AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Everything need a end one day...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Everleigh A. Wilson

∞ Live young, wild & free

⊱ statut matrimonial : En couple avec Gabriel
⊱ où es-tu ? : Niagara Falls
⊱ humeur : En quête
⊱ célébrité : Claire Holt
⊱ messages : 1018
⊱ inscrit le : 23/08/2011

MessageSujet: Everything need a end one day...   Mer 16 Mai - 18:45



It's time. It will be over.

Les jours passent. Nous faisons des rencontres. Parfois, elles sont les meilleures possible mais voila que d'autre fois, ce sont les pires. Et certaines ne sont ni entièrement bonnes, ni entièrement mauvaises. Aujourd'hui, j'ai ouvert les yeux et j'ai fais le bilan de ma vie. Pourquoi n'avais-je pas le droit au bonheur moi aussi? Pourquoi à chaque fois que j'étais heureuse, quelque chose venait tout gâcher? Certains jours, j'aurais voulu retourner dans le passé et éviter de faire certaines rencontres. Je ne voulais plus souffrir. Je ne voulais plus être abandonnée. Je ne voulais plus que mon coeur soit briser et je ne voulais plus connaître ce sentiment de perte absolue au milieu de deux chemins possible à emprunter. Je voulais juste vivre de ma passion. Vivre. Etait-ce trop demandé? A croire que oui. Pourtant, je ne pensais pas mériter tout ce qu'il m'arrivait. Mais au fond, qui étais-je pour juger de ce que je méritais ou non?

Je m'étais levée puis douchée. J'avais sortis mon chien, Kenny. Il était nerveux depuis quelques temps, tout comme moi. Il le sentait, d'où sa propre nervosité. Je me sentais coupable de lui infliger cela mais que pouvais-je faire? Après avoir attrapé mon sac, j'étais partis à l'université. Je passai dans le cours et m'arrêtai devant le banc où j'avais vu Shane la première fois, trempé et frigorifié. Le début de notre histoire. Je souris tristement. Sans doute mon premier et unique véritable amour. Mon âme soeur sans aucun doute. J'entrai dans le bâtiment et allai à mon casier. En l'ouvrant, je tombai sur un paquet de feuilles. Le manuscrit de Shane, racontant notre histoire. Je refermai violement mon casier et partis aux toilettes. Ma vie n'avait jamais été totalement simple. Et je m'en voulais pour le mal que j'avais fait à Tony. Je n'osais même plus le regarder en face. Certes, je l'aimais. Mais ça n'était pas le même amour que pour Shane. On peut aimer plusieurs personnes dans une vie, sincèrement, mais nous n'avons qu'un seul véritable grand amour...

Je rinçai mon visage et l'essuyai rapidement avant de me regarder un instant dans le miroir. A ce moment précis, j'avais l'impression d'être une très mauvaise personne. Une horrible personne. Je fus tirée de mes pensées par un bruit qui ressemblait très nettement à un coup de feu. Un coup de feu? A l'université? Des cris se firent entendre. Je jetai le papier avec lequel j'avais essuyé mon visage et sortis doucement des toilettes pour essayer de voir et de comprendre ce qu'il pouvait se passer...

Les participants sont les suivants:

-Calista K. Preston
-Michael S. Anders
-Elizabeth T. Martin
- K. Dawn Estwood
-Lola B. Wilde
-Mélora L. Meyers
-Deborah R. Brookeline
-S. Ashleigh Evans

Veuillez respecter l'ordre ci-dessus de passage. Vous avez 48h pour poster votre rp avant que le suivant de la liste ne poste le sien. Vous devrez alors passer votre tour et poster lorsque ce sera à nouveau à vous. C'est avec le personnage de Calista que je gèrerai le rythme du rp donc ne faites pas intervenir n'importe qui ou n'importe quoi s'il vous plait x) Vous pouvez vous mettre d'accord avec un ou plusieurs autres joueurs pour dire que vous vous trouviez ensemble au moment où tout commence. Evitez les incohérences.
P.S.: Si un joueur ne peut pas poster pendant un moment pour une raison X ou Y, qu'il m'envoie un mp pour que je puisse prévenir. Sinon, je serais obliger de vous effacer automatiquement sans même vous prévenir (par exemple si vous manquez 2 ou 3 tours de suite.)
Ah oui! Encore une chose: Si une fois un joueur ne peut pas (examen et fatigué le soir par exemple) qu'il me prévienne pour que je puisse prévenir le joueur suivant qu'il peut poster son rp.
Merci de votre compréhension et surtout bon jeu! ♥

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

TITRE EN COURS +
« CITATION A VENIR » - auteur unbreakable.


Dernière édition par Calista K. Preston le Jeu 17 Mai - 14:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Everything need a end one day...   Jeu 17 Mai - 13:26

J'avais un cours de l'histoire du cinéma. C'était une option que j'avais pris pour pouvoir améliorer mon jeu d'acteur, c'est un conseil qu'on m'avait donné que je suivais sans hésiter. J'étais donc en train de marcher tranquillement dans les couloirs, j'avais pris un petit déjeuner rapide et je m'étais dirigé vers mon cours. Je déambulais donc dans les couloirs en avançant vers ma salle de cours. Il y avait pas mal de monde comme d'habitude, je me sentais bien depuis deux ou trois jours.

En effet, j'avais rencontré Alexie il y a peu et depuis, j'avais retrouvé une espèce de joie de vivre que je ne pensais plus retrouver. Je ne cessais de penser à elle, bizarrement, depuis l'entrée de la jolie photographe dans ma vie, je ne pensais plus à ma femme. C'était une sacré amélioration donc et j'étais devenu heureux. Je ne cessais de rêver de la jolie brune, de son sourire, de son regard. Je me sentais bien, j'arrivais même à me souvenir de l'endroit exact où je l'avais rencontré et même de ce qu'elle portait.Je crois bien que j'étais tombé amoureux, d'ailleurs je ressentais la même chose lorsque j'étais avec mon ex-femme.

