’est dit pourquoi ne pas essayer de sortir ensemble. On est sortie ensemble pendant un moment, on s’est embrassé et tout et on a fini par conclure qu’on était ami et on s’est laissé pour rester ami. ‘’ Dis-je en souriant. ‘’ Tu sais si tu as des questions ça me fait plaisir d’y répondre. ‘’

[Désolé de mon gros retard ]
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Everleigh A. Wilson

∞ Live young, wild & free

⊱ statut matrimonial : En couple avec Gabriel
⊱ où es-tu ? : Niagara Falls
⊱ humeur : En quête
⊱ célébrité : Claire Holt
⊱ messages : 1018
⊱ inscrit le : 23/08/2011

MessageSujet: Re: Un visage, un passé commun [Mikael]   Jeu 16 Aoû - 19:21

"Tes parents ne m’ont jamais aimé, nous avons en quelque sorte sortit ensemble contre leur gré, nous étions jeune et on se cachait pour s’embrasser ou se voir, sa rendait les choses beaucoup plus excitante." Je souris doucement. Alors finalement, je n'étais pas si coincée. Ma conversation sur les choses folles à faire que j'avais eu avec Gabriel quelques temps avant m'était revenue en mémoire, d'où mon sourire. Je n'étais donc pas cette petite fille sage qui écoutait tant ses parents. Même s'ils ne le savaient visiblement pas encore à l'heure d'aujourd'hui. Pour être franche, ça me faisait bizarre. Je me retrouvais face à un de mes exs et j'apprenais qu'on se voyait en cachette. C'était étrange et c'était sûr que ça ne facilitait pas spécialement les choses pour que je sois à l'aise. Ca allait de soi. Mais au final, je devais reconnaître par la même occasion que j'avais décidément toujours eu de bons goûts en matière d'hommes. J'avais vu des photos du fameux Thomas, le seul dont mes parents m'avaient parlé, si on pouvait dire ça comme ça, et il était très craquant. Mikael ici présent était des plus charmants aussi. Il était même très beau et attirant. Il avait un quelque chose qui devait sûrement faire tomber de nombreuses femmes sous son charme. Et Gabriel. Il était très attirant aussi, personne ne pouvait le nier. Les trois hommes avaient un quelque chose, bien que ce quelque chose soit différent pour chacun d'entre eux.

-Je n'étais donc pas une gentille fi-fille à ses parents?

Je ris doucement alors qu'il me posait une nouvelle question: "Tu n’as rien oublié mis a pars tes relations?" Je secouais la tête. Mon esprit était vide de tout souvenirs liés à une quelconque vie passée. C'était assez dingue. Personne n'y pense vraiment, à l'amnésie. On veut tous un jour ou l'autre recommencer sa vie à zéro mais on ne pense pas à l'amnésie comme l'on pourrait penser à une autre maladie, peut-être plus répandue. Je ne savais même pas si l'amnésie était réellement considérée comme une maladie d'ailleurs. Je lui répondis:

-On peut dire ça. Je ne me souviens de rien, je n'ai aucune anecdote à raconter. Rien.

Très vite il me dit que si j'avais des questions, il voulait bien y répondre. Je posai alors mes yeux bleus sur lui et je souris. C'était gentil. Et très agréable. Rencontrer une personne qui voulait bien répondre à toutes mes questions sans avoir l'air de vouloir me dire qu'une partie des choses mais bel et bien toute la vérité, et bien c'était rassurant, tout bêtement. "Nous étions des confidents, ont passaient le plus clair de notre temps ensemble alors on s’est dit pourquoi ne pas essayer de sortir ensemble. On est sortie ensemble pendant un moment, on s’est embrassé et tout et on a fini par conclure qu’on était ami et on s’est laissé pour rester ami." J'hochai la tête:

-On était donc très proche... Je m'en veux de pas me souvenir de toi. Est-ce-que... Je vais te poser une question étrange et qui risque de rendre cette rencontre encore plus bizarre et de nous mettre mal à l'aise mais je crois qu'au point où on en est, nous ne sommes plus à ça près alors... Est-ce-qu'on est allé jusqu'à coucher ensemble?