J'avançais donc en direction de ma salle de cours quand j'entendis un bruit effrayant, comme un coup de tonnerre. Mais c'était bien plus sec et court. En plus ce bruit semblait venir de l'intérieur. Par réflexe, autant que par surprise, je me baissai puis je vis rapidement des gens fuir. Je me relevais péniblement et je partis dans la direction opposé à ceux qui fuyaient. Sans doute la curiosité. Sans doute une erreur de ma part.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Everything need a end one day...   Jeu 17 Mai - 19:33

C'était un début de journée ordinaire, j'avais passé la nuit chez mon petit ami et alors que lui commençait plus tard j'ai du malheureusement me résigner à partir sans lui. Je l'avais embrassé tendrement avant de prendre mes affaires et filer. Mon cours de dessin venait de commencer alors que je sentais l'inspiration me venir petit a petit, je dessinai plusieurs croquis de mode. Ce fût fière de mon travail que je quittai la salle une grande farde à dessin sous le bras. J'avais hâte de passer à l'atelier et commencer mon prochain projet qui je l'espérais allait me valoir une super note. J'étais encore loin d'imaginer ce qui allait se passer...

Je me suis arrêté à mon casier le temps de prendre des échantillons de tissus, je crois que je n'y ai passé que quelques secondes et pourtant maintenant quand j'y pense cela ressemblait à une éternité parce que soudainement le temps s'est arrêté. Je n'ai pas tout de suite compris ce qu'il était entrain de se passer, je n'étais même pas sur de ce que j'avais entendu mais ça ressemblait a des coups de feu. Plusieurs, des dizaines je pense. C'est alors que j'ai vu des centaines d'étudiants courir en ma direction, ils semblait horrifiés, en état de panique total. Certains sont tombés et les autres n'hésitaient pas a les piétiner, je ne comprenais strictement rien. Je les ai regardé passer mais je n'ai pas bougé. Non, ne me demandez pas pourquoi ! Je n'en sais rien, j'ai été paralysée par ce chaos dans lequel l'université venait soudainement d'être plongée. Que se passait-il au juste ? Je suppose que nous allions très vite le découvrir.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lola B. Wilde

Lola la banane

⊱ statut matrimonial : Célibataire
⊱ où es-tu ? : Au pays des bisounours
⊱ humeur : Joyeuse
⊱ célébrité : Bonnie Wright
⊱ messages : 1466
⊱ inscrit le : 15/10/2011

MessageSujet: Re: Everything need a end one day...   Sam 19 Mai - 15:49

Par une journée comme les autres, du moins, ce que je croyais, j'étais partie de ma chambre pour me rendre dans la cours de l'université. Mes heures de cours ne débutaient pas avant 10h. J'avais envie d'améliorer ma Macro, je passais par mon casier pour pouvoir prendre mon sac qui contenait les conseils, et les remarques des professeurs.
Je me marchais donc longtemps dans le couloir. Il y avait pas mal de monde. J'en profiterai surement pour faire quelques portrait, comme à mon habitude. Je ne pouvais pas m'en passer. C'est comme ça. Une fois à mon casier, je l'ouvrais. Mais je ressentais une certaine angoisse, comme un mauvais pressentiment. J'espérais me tromper. Pas envie qu'il n'arrive un malheur. Pas aujourd'hui, n'y même jamais. C'est mieux si on pouvais les éviter.
Je replongeais la tête dans mon casier à la recherche de ce précieux livre, qui bien sur, avait disparu ce matin. Je l'avais vu hier soir en partant. Ah, je le vois, la bas au fond. Si, c'est lui. Je l'attrape et le sors du casier. Je l'ouvre le temps de regarder si c'est bien lui. Puis, je me prend, comme d'habitude a lire des remarques alors que je devrais plutôt les lire en prenant les photos. Je referme donc le livre, prend mes clés posaient au bord, puis je ferme mon casier. Au même moment, je vois des gens courir et j'entend des cris. Je retourne et vois les gens paniqués.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .


L'amour donne des ailes
Aimer, c'est espérer tout gagner en risquant de tout perdre, et c'est aussi parfois accepter de prendre le risque d'être moins aimé que l'on n'aime..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Everything need a end one day...   Lun 21 Mai - 18:14

Comme tous les matins je me levais de bonne humeur, dansant sur du Marie Mai ... Que j'aime cette chanteuse canadienne ma parole !!! Sortant de la douche je choisis avec attention ma tenue ... Mmmm ... Que vais-je bien pouvoir mettre ??? Je me décide enfin au bout d'une demi-heure d'essayages divers ... Heureusement que je me lève tôt moi j'vous l'dis parce que sinon j'aurais été en retard !!! J'avais opté pour un leggin rose bonbon, une jupe en jean bleu-blanche et un tee-shirt blanc sur lequel j'avais superposé un débardeur rose pâle ... Pour mes cheveux je les avais laissé détaché et y avais mis des petites barrettes diverses et variées sans vraiment prêté attention auxquelles ... Une fois fin prête après avoir ajoutée une touche de parfum et de maquillage j'attrapais mes affaires pour la journée ... Un séjour aux casiers avant la fin de la matinée allait s'imposer mais là pas le temps sinon je vais être en retard à mon cours de couture !!!

J'étais en plein dans mon projet treillis rose, la prof était assez contente du résultat que ça donnait, et moi aussi ... C'était stylé quand même comme tenue !!! j'avais vraiment hâte de la finir ... Mais ça ne serait pas pour aujourd’hui malheureusement, le cours venait de terminer ... Le temps passe si vite quand on est à fond dans ce que nous sommes en train de faire c'est pas croyable !!! Je sors alors après avoir mis mon projet dans le casier qui m'est réserver dans l'atelier, dans les couloirs je croise comme tous les jours des camarades de différents cours, nous discutons rapidement comme entre chaque cours ou nous nous voyons puis je vais enfin à mon casier ... J'y dépose mes croquis de treillis et mes cours de Japonais prévu en fin de journée, j'aurais donc tout le temps de venir les chercher avant ... Regardant l'heure je soupire, encore 5 minutes avant mon cours de marketing ... La prof de ce cours est encore plus barge que moi j'vous jure !!! C'en est limite effrayant en fait quand j'y repense ... Bref ... Alors que je fermais mon casier pour me diriger vers la classe de marketing j'entendis un coup de feu ... Puis plusieurs autres par la suite ... Tous les étudiants se trouvant dans les couloirs couraient fuyant on ne sait quoi ... j'étais tiraillé entre l'envie de les suivre au risque de me faire piétiner ou attendre là ... Une autre idée me vint en tête mais elle était encore plus stupide que les autres ... Aller voir ce qui se passait ...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Everything need a end one day...   Mar 22 Mai - 16:57