Ca allait sûrement me gêner au plus haut point mais j'avais le droit de savoir à qui j'avais donné mon corps pour la première fois non? Une nouvelle question arriva dans la seconde qui suivis:

-Et, on est alors sortis ensemble avant que je ne sorte avec Thomas, si je comprends bien, n'est-ce-pas? T'étais au courant pour Thomas? On a réussis à rester amis comme avant qu'on n'essaie d'être ensemble? Et pourquoi mes parents t'aimaient pas?

Bon d'accord, plusieurs questions arrivèrent d'un coup. Je me mis alors à rire nerveusement et à reprendre la parole pour m'excuser, j'étais assez impolie en le bombardant ainsi de questions sans le laisser respirer. J'étais juste impatiente d'en apprendre plus sur moi-même et mes relations.

-Je suis désolée, je te bombarde de questions et ce n'est pas très poli de ma part.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

TITRE EN COURS +
« CITATION A VENIR » - auteur unbreakable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Un visage, un passé commun [Mikael]   Sam 18 Aoû - 3:01

Everleight me faisait penser à une jeune adolescente, elle se cherchait, elle ignorait ce qu’elle était et elle cherchait à le savoir. Une partie de moi trouvait ça amusant, je n’avais jamais eu de sœur, je n’avais jamais eu l’espèce de crise d’adolescence qui disait qu’elle devait trouver ce qu’elle était, elle devait sortir avec un mec absolument et tout, moi je trouvais ça amusant. L’autre partie de moi n’aimait pas ça parce qu’elle avait oublié le merveilleux amant que j’avais été. La troisième partie de moi ne voulait pas être hypocrite et elle se sentait mal de l’être, je ne voulais pas lui faire de la peine, je ne voulais pas l’abandonner. ‘’ Tu l’étais quand je n’étais pas dans les parages ‘’ Dis-je en rigolant tout en l’observant.

Je trouvais étrange qu’elle ne se souvienne de personne, elle se souvenait de tout, de sa profession, du parler, de l’écris… D’absolument tout mis à part ses relations. J’étais un peu triste de l’apprendre pour elle, je ne pouvais pas m’imaginer marcher dans un monde dont j’ignorais la plupart des personnes qui y vivaient, je ne pouvais pas m’imaginer rencontrer des personnes qui me connaissait et que je ne connaissais plus. ‘’ Tu trouves ça difficile? ‘’ Dis-je encore plus curieux.

Elle me bombarda de question, je trouvais ça amusant parce que ça prouvait qu’elle s’intéressait à sa vie d’avant, qu’elle voulait se rappeler des événements qu’elle avait subi dans le passé, peut-être même des relations qu’elle avait eu. ‘’ On a presque couché ensemble ‘’ Dis-je bien confiant, pas une miette timide.

Elle continua de me poser des questions et je l’écoutais ‘’ Oui on est sorti ensemble avant que tu sortes avec Thomas. Oui j’étais au courant mais tu ne m’as pas trompé, j’étais tellement heureux pour toi que même si j’aurais voulu t’en vouloir je n’aurais pas été capable. Oui on est resté ami, on ses quitté d’un commun accord Everleight. Il ne m’aimait pas parce que je faisais de toi une personne imparfaite, ils ont toujours voulu que tu sois parfaite. ‘’ Dis-je franchement. J’élargit mon sourire quand j’entendis ses excuses ‘’ Je suis professeur, j’aime répondre aux questions, ne t’inquiète pas. ‘’
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Everleigh A. Wilson

∞ Live young, wild & free

⊱ statut matrimonial : En couple avec Gabriel
⊱ où es-tu ? : Niagara Falls
⊱ humeur : En quête
⊱ célébrité : Claire Holt
⊱ messages : 1018
⊱ inscrit le : 23/08/2011

MessageSujet: Re: Un visage, un passé commun [Mikael]   Sam 18 Aoû - 12:41

"Tu l’étais quand je n’étais pas dans les parages" Je le regardai attentivement lorsqu'il m'apprit cela puis je me mis à sourire. Dans un sens, ça me soulageait. Je n'aurais pas aimé apprendre que j'étais une garce mais je n'aurais pas non plus aimé apprendre que j'étais une petite fille parfaite à ses parents chéris, pourrie gâtée et j'en passe. Et on dirait bien que j'avais trouvé le juste milieu puisque je n'étais pas une garce, ni toujours une gentille fille. En plus, à cause d'un garçon, c'était que plus normal encore. Je répondis doucement, en souriant toujours:

-Ainsi, tu m'as corrompue.