Une nouvelle journée de cours avait commençait. J’avais eu un cours de photographie avec Jared puis je mettais diriger vers mon casier. Je posais mes affaires dans mon casier. J’avais une petite heure de libre. Je récupérais mon carnet de croquis, je vous rassure le dessin de Jared n’y est plus depuis qu’il l’a découvert. Je n’avais pas envie qu’une personne tombe dessus. Je sortais ensuite du bâtiment pour me trouver un endroit tranquille pour dessiner un petit peu. Ce n’était pas une grande passion mais en ce moment, j’avais l’envie de dessiner. Je me posais dans la cour de l’université et commençais à dessiner ce que je voyais. Je n’étais pas spécialement fière de mes dessins, mais ça me détendais et ça permettait de faire passer le temps plus rapidement.
Je faisais attention à l’heure qui passait et une dizaine de minutes avant le début du cours suivant, je retournais à mon casier. J’étais en train de chercher les affaires de mon prochain cours, lorsqu’un bruit sourd retentit dans les couloirs. Je sursautais puis me retrouvais tétanisé. Tout le monde avait pu entendre d’autre bruits sourds, des bruits qui ressemblaient à des coups de feu. J’avais peur, peur de perdre des amis ou bien de mourir. Je me retournais enfin pour voir tous les étudiants courir en direction de la sortie. Pourtant, je n’arrivais pas à me déplacer ni même à parler alors que des cris résonnaient autour de moi. C’était la panique totale pour toute l’université.



HRP : désolé ce n'est pas très long :(
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Everleigh A. Wilson

∞ Live young, wild & free

⊱ statut matrimonial : En couple avec Gabriel
⊱ où es-tu ? : Niagara Falls
⊱ humeur : En quête
⊱ célébrité : Claire Holt
⊱ messages : 1018
⊱ inscrit le : 23/08/2011

MessageSujet: Re: Everything need a end one day...   Ven 25 Mai - 19:43



Je ne comprenais pas le moins du monde ce qu'il se passait. Des coups de feu à l'université, c'était quelque chose d'improbable. Je veux dire... Qui tirerait ici? Sérieusement! Si en sortant des toilettes je n'avais pas vu toutes ces personnes crier et courrir dans tout les sens, je n'aurais pas cru que tout ceci était réel. Je voyais bien qu'un sens particulier dominait. J'irais donc dans le sens inverse. Pourquoi, puisque cela signifiait que j'allais sans aucun doute me jeter dans la gueule du loup? J'étais peut-être trop bête. Ou alors inconsciente. Ou alors je jugeais que je n'avais rien à perdre. Je m'aventurais dans les couloirs à la recherche de la vérité et je pus remarquer que je n'étais pas la seule. Je tombai alors nez-à-nez avec l'homme à l'origine de toute cette panique. Nos regards se croisèrent et je sentis mon coeur s'accélérer encore plus. Peut-être n'aurais-je pas du finalement... Un regard noir, remplis d'une colère infinie. Que lui était-il arrivé pour qu'il ne se retrouve dans un tel état? Bruns. Ses yeux étaient bruns. Un brun sombre. Un regard attristé, rageux. Il ne semblait pas emprunt à avoir de la pitié pour qui que ce soit. Il nous menaça, nous forçant tous à aller dans une salle (tous les participants, je savais pas trop comment dire ça ><) La porte se referma sur nous. Il se mit à faire les cent pas. Etait il étudiant? Ou voulait il simplement faire le plus de dégats possible en s'attaquant à une école? Je restais froide. Non pas que je n'avais pas peur, au contraire: j'étais terrorisée. Mais je ne pouvais pas m'empêcher de l'observer. Je crus alors voir une lueur dans son regard. Une lueur d'espoir. C'était peut-être le moment de tenter le coup pour le faire se calmer.

"Tu n'es pas obligé de faire ça, tu sais? Tu peux arrêter maintenant. Je sais que tu ne veux pas nous faire de mal."

A travers les vitres de la salle de cours, on pouvait voir que les policiers commençaient à arriver et à encercler les bâtiments avec les secours. On pouvait aussi voir que des étudiants sortaient. Ils étaient nombreux. Sans doute ne restera t-il plus que nous d'ailleurs. Nous étions prisonniers de quelqu'un dans un état de détresse immense dont nous ignorions les pensées. Jusqu'où pouvait il aller?

"Ferme là!"

Quelle vulgarité. J'essayais d'aider et il m'envoyait promener. Je me décidai à enfin observer les gens autour de moi. Je les fis se rapprocher, pour que nous soyions rassembler tous ensemble. L'homme continuait à faire les cent pas et nous ignorait un peu pour le moment.

"Est-ce-que tout le monde va bien?"

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

TITRE EN COURS +
« CITATION A VENIR » - auteur unbreakable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Everything need a end one day...   Lun 28 Mai - 10:33

Tandis que j'avançais vers la source de ce raffut, j'entendis encore deux ou trois coups de feu. Mais ma curiosité avait pris le pas et je m'avançais de nouveau. Au bout d'un moment, je remarquai enfin le type avec son arme à feu. Pour avoir parler avec un ou deux consultants militaires sur des tournages de films, je reconnus rapidement l'arme, c'était un simple pistolet automatique, mais qui pouvait quand même faire des ravages. Bien que je tentais de me cacher, il semblait que le type m'ait vu car il finit par avancer vers moi et en me menaçant de son arme, il me força à sortir de ma "cachette". J'obtempérais en m'avançant vers lui les mains en l'air, en espérant qu'il ne tire pas de suite.

Finalement, il nous conduisit, moi et d'autres otages vers une salle de cours et il nous fit entrer de force dans la pièce et nous nous retrouvâmes agglutiner au fond de la salle. Pendant qu'il faisait des va-et-viens sans vraiment nous menacer, une étudiante, une petite brune que j'avais croisé une ou deux fois en cours tenta de le raisonner mais elle fut rembarré de manière grossière par le preneur d'otages. Alors au lieu de ça, elle nous rassembla et nous demanda si on allait bien. Je hochais doucement la tête et j'aperçus Deborah, ma meilleure amie était donc avec moi. Je la regardai et lui tendis une main pour qu'elle sache que je la rassurerai autant que je peux. Mais à vrai dire, je flippais grave. Je crois que je n'avais jamais eu aussi peur de ma vie. Après tout, on avait combien de chance de s'en sortir vivant maintenant ? Je regardai la brune qui nous avait rassembler et je lui dit calmement et assez bas pour que le type ne nous entende pas.

"Faudrait peut-être éviter de le raisonner on sait jamais ce qu'il risque de nous faire."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Everything need a end one day...   Lun 28 Mai - 19:12

Quand j'ai enfin réalisé ce qu'il se passait, une pensée me traversa l'esprit. Et si il nous tuait tous ? Et si c'était la fin pour chacun d'entre nous ? J'étais terrifiée et je ne sais grâce à quelle force, j'ai suivis les autres dans la pièce ou nous fûmes enfermé. Au fond de la classe je ne pu m'empêcher de jeter un coup d'oeil vers l'extérieur. J'ai vu des hommes des forces spéciales encadrés le bâtiment et surtout on entendait les hélicoptères voler au dessus de nous. Il y avait aussi beaucoup de journalistes, un deux à croisés mon regard mais n'a nullement réagit. Est-ce qu'eux aussi pensait qu'on allait tous mourir aujourd'hui ? Je pris peur en voyant l'homme s'approcher et je détournai mon regard, comme une enfant prit en faute, mais j'en crois qu'en réalité il n'avait pas remarqué que je regardais vers l'extérieur. Il semblait à la fois en colère et puis désespéré. Quand j'entendis Calista rompre le silence, une boule se noua dans mon estomac. Était-ce le moment pour essayer de le raisonner ? Je jetai un regard à mon amie qui venait de se faire envoyer promener sans aucune délicatesse. « Ca va, il faut pas qu'on craque et vaudrait mieux éviter de le mettre en rogne... » Je savais qu'on allait resté coincé là un moment, comme tout le monde ici j'avais peur mais je savais qu'avec ce genre de type il fallait se montrer calme. C'est tellement facile d'ôter la vie à quelqu'un et je n'avais pas envie qu'un de nous meurt. Je m'assis parterre, dos contre le mur attendant que quelque chose se passe. Qu'on nous sorte de là
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lola B. Wilde

Lola la banane

⊱ statut matrimonial : Célibataire
⊱ où es-tu ? : Au pays des bisounours
⊱ humeur : Joyeuse
⊱ célébrité : Bonnie Wright
⊱ messages : 1466
⊱ inscrit le : 15/10/2011

MessageSujet: Re: Everything need a end one day...   Mar 29 Mai - 20:24

Au le cxn ! Je viens d'entendre un coup de feu. C'est quoi ce bordel. Je comprend mieux pourquoi les gens courent dans tous les sens. Et le pire, c'est que je crois que j'entend des voix. C'est horrible cette situation. Le plus simple serai de partir loin de cet endroit. Mais la curiosité et l'envie du risque sont plus fort. En plus, j'ai l'appareil photo. Bon, j'avoue, il faut être fou, mais j'ai jamais dit que j'étais normal. Et puis, pour avoir des belles photos, il faut prendre des risques. Il faut juste que je trouve un coin, un coin où je verrai la pièce sans me faire remarquer, où j'aurai un angle excellent. Je regarde vite fait autour de moi, je trouve aucun endroit. Elle est mal fichue cette université. Tant pis, je vais prendre plus de risque. Je m'arme de mon appareil, le met en route et me dirige vers la fin des casiers. Faut que j'arrive à ce qu'y en est un qui est resté ouvert avec la panique, et je me cache derrière. Je sais, je suis un peu folle. Je marche donc vers les casiers quand je vois devant moi un grand gars. Alors vite, je range mon appareil pour pas qu'il le prenne. Faut que j'arrive à filmer. Chose impossible. Le gars avance vers moi. Je m'arrête et retiens mon souffle. Je suis dans la mxrde. J'aurai mieux fait de partir. Mais non, mon esprit d'artiste a pris le dessus.
Le type m'attrape le bras, violemment et m'emmène jusqu'à cette fameuse salle. J'y aperçois déjà des gens. Dont deux que je connais de vue. Et une, déjà vu plusieurs fois, debout, qui essayé de parler. Mais l'autre type ne l'a laissé pas parler sans qu'il l'insulte.
- Non, mais c'est pas une manière de parler à une femme.
Je savais qu'a ce moment là, j'aurai mieux fait de me taire. J'allais prendre cher. Il avait fallu que je l'ouvre. Ma grande gueule me perdra un jour.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .


L'amour donne des ailes
Aimer, c'est espérer tout gagner en risquant de tout perdre, et c'est aussi parfois accepter de prendre le risque d'être moins aimé que l'on n'aime..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Everything need a end one day...   Mer 30 Mai - 1:19

Une fois les couloirs plus ou moins dégagé je ne pu m'empêcher d'aller voir dans la direction des coups de feux, qui était-ce ??? Pourquoi faire ceci ??? Je ne mis pas longtemps à tomber sur un homme, pas commode, que je n'avais aucun souvenir d'avoir croisé un jour dans l'université, pourtant j'en croise du monde croyez moi ... Il n'y avait pas que moi dans le couloir, je ne fis pas attention au départ, puis il nous menaça tous de son flingue pour que nous entrions dans une salle juste à côté ... Là je reconnu Michael, Dawn, Ashleigh et Lola, l'heure n'étant pas à la joie des retrouvailles je me retenais de montrer à quel point j'étais contente et inquiète de les voir tous ici avec ce sale type !!! Une fille brune qu'il me semble avoir déjà vu une fois essaya de lui parler mais ça ne servit à rien, Lola c'était emportée en l'engueulant légèrement, chose qu'elle n'aurait peut-être pas dû faire ... J’espérais grandement qu'il ne lui ferais rien sinon il entendrait parler du pays et sentirait ma main dans sa tronche !!! Bon ok j'avoue j'avais la trouille de pas savoir comment il allait réagir et ce qu'il allait faire par la suite, mais il fallait se montrer fort si nous nous montrions faibles ça l'énerverait encore plus je pense ... La brune nous rassembla et nous demanda si nous allions bien, j'hochais de la tête en souriant, non, je n'avais pas perdu mon sourire, il traverse toutes les situations celui là, il remonte le moral à tout le monde en cas de coup dur !!! Je me mis alors à parler à voix basse afin qu'il ne m'entende pas ...