Je me mis alors à rire. C'était stupide mais j'avais envie de rire parce que malgré le fait que je m'étais soudainement retrouvée nez-à-nez avec un ex dont je ne me souvenais absolument pas, et bien... Malgré ça je me sentais relativement bien. "Tu trouves ça difficile?" Mon sourire se fit plus léger. Si je trouvais ça difficile? C'était l'horreur. Personne ne pouvait imaginer l'effet que cela faisait. J'haussai les épaules en soupirant doucement:

-Ce qui est difficile c'est de comprendre qu'une partie de mes connaissances me ment. Qu'ils essaient de pas tout me dévoiler. Si je veux avancer, je dois savoir qui j'étais. Je ne peux pas avancer en ayant l'impression de n'avoir jamais existée. C'est ça, le plus dur. Qu'il n'y ait pas tout le monde là pour m'aider.

C'était peut-être difficile à croire parce que c'était l'occasion de tout recommencer à zéro. Et je recommencerais tout. Mais uniquement lorsque j'aurais assez d'éléments de mon passé qui me permettront d'avancer, de tourner la page "Amnésie" et de reprendre ma vie comme je l'entends. "On a presque couché ensemble" Hein? Je m'attendais à un oui ou un non mais certainement pas à un "presque". Comment ça, on avait presque couché ensemble? Que c'était il passé? Maintenant, il venait d'attiser ma curiosité au plus haut point et je ne pouvais pas laisser passer cette information. S'il disait "presque" c'était donc que quelque c'était produit et nous en avait empêché. Mais quoi? Ce pouvait être crucial. Etait-ce moi qui avait finalement refusé? Ou autre chose? Peut-être que cela me permettrait d'en apprendre sur moi ou mes relations. Je n'hésitai donc pas une seconde de plus avant de lui demander:

-Comment ça, "presque"?

Et je posai mon regard interrogatif sur lui. Il répondit ensuite à toutes mes questions, sans râler, sans montrer un seul signe d'agacement ou d'énervement. Je souris à son explication et une phrase retint mon intention: "Il ne m’aimait pas parce que je faisais de toi une personne imparfaite, ils ont toujours voulu que tu sois parfaite." Etait-ce pour cela qu'ils ne me disaient pas toujours tout? Ils refusaient de répondre à certaines de mes questions ou alors ils y répondaient tellement vaguement que leur réponse n'en était plus une.

-En quoi me rendais-tu imparfaite?

Puis il m'apprit qu'il était professeur et que donc ça ne le dérangeait pas de répondre aux questions. Je lui fis un grand sourire et répondis à cela:

-Si je suis douée pour faire des rapprochements, je vais deviner ce que tu enseignes. Je dirais que c'est la photo parce que j'ai remarqué qu'il y a beaucoup de photos de nous, de moi, d'endroits dans le carton qui t'est consacré. Et je suis sûre que c'est toi qui a pris la majorité des clichés. En tout cas, ils sont vraiment réussis.

Je lui souris simplement, me sentant vraiment bien en sa présence. C'était presque comme si notre relation n'avait jamais changée. Presque.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

TITRE EN COURS +
« CITATION A VENIR » - auteur unbreakable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Un visage, un passé commun [Mikael]   Lun 20 Aoû - 5:21

J’avais connu Everleight vraiment longtemps, je passais le plus clair de mon temps avec elle, je montais par la fenêtre de sa chambre quand nous étions encore en couple et on s’embrassait comme deux amants vraiment fou l’un de l’autre. J’avais passé de très beau moment avec elle, de trop beau moment pour que je les oublies comme ça en claquant des doigts, voilà pourquoi j’étais blessé d’entendre qu’elle m’avait oublié. J’étais heureux de voir qu’elle voulait entendre parler de notre ancienne relation, même si s’était pour retrouver la mémoire, elle voulait quand même entendre parler de moi. ‘’ Oui, je n’étais pas vraiment le style de mec bien sage, qui répondait gentiment aux autres, j’étais plus le genre de mec qui aimait rire des autres, qui blessais les autres et qui s’amusais à faire pleurer les filles… Toutes les filles sauf toi. ‘’