- Ouais, ça va, mais je pense qu'il vaut mieux ne pas lui parler ... Vous l'avez déjà vu vous ??? Prof, élève ou juste une type venu de nul part ???

Ça m'intriguais plus que la raison pour laquelle il avait fait ce scandale avec ce flingue sans raison apparente ... Il nous l'aurait dit s'il avait une raison de s'en prendre à nous non vous croyez pas ??? Si ça se trouve c'en était encore un qui avait trop regardé de séries policières tiens !!! Tout ce que j'espérais pour le moment c'était qu'il ne s'en prenne à personne !!! Je soupirais légèrement et regardais tous les autres otages, il n'y avait que la brunette que je ne connaissais pas en fait ... Bizarre ... Enfin je l'avais déjà vu ça c'était certain mais ou ça je sais pas ... Je ne sais même pas quelles études elle fait dans cette université ... Je voulu faire un peu d'humour pour dire détendre un peu l'atmosphère, juste une petite boutade comme ça ...

- Dites, on est les seuls fou de l'université ou c'est moi ??? Non parce qu'on est tous plus ou moins venus de nous même jusqu'à lui en fait ...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Everything need a end one day...   Jeu 31 Mai - 19:16

Je ne comprenais pas mon comportement. Pourquoi n’avais-je pas finis la horde d’élèves qui couraient pour sortir de l’université ? Pourquoi avais-je fait du surplace pour ensuite me diriger vers l’endroit d’où venais les coups de feu ? Surement parce que la salle de Jared était situé à côté. J’avais voulu me rassurer et allant vérifier qu’il n’avait rien eu. Mais en faisant cela, je me mettais en danger. Je ne faisais même plus attention à ce qui m’entourait, je voulais juste arriver dans la salle de cours. Pourtant je fus interrompu par un homme, je ne l’avais jamais vu dans l’université. Je comprenais qu’il était après avoir baisé mon regard sur sa main. Il me menaça avec son arme pour que j’entre dans une salle. Il y avait déjà quelques personnes, dont Calista, Michael et Mélora que je connaissais. J’avais déjà croisé les autres dans les couloirs mais je ne leur avais jamais parlé. J’étais paniquée mais je ne voulais pas le montrer. Je ne pouvais pas me montrer faible devant cet homme. Calista essaya tant bien que mal de raisonner le preneur d’otage mais il ne le voyait pas comme et lui demanda grossièrement de se taire. Elle nous rassembla donc vers elle. Michael me tendit une main après m’avoir vu. Je l’a prenais donc et me rapprochais de lui. Je savais qu’il avait peur mais il le cachait mieux que moi. Je n’arrivais plus à contrôler mon angoisse et les larmes me montèrent aux yeux. Je n’avais qu’une envie, partir d’ici mais apparemment c’était loin d’être possible. Calista voulait savoir si tout le monde allait bien, tout le monde acquiesça de leur tête pour ma part, je n’avais même pas cette force. Pourquoi fallait-il faire croire que ça allait bien alors qu’on n’était même pas sur de s’en sortir vivant ? Ils étaient tous d’accord sur le fait qu’il valait mieux ne pas lui parler pour ne pas le mettre en colère. Pour ma part, je ne savais pas ce qu’il fallait faire.

Vous pensez qu’on va s’en sortir vivant ?

J’avais besoin d’être rassurée même si personne ne pouvait être sûr de la réponse. Mélora avait raison, nous étions des fous pour être venu voir ce qui se passait. Je regrettais de ne pas avoir couru dans la même direction que les autres étudiants. Je regrettais de ne pas être sortit de l’université. Et en même temps, j’étais un peu rassurée de savoir que Jared n’était pas là.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Everleigh A. Wilson

∞ Live young, wild & free

⊱ statut matrimonial : En couple avec Gabriel
⊱ où es-tu ? : Niagara Falls
⊱ humeur : En quête
⊱ célébrité : Claire Holt
⊱ messages : 1018
⊱ inscrit le : 23/08/2011

MessageSujet: Re: Everything need a end one day...   Sam 2 Juin - 21:10



La situation était effrayante. Personne n'allait nier qu'on s'était tous foutus dans la m*rde, volontairement ou non. Le fait était là: nous étions tous coincés avec un fou dont personne ne pouvait prédire le comportement. Qui savait si nous allions nous en sortir vivant ou non? Qui savait ce qu'il voulait? Personne. J'avais tenté d'établir un premier contact. Pourquoi? Parce que j'avais vu assez de films pour savoir que le dialogue était une bonne solution. Essayer de savoir ce qu'il voulait, ce qu'il se passait dans sa tête et lui montrer qu'on voulait l'aider était la seule solution que j'avais trouvé de toute façon. Et puis, il paraissait que qui ne tente rien n'a rien. Après m'être fait remballer une première fois de manière vulgaire, j'avais rassemblé les autres. J'étudiais le théâtre. Je savais cacher mes émotions. Ce n'était certes pas la même chose, mais j'étais peut-être la plus apte à faire croire à ce type que j'étais calme. Paniquer ne servait à rien et lui montrer que l'on avait peur ne ferait que l'énerver.

Je demandai à tout le monde s'ils allaient bien. Cela pouvait peut-être stupide comme question mais ce que je cherchais à savoir c'était s'il y avait quelqu'un de blessé ou encore qui avait besoin de médicaments pour une quelconque maladie. Le seul homme présent prit la parole le premier: "Faudrait peut-être éviter de le raisonner on sait jamais ce qu'il risque de nous faire." C'était vrai qu'on ne savait pas ce qu'il restait de faire. Mais se taire n'avancerait à rien à mon avis. Une autre personne prit la parole, Dawn: « Ca va, il faut pas qu'on craque et vaudrait mieux éviter de le mettre en rogne... » Elle avait raison sur le fait qu'on ne devait pas craquer. Lola réagit enfin quant à la manière dont il m'avait parlé en lui balançant un: "Non, mais c'est pas une manière de parler à une femme" Elle n'aurait pas du faire ça. C'était pas de cette façon qu'il fallait lui parler. Le type s'approcha de nous et je grimaçai avant de me tourner vers lui:

-A... A votre place je fermerais les rideaux. Si je peux me permettre...

J'ignorais ce qu'il aurait fait. Et je n'avais pas spécialement envie de le savoir. Tout ce que je pouvais dire c'était que j'étais contente d'avoir détourné son attention de nous. Il avait compris que les rideaux fermés l'aideraient puisqu'ainsi, les policiers ne pourraient plus le viser avec leurs armes. Il alla donc les fermer. Peut-être que mon geste serait mal interprété mais cela m'était égal. J'avais préféré l'aider au lieu que, peut-être, il ne fasse du mal à l'un d'entre nous. Nous pûmes continuer notre entretien. Une autre personne prit la parole: "Ouais, ça va, mais je pense qu'il vaut mieux ne pas lui parler ... Vous l'avez déjà vu vous ??? Prof, élève ou juste un type venu de nul part ???" J'observai discrètement l'homme.

-Je dirais un type venu de nul part. J'ai beaucoup fréquenté les profs avec nos projets en cours de théâtre. Et il semble trop âgé pour être un étudiant.

Cette même femme reprit en disant: "Dites, on est les seuls fou de l'université ou c'est moi ??? Non parce qu'on est tous plus ou moins venus de nous même jusqu'à lui en fait ..." Peut-être étions nous fous. Peut-être aimions nous juste le danger d'une manière très très excessive puisque dans le cas présent, ce danger pouvait nous coûter la vie. La dernière étudiante présente demanda: "Vous pensez qu’on va s’en sortir vivant ?" Je lui souris doucement et hochai la tête avant de reprendre:

-J'en suis sûre. Et tu sais pourquoi? S'il voulait nous tuer, il l'aurait déjà fait. Il ne s'encombrerait pas de nous de cette façon.

Je me voulais rassurante. L'homme semblait toujours stressé, angoissé à un très haut point. Je les regardais tous et finit par dire:

-Je vais aller lui parler. Vous inquiétez pas. Vous allez tous sortir. Je savais que j'avais râté ma vocation, j'aurais du faire flic.

Je souris. Comment pouvais-je sourire et faire de l'humour dans une telle situation?! C'était n'importe quoi. Je serais peut-être mal vue, prise pour une tarée. Mais cela m'était égale. J'avais voulu les rassurer du mieux possible et je voulais qu'ils sortent tous de là en un seul morceau... Je me levai donc.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

TITRE EN COURS +
« CITATION A VENIR » - auteur unbreakable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Everything need a end one day...   Mer 6 Juin - 19:25

Mélora avait surement raison. Quelque chose n'allait pas avec nous. Contrairement aux autres nous n'avons pas réagit face à cet homme armé qui menaçait nos vies, je ne pouvais dire si c'était de la folie ou juste de la peur. Est-ce que chacun de nous avait déjà connu situation tel que la peur nous paralyse tout à coup ? J'avais l'impression que ce n'était pas par hasard. Que si nous étions réuni aujourd'hui dans cette situation, c'est parce que nous avions quelque chose en commun : Tous avions agit de la même façon tout naturellement.
J'étais loin d'être une fille calme par nature, j'avais tendance a toujours vouloir que les choses bougent, que quelque chose change mais aujourd'hui j'étais différente. Je supposais que ce sang froid me venait d'expériences antérieur. Quand à une période de ma vie, j'ai du me débrouiller seule face au danger. J'avais l'impression de revenir quelques années en arrière sauf que là l'arme était pointé sur nous et qu'il ne s'agissait pas que de ma vie mais celle d'autres étudiants.

Beaucoup de personnes se posaient des questions sur cet homme. Qui était-il ? Que nous voulait-il ? D'après Calista, c'était quelqu'un de l'extérieur. Je partageais son opinion, elle ne semblait pas connaître l'école, de plus aucun d'entre nous ne l'avait déjà vu auparavant. Nous pouvions tous sentir le stress qui émanait de notre kidnapper. Il semblait être à court d'idée et complétement perdu dans ce qu'il devait faire. J'imaginais déjà le pire des scénario catastrophe. Une fusillade suivit d'un suicide. Vu l'état de l'homme ça ne m'aurait même pas étonné après tout, il ne semblait pas être un enfant de coeur et avait perdu toute conscience. Il devait accomplir quelque chose, peu importe si nous étions des dommages collatéraux. L'essentiel, c'était de savoir ce qu'il voulait au juste et qui était sa réelle cible. « Je vais aller lui parler. Vous inquiétez pas. Vous allez tous sortir. Je savais que j'avais râté ma vocation, j'aurais du faire flic.» Je ne pu m'empêcher de regarder Calista et froncer les sourcils. Était-ce vraiment une bonne idée ? S'approcher de ce type qui ne semblait avoir aucun contrôle sur lui même ? J'en étais pas trop sur. « Cali' prend pas de risque inutile, ce type est déjà sur les nerfs. A la moindre méprise il pourrait tous nous tuer. Toi la première. Fait attention, s'il te plait... »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Everything need a end one day...   Mar 12 Juin - 17:19

-Je dirais un type venu de nul part. J'ai beaucoup fréquenté les profs avec nos projets en cours de théâtre. Et il semble trop âgé pour être un étudiant.

Elle avait l'air de connaître l'école cette nana, bon, bah nous étions fixé, c'était un inconnu au bataillon qui était venu faire scandale ici ... Il avait quoi au juste ??? Sa femme l'avait trompé et son bâtard se trouvait ici ??? Ou il avait simplement pété un boulon et état entré dans le premier bâtiment sur son chemin ... On vit dans une société de fou quand même vous croyez pas ??? Qui aurait cru qu'un jour il y aurait une prise d'otage dans cette université ??? Et qu'en plus une bande d'élèves serait assez fous pour aller voir ce qui se passe pour finir par être ces fameux otages ???

Vous pensez qu’on va s’en sortir vivant ?