Je pris la peine de regarder son beau sourire, celui qui m’avait tellement manqué, je ne l’avais pas revu depuis longtemps et il m’avait manqué. Je joignis mon rire aux siens puis je me calma un peu pour lui demander si elle trouvait ça difficile. J’étais curieux d’en apprendre sur ses sentiments, même si nous n’étions plus vraiment dans la même relation qu’avant, je voulais quand même savoir si elle allait bien, parce que pour moi, notre statue n’avait pas changé. Je l’observa attentif de connaitre la suite, elle haussa les épaules et elle soupira. ‘’ Moi je suis ici pour t’aider, je vais te laisser mon numéro de cellulaire et si tu as la moindre question me concernant ou même qui concerne ta vie n’hésite pas.'' Dis-je en lui tendant une feuille avec mon numéro dessus.

Je me souvenais de cette soirée comme si s’était hier, j’étais à la fac et elle était au collège, nous étions ensemble que les weekends parce que nous n’avions pas les même horaires de cours. Je me souvenais encore de l’énervement que je ressentais quand je me rendais compte qu’il était samedi et que s’était le jour où je me faufilais en douce chez elle par la fenêtre et ou on passait la soirée à s’embrasser ou à se parler. Cette soirée-là n’était pas vraiment différente, je me hissais jusqu’à sa fenêtre quand je l’aperçu, elle était en soutien-gorge et elle était en train d’enfiler sa chemise de nuit. Je m’étais tout de suite tourné, s’il y avait bien une fille que je respectais à l’époque s’était elle, elle m’avait regardé et moi j’avais rougis le dos tourné… C’est là qu’elle m’avait ramené vers elle et qu’elle avait commencé à m’embrasser, comme les choses allait vite, je l’ai poussé jusqu’à son lit et je lui enlevais ses vêtements et elle les miens quand sa mère vint cogner et qu’elle dérangea tout. ‘’ Ta mère nous a en quelque sorte surpris. ‘’ Dis-je en me rappelant l’odeur du tapis dans sa chambre lorsque j’étais couché en dessous de son lit.

Je lui fis un sourire distrait, j’étais tellement dans mes pensées qu’elle aurait pu me citer un poème de Shakespeare que je n’aurais même pas compris ce qu’elle voulait. Je sais que ça peut vous paraitre imbécile mais ce bon vieux temps me manquait, j’étais tellement nostalgique. J’écouta sa question un sourire aux lèvres puis je retourna dans mes pensée ‘’ Tu étais ma petite rebelle, tu fumais avec moi, tu buvais, tu t’habillais de façon provocante… Tes parents préférait quand tu portais les vêtements que ta mère te choisissait le matin, que tu étudiais et que tu restais à la maison, tu ne le faisais pas avec moi, je te faisais découvrir un tout autre monde. ‘’

J’écouta ce qu’elle avait à me dire un sourire aux lèvres, elle avait totalement raison, elle ne se rappelais plus de moi pourtant elle s’avait reconnaitre les beaux clichés de photo que j’avais fait pour elle. ‘’ Pile dedans… J’adore prendre des photos ‘’ Dis-je en rougissant.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Everleigh A. Wilson

∞ Live young, wild & free

⊱ statut matrimonial : En couple avec Gabriel
⊱ où es-tu ? : Niagara Falls
⊱ humeur : En quête
⊱ célébrité : Claire Holt
⊱ messages : 1018
⊱ inscrit le : 23/08/2011

MessageSujet: Re: Un visage, un passé commun [Mikael]   Lun 20 Aoû - 19:12

"Oui, je n’étais pas vraiment le style de mec bien sage, qui répondait gentiment aux autres, j’étais plus le genre de mec qui aimait rire des autres, qui blessais les autres et qui s’amusais à faire pleurer les filles… Toutes les filles sauf toi.", me dit il. Je souris doucement. Qu'avais-je de plus que les autres filles pour ne pas qu'il me fasse pleurer? Je crois que j'étais contente de l'avoir trouvé. Il avait l'air tellement sincère et vouloir réellement m'aider. Ca me rassurait, ça me faisait un bien fou. C'était dingue mais pur. Je ressentais des sentiments purs et réels. Il reprit la parole: "Moi je suis ici pour t’aider, je vais te laisser mon numéro de cellulaire et si tu as la moindre question me concernant ou même qui concerne ta vie n’hésite pas." Je fronçai un instant les sourcils avant de prendre le bout de papier qu'il me tendit en souriant doucement. En plaisantant, je lui répondis:

-Tu n'essaies pas de me draguer n'est-ce-pas?