Cette voix me fit sursauter, Déb ??? Elle aussi était là ??? Bon sang je ne l'avais pas vue !!! Combien étions nous au final ??? Parce que là ça devenait n'importe quoi quand même !!! Je lui souris en la regardant, on ne savait pas ce qui allait advenir de nous, mais espérer le meilleur nous aiderait à mieux supporter notre sort ... Je ne pense pas qu'il nous ferait du mal, il s'était déjà mis dans une sacrée pagaille jusque là, ça m'étonnerais qu'il en rajoute ... A moins qu'il n'ai plus rien à perdre mais là je préfère ne pas imaginer ni y penser ...

-J'en suis sûre. Et tu sais pourquoi? S'il voulait nous tuer, il l'aurait déjà fait. Il ne s'encombrerait pas de nous de cette façon.

Là elle marquait un point, ce qui effaça ma seconde hypothèse d'une seule traite ... Tant mieux je commençais à me faire des idées inquiétantes qui risquaient de m'angoisser et transmettre cette angoisse aux autres ... Vu comme je suis douée pour cacher mes émotions ... Il valait mieux que je me reprenne et ne me fasse plus d'idées ... Là le principal était que nous restions ensemble, calme et déterminés à s'en sortir ... Si nous nous montrions tous forts sans non plus lui tenir tête nous n'avions rien à craindre jusqu'à ce que nous sachions ce qu'il veut vraiment faire et pourquoi il est là !!!

-Je vais aller lui parler. Vous inquiétez pas. Vous allez tous sortir. Je savais que j'avais râté ma vocation, j'aurais du faire flic.

Je soupirais ... Si j'avais osé j'aurais taper mon front d'une main, sérieux quelle utilité d'en rajouter ??? Aucune, on était déjà assez dans le pétrin sans avoir besoin d'en faire plus !!! Heureusement Dawn pensait comme moi ... Enfin presque, moi je pense que j'aurais été plus sèche et dissuasive ... Chose que je fus au final ... Bon sang que je suis nulle pour mettre des gants avant de parler ... Remarquez, vous me direz, la franchise porte ses fruits ...

« Cali' prend pas de risque inutile, ce type est déjà sur les nerfs. A la moindre méprise il pourrait tous nous tuer. Toi la première. Fait attention, s'il te plait... »

- Je suis d'accord avec Dawn, ça sert à rien de jouer les Héroïnes ... Tu risque de nous foutre encore plus dans la merde qu'on ne l'ai déjà depuis qu'on a décider de venir voir ce qui se passait ici ... Sans vouloir te vexer je pense qu'il vaut mieux que tu reste ici avec nous, rester grouper est la meilleure solution pour le moment je trouve ...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Everleigh A. Wilson

∞ Live young, wild & free

⊱ statut matrimonial : En couple avec Gabriel
⊱ où es-tu ? : Niagara Falls
⊱ humeur : En quête
⊱ célébrité : Claire Holt
⊱ messages : 1018
⊱ inscrit le : 23/08/2011

MessageSujet: Re: Everything need a end one day...   Jeu 14 Juin - 19:22



Honnêtement, avais-je quelque chose à perdre? C'était bête mais la réponse à cette question au début, quand tout avait commencé, était négative. A cet instant là, je pensais que je n'avais rien à perdre. Mais depuis quelques minutes passées dans cette pièce, mes pensées allaient vers Shane et Tony. Et mon chien, Kenny. Mes parents adoptifs. Tout se mélangeait dans ma tête. Non, je ne voulais pas mourir. Mais je n'avais pas non plus l'intention d'attendre patiemment que les policiers, le FBI ou qui sais-je ne daigne enfin intervenir. Je voulais sortir de là. Aucun de mes camarades n'était de mon avis? D'accord. Je le ferais quand même. Dawn prit la parole après que je ne les eu informés de ce que j'avais l'intention de faire pour qu'ils sortent vivants d'ici: "Cali' prend pas de risque inutile, ce type est déjà sur les nerfs. A la moindre méprise il pourrait tous nous tuer. Toi la première. Fait attention, s'il te plait..." Je souris doucement. C'était risqué mais attendre l'était tout autant au final. Il suffisait de trouver les mots pour ne pas énerver cet homme. Mélora prit ensuite la parole à son tour: "Je suis d'accord avec Dawn, ça sert à rien de jouer les Héroïnes ... Tu risque de nous foutre encore plus dans la merde qu'on ne l'ai déjà depuis qu'on a décider de venir voir ce qui se passait ici ... Sans vouloir te vexer je pense qu'il vaut mieux que tu reste ici avec nous, rester grouper est la meilleure solution pour le moment je trouve ..." Sa façon de me dire ça comme ça dans cette situation ne me plu pas trop. J'essayais d'aider, de faire avancer le shmilblick et elle, elle insinuait que je voulais jouer mon héroïne? Ca n'avait rien à voir. Ce n'était pas mon genre. Je voulais juste tenter quelque chose. Je ne supportais pas de rester la bras croisés à patienter, à attendre que les choses bougent. Je dis simplement:

-Ne vous inquiétez pas, je sais ce que je fais.

Non, je n'étais pas trop sûre de moi. J'étais terrifiée. J'étais terrifiée mais je faisais de mon mieux pour ne pas le montrer. Je m'approchai du kidnapper doucement et commençai à lui parler à voix basse. Je lui expliquais qu'il devrait sûrement les laisser partir et qu'en contre-partie, je ferais tout pour l'aider. C'était stupide. Tout le monde allait lui dire ça. Il se mit alors à me regarder avec un regard que je n'aurais cru voir chez lui. Il emplit de tristesse. Il m'expliqua tout. Cet homme était un homme désespéré qui regrettait ses choix et ses actes du jour. Il voulait juste s'en sortir et au lieu de ça, il avait dégénérer. Et maintenant qu'il en avait pris conscience, il était des plus mal et à présent, il ne savait plus comment s'en sortir. Je ne pouvais pas m'empêcher de compatir. Et c'est à ce moment là qu'un coup de feu retentit. Je sentis une vive douleur me prendre au ventre. Un coup de feu accidentel. Je portai ma main à mon ventre et la regardai. Elle était emplis de sang.

L'homme: -Oh mon dieu! Je... Je suis désolée, je... Je voulais pas tirer, j'ai pas fais exprès...!

Il se mit à paniquer. Tandis que des larmes me vinrent aux yeux, je trouvai le moyen de sourire doucement et de lui demander:

-Rendez vous à la police... Que cet accident ne soit pas en vain...

Je m’essayai alors par terre, la main toujours sur mon ventre. Je sentais que ça ne se passerait pas bien pour moi. L'homme jeta son arme et partis pour se rendre. J'appelai alors Dawn pour qu'elle s'approche de moi avant les secours. J'avais un service à lui demander. Je lui demandai de se pencher car j'avais du mal à parler fort.

-S'il te plait... Dis à Tony que je l'ai aimé et que jamais je me pardonnerai pour le mal que je lui ai fait. Et... Dans mon appartement, dans le tiroir de ma table de chevet, se trouve une lettre. Retrouve Shane si tu en les moyens ou trouve quelqu'un pour le faire et remet la lui... En mains propres...

Je sortis de ma poche la clé de mon appartement:

-Dis à mon chien Kenny que je l'aime et que je le surveillerai de là où je serais... Et trouve lui une bonne famille ou garde le mais je ne veux pas qu'il pense que je l'ai abandonné... Il était tout pour moi.

Je fermai les yeux et m'endormis. Pour toujours.

Spoiler:
 

L'homme qui m'avait tiré dessus était un homme qui avait tout perdu. Sa maison, sa femme, ses enfants, son travail... Tout était partis en fumée. Il a tenté de retrouver ce qu'on lui avait prit. Mais personne ne l'avait aidé à ça. Ni l'Etat, ni les services sociaux. Lui, il désirait juste être entendu. Il avait perdu le contrôle de lui-même. Rien ne pouvait pardonner son acte. Mais si les personnes sensées avoir pour métier d'aider les gens en difficultés pouvaient lire ça, ça leur ferait peut-être prendre conscience que faire correctement leur boulot pourrait éviter bien des blessures et des familles entières brisées. Les secours arrivèrent trop tard pour moi. C'était finis. J'étais partie. Et j'espérais ne jamais avoir le statu d'héroïne. Parce que les vrais héros sont ceux qui se battent contre le feu tous les jours, les policiers, les ambulanciers, les médecins, les protecteurs des animaux, le fbi, et tout ce qu'il s'en suit.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

TITRE EN COURS +
« CITATION A VENIR » - auteur unbreakable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Everything need a end one day...   Mer 27 Juin - 17:43

Calista voulait aller parler au preneur d’otage. Je trouvais ça irresponsable et pourtant je n’arrivais pas à dire ce que je pensais. Mélora et Dawn avaient essayé de la convaincre de ne pas y aller mais elle n’avait pas envie de les écouter. Calista pensait qu’elle savait ce qu’elle faisait. Je n’en étais pas si sûr. Comment pouvait-elle être sûre que cet homme ne devienne pas plus fou en voyant qu’elle insistait pour lui parler ? J’avais peur et sa détermination me donnait encore plus peur. J’avais peur pour sa vie, celle de mes camarades et ma propre vie. J’avais l’impression que nous n’allions pas nous en sortir. Pourtant, elle avait l’air déterminé et personne ne pouvait l’empêcher d’y aller.

Je serais un peu plus la main de Michael en voyant Calista parler avec le preneur d’otage. Nous ne pouvions pas entendre leur discussion, Calista avait commencé à lui parler à voix basse et cet homme en faisait de même. Pourtant, tout le monde avait pu voir un changement dans son regard, la tristesse avait pris place à la colère. J’avais l’impression que nous pouvions retrouver un petit espoir de s’en sortir vivant, qu’il allait nous laisser partir. Mais n’était-ce pas un faux espoir ? Si c’était le cas, et lorsque j’entendis un coup de feu, je ne pus empêcher mon corps de sursauter. Je me réfugiais dans les bras de Michael posant ma tête sur son épaule. Les larmes inondaient mes joues et je ne pouvais plus cacher ma peur. Je n’avais pas regardé si Calista avait été touché, mais je le sus lorsqu’elle lui demanda de ses rendre à la police en lui disant que cet accident ne devait pas rester vain.

J’entendis ensuite quelque chose tombé par terre puis la porte de claquer. A ce moment-là, je me retournais enfin pour regarder ce qu’il se passait. Calista était assise par terre. Dawn fut appelé par Calista. Je me sentais mal, je la connaissais peu et pourtant j’avais mal. Je regardais Calista parlé calmement à Dawn, comme si elle n’avait pas peur de la mort. Tout le monde leur laissait leur intimité. Pourtant lorsque Calista tomba au sol, je ne pus m’empêché de courir vers elle et d’essayer de faire un massage cardiaque. Il fallait tout faire pour qu’elle vive encore, pourtant c’était trop tard. Et lorsque les secours arrivèrent enfin, ils nous annoncèrent son décès. Mes pleures redoublèrent de puissance, je ne me sentais plus capable de me lever. Je la connaissais à peine, pourtant je souffrais de sa mort. Elle avait perdu sa vie pour nous sauver. Mais comment pouvait-on se réjouir de ne pas être blesser alors que nous venions de perdre une amitié.

Les policiers nous firent sortir du bâtiment. Je restais au près de Michael, reprenant sa main dans la mienne. Je n’arrivais pas arrêter mes larmes de couler. Arrivée dehors, je regardais les gens autour de nous, tous les étudiants, qui étaient sorti, se trouvaient derrière un cordon de sécurité. Plusieurs véhicules de secours et de police se trouvaient autour de l’université. Les secours nous emmenaient vers leur véhicule lorsque Jared arriva vers moi. J’allais dans ses bras, sans me soucier du sang qui était sur mes vêtements et mes mains, mes larmes redoublèrent. Je ne voulais pas quitter ses bras, pourtant il le fallait. Je quittais donc ses bras à regret pour me diriger vers le véhicule des secours.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Everything need a end one day...   

Revenir en haut Aller en bas
 

Everything need a end one day...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Niagara University™ :: Time to, delete you :: Les Archives :: 2011-2012 :: Archives rps
-
Votez !
Un vote toutes les deux heures ♥
www.obsession27
www.shitamachihito
www.nom du top