Je me mis à rire. Je plaisantais, il n'avait même pas besoin de répondre à ma question puisque c'était inutile, je me doutais bien fortement de la réponse, et heureusement que celle-ci était négative. Je n'étais pas prête à avoir une quelconque relation et encore moins avec quelqu'un de mon passé, cela pouvait se comprendre non? J'appris ensuite que nous avions faillis passer à l'acte mais que ma mère nous avait interrompus. Je comprenais maintenant qu'après ça, l'envie devait être passée. "Tu étais ma petite rebelle, tu fumais avec moi, tu buvais, tu t’habillais de façon provocante… Tes parents préférait quand tu portais les vêtements que ta mère te choisissait le matin, que tu étudiais et que tu restais à la maison, tu ne le faisais pas avec moi, je te faisais découvrir un tout autre monde." Oh... A ce point là? Je crois que j'aurais préférée être une gentille fi-fille à ses parents en fait... En même temps, si j'étais tellement emprisonnée par mes parents, ça ne devrait pas m'étonner d'avoir voulu me rebeller un peu.

-Et bien, on dirait que maintenant, j'ai enfin trouvé le juste milieu alors. Contre ma volonté, mais j'ai l'air de l'avoir trouvé.

Je souris doucement. Je devinai ensuite quelle matière il enseignait et j'avais touché juste. Je le vis alors rougir légèrement et je devais avouer qu'il était craquant comme ça. J'ajoutai simplement un:

-Tu es vraiment talentueux.

Je souriais toujours puis je me souvins du fameux tatouage que je possédais dans le bas de mon dos. Je me tournai et soulevai légèrement mon haut pour qu'il puisse le voir:

-C'est avec toi que je l'ai fais faire?

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

TITRE EN COURS +
« CITATION A VENIR » - auteur unbreakable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Un visage, un passé commun [Mikael]   Ven 24 Aoû - 3:43

Everleight n’avait pas grand-chose de plus que les autres filles. La seule différente entre elle et les autres filles étaient qu’elle me connaissait plus que les autres, qu’elle pouvait lire en moi comme dans un livre ouvert et que mes passes passes de méchant mec elle ne voulait pas les croire. J’avais déjà joué les mecs dur et compétent mais jamais elle ne m’avait cru, elle finissait toujours par me dire d’aller me faire voir ou d’arrêter de jouer au clown. Elle me faisait souvent rire par ses répliques franche et presque coupante, elle n’avait pas beaucoup de tact l’ancienne Everleight et elle s’amusait à mettre les mecs aussi con que moi dans de mauvaise situation ou parler ne servait plus à rien. J’écouta sa question en rigolant, elle pensait vraiment que je voulais la draguer? N’allez pas croire qu’elle n’était pas séduisante, au contraire, elle était vraiment belle s’était juste que j’avais une petite copine que j’adorais, même si parfois s’était un peu complexe, mon cœur était à elle. ‘’ Non non… Mon cœur est pris par une autre. ‘’ Dis-je avec mon beau sourire.

Je s’avais que l’ancienne Everleight n’aurais pas été sérieuse seulement celle-là me faisait peur, je ne reconnaissais pas ses gestes, sa façon de penser, tout! S’était effrayant de se tenir devant une personne qu’on connaissait jadis, qu’on appréciait beaucoup et qui nous appréciait aussi, qu’elle ne se rappelait plus de nous et qu’elle ne réagissait plus de la même façon, j’ignorais par qu’elle côté la prendre. Everleight n’avait jamais été rebelle, elle était sage comme une image quand on ne la faisait pas boire, je me souvenais une fois quand je lui avais fait goûté la vodka, elle avait plissé du nez et elle s’était plein du mauvais gout de désinfectant. Quelque minute plus tard, elle m’avait redemandé d’en prendre et elle avait fini ivre morte, elle m’avait fait rire comme un petit fou. ‘’ Oui tu as l’air sereine ‘’ Dis-je en lui souriant de nouveau.

Je n’étais plus le garçon que j’avais été, j’étais noble et je n’aimais pas me venter de mes talents, la photographie pour moi avait toujours été un sujet sensible, en parler avec une personne inconnu était encore pire. ‘’ Ha ouais? ‘’ Dis-je surpris du compliment, je s’avais que j’étais talentueux, j’ignorais que mes photos plaisaient a beaucoup de personne. Je souris quand je vis sont tatouage, je me souvenais parfaitement de ce tatouage, elle ne l’avait pas fait avec moi mais je l’avais vu souvent. ‘’ Non mais tu l’as regretté longtemps… Tu voulais un premier tatouage et tu y es allé sur un coup de tête. ‘’
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Everleigh A. Wilson

∞ Live young, wild & free

⊱ statut matrimonial : En couple avec Gabriel
⊱ où es-tu ? : Niagara Falls
⊱ humeur : En quête
⊱ célébrité : Claire Holt
⊱ messages : 1018
⊱ inscrit le : 23/08/2011

MessageSujet: Re: Un visage, un passé commun [Mikael]   Ven 24 Aoû - 18:46

"Non non… Mon cœur est pris par une autre." Oh merde... Ne me dites pas qu'il m'a prise au sérieux?! En même temps, c'était logique. Il me connaissait avant mon accident, quand nous étions plus jeunes. Maintenant, je n'étais plus la même et il devait également être perdu, un peu comme moi sauf que ce n'était pas pour les mêmes raisons. Il devait lui aussi réapprendre à me connaître donc je devais me mettre à sa place. C'était presque normal qu'il m'ait pris au sérieux. Je souris en lui répondant:

-Hé, je plaisantais hein. Et qui dis que mon coeur n'est pas prit lui aussi?

Je ris doucement. Qu'est-ce-que je venais de dire? Bien sûr que mon coeur était libre! Ca n'était pas parce que quelqu'un était dans ma tête qu'il l'était aussi dans mon coeur, n'est-ce-pas? Bien sûr que j'avais raison. Pour l'instant, mon coeur était tout à fait libre. Et c'était sûrement mieux pour le moment. Je repris:

-Mais dis moi... Qui est l'heureuse élue? Raconte moi tout.

Mes yeux brillaient. Etais-je une romantique? Oui, sûrement. Du moment que ça concernait les autres et pas moi, tout était ok. Et je devais avouer que j'étais aussi drôlement curieuse, c'était un fait inéluctable. De plus, Mikael et moi avions un passé. J'étais peut-être ignorante de ce qu'on avait vécu mais il avait répondu à toutes mes questions et m'avait écoutée. Je pouvais bien l'écouter un peu à mon tour. Et plus j'apprendrais à le connaître, plus j'aurais des chances de me souvenir de lui et de nous. "Oui tu as l’air sereine." Je souris doucement. Oui, comme il le disait, j'en avais bel et bien l'air. Mais l'étais-je? D'une certaine façon oui, de l'autre non. C'était compliqué et il valait mieux que je n'entre pas dans ce débat. C'était bien trop dur à expliquer et personne ne pouvait comprendre à moins d'être un psychologue ou d'avoir vécu la même chose. Sinon, c'était complexe. "Ha ouais?" Bien sûr qu'il était talentueux, on ne pourra jamais lui retirer son talent. Je souris donc simplement en hochant la tête pour acquiescer. Je lui montrai ensuite mon tatouage avant de le regarder à nouveau et de lui poser une question. "Non mais tu l’as regretté longtemps… Tu voulais un premier tatouage et tu y es allé sur un coup de tête." Je ris doucement en répondant simplement:

-Et bien maintenant, je ne le regrette plus du tout. Je l'adore.

Je riais toujours. J'étais maintenant de bonne humeur. Ça m'avait fait du bien de lui parler, de voir qu'il existait des personnes de mon passé qui m'aideraient volontiers dés que j'aurais des questions ou besoin d'elles, ne serait-ce qu'en m'écoutant.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

TITRE EN COURS +
« CITATION A VENIR » - auteur unbreakable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Un visage, un passé commun [Mikael]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Un visage, un passé commun [Mikael]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Niagara University™ :: Time to, delete you :: Les Archives :: 2011-2012 :: Archives rps
-
Votez !
Un vote toutes les deux heures ♥
www.obsession27
www.shitamachihito
www.nom du